Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La Chine a-t-elle fermé le premier laboratoire qui a séquencé le Covid-19 par crainte de compromettre sa version officielle de la soupe de chauve-souris ?

Publié par Brujitafr sur 3 Mars 2020, 05:35am

Catégories : #Coronavirus

C’est la question que nous devrions tous nous poser : Pourquoi le premier laboratoire de recherche médicale, situé à Shanghai, ayant séquencé l’ensemble du génome de Covid-19 et partagé publiquement les données, a-t-il été fermé ?

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail,faites un don.

Le Centre clinique de santé publique de Shanghai et l’École de santé publique de l’Université Fudan ont été les premiers laboratoires au monde à séquencer le génome complet du virus le 11 janvier. Puis, le 12 janvier, la Commission de la santé de Shanghai a décidé de fermer le laboratoire pour cause de « rectification ».

La Chine a-t-elle fermé le premier laboratoire qui a séquencé le Covid-19 par crainte de compromettre sa version officielle de la soupe de chauve-souris ?

« Le centre n’a pas été informé des raisons précises pour lesquelles le laboratoire a été fermé pour rectification. Nous avons soumis] quatre rapports [demandant la permission] de rouvrir, mais nous n’avons reçu aucune réponse », a déclaré une source du laboratoire au South China Morning Post (SCMP).

La source a déclaré qu’il n’était pas clair si la fermeture de l’installation de biosécurité de niveau 3 était le résultat direct de la publication par le laboratoire des données sur les séquences de virus sur virological.org, un forum de discussion sur les virus en libre accès, et GenBank, un dépôt de données en libre accès.

La publication des données sur le génome dans le domaine public a permis aux chercheurs de mettre au point un nouveau kit de test pour diagnostiquer le virus. Le 3 février, le professeur Zhang Yongzhen du laboratoire, responsable du séquençage, a vu ses données publiées dans la revue Nature.

« Il ne s’agissait pas des réalisations d’un individu. Il s’agit de préparer des kits de tests biologiques pour faire face à une maladie respiratoire jusqu’alors inconnue, en particulier lorsqu’une grande partie de la population se déplace à travers le pays pendant les vacances du Nouvel An lunaire », a déclaré la source.

La source a averti que la fermeture du laboratoire a ralenti les scientifiques et leurs recherches alors qu’ils auraient dû développer de nouveaux outils et vaccins pour gérer l’épidémie de virus, mais pour une raison inconnue, et toujours inconnue, le gouvernement a immédiatement fermé le laboratoire après que la séquence du génome ait été publiée dans le domaine public.

« Des instituts de recherche et des universités ont déposé des demandes pour essayer des médicaments et comparer les effets de différents traitements et le développement de vaccins, mais [toutes ces demandes] devront être rejetées. La fermeture du laboratoire affecte également l’étude du virus », a ajouté la source.

Le manque de transparence de la Chine depuis le début de l’épidémie à la fin de l’année dernière est une préoccupation importante. La raison probable de la fermeture du laboratoire au début du mois dernier est due à la pression exercée par le gouvernement chinois sur la Commission de la santé de Shanghai pour empêcher la diffusion de données scientifiques à la communauté internationale qui démentiraient probablement la version officielle selon laquelle le virus proviendrait d’un marché alimentaire de Wuhan, en Chine. Mais comme nous l’avons noté la semaine dernière, il est trop tard, et le Global Times a dû admettre qu’une « nouvelle étude chinoise indique que le nouveau coronavirus ne provient pas du marché aux fruits de mer de Huanan ».

Même la Chine a dû remettre en question sa version officielle ; le NY Post a publié un article qui semble très familier au nôtre : « Ne croyez pas la version de la Chine : Le coronavirus pourrait avoir fui d’un laboratoire » dans lequel l’auteur écrit « les preuves indiquent que des recherches sur le SRAS-CoV-2 sont menées à l’Institut de virologie de Wuhan« .

Si la Chine a fait pression sur Shanghai pour fermer le laboratoire qui a séquencé le virus et l’a publié sur des sites libres d’accès pour que la communauté scientifique mondiale puisse l’observer, c’est parce qu’elle a tenté de limiter les informations sur le virus afin que son histoire officielle ne soit pas démystifiée ; oups, trop tard.

source

Commenter cet article

zelectron 03/03/2020 17:25

Le labo de Wuhan a été aidé principalement par l'Institut Pasteur en vue d'aider la Chine à produire des vaccins contre les différentes épidémie qui l'accablait. Le pouvoir chinois a comme d'habitude joué double jeu et cherché à produire des virus à partir des nouvelles connaissances acquise sur le dos des français. Un laborantin a probablement exporté le nouveau virus obtenu en sortant du labo sans précautions maximales ! Comme il est mort depuis longtemps et incinéré sans perdre de temps les preuves sont effacées. Fin de l'histoire. Signé Xi.
nb. je ne vois pas ce que les américains viennent faire là-dedans : ils sont assez grands pour travailler tous seuls dans leur coin, ce n'(est pas la peine de fantasmer.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs