Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les ministres de l’énergie du G7 (Grande Bretagne, Allemagne, Italie, Canada, USA, France et Japon), réunis à Rome, ont de nouveau appelé à réduire la dépendance au gaz russe. On voit parfaitement derrière cette position la volonté des États-Unis d’imposer aux Européens leur coûteux gaz de schiste.
 
Si les Européens se montrent réticents, c’est parce qu’ils ont déjà une longue expérience de coopération mutuellement avantageuse avec la Russie. Les PDG de Gazprom Alexeï Miller et de la société autrichienne OMV Gerhard Roiss, ont signé, à la veille de la réunion du G7, un Mémorandum d’intention concernant la réalisation du projet South Stream en territoire autrichien. Les pays européens se rendent compte que ce projet a une grande dimension sociale et économique pour l’Europe en crise. La construction et l’exploitation du gazoduc permettront de créer environ 8500 emplois rien qu’en Bulgarie, Serbie, Hongrie, Slovénie et Croatie.
 
Quant aux projets alternatifs conçus par l’UE, ils rendent les Européens dépendants de la spécificité de la région de la Caspienne.
 
Dans son entretien avec la Voix de la Russie, Alexeï Gromov, directeur du département énergétique de l’Institut russe de l’énergie et des finances, a attiré l’attention sur la possibilité d’attribuer au projet South Stream un statut spécial :
 
« Il deviendrait ainsi un +projet d’infrastructure transfrontalier+ et échapperait ainsi aux règles du 3e Paquet énergie de la soi-disant 3e Directive gazière de l’UE. Ce document prévoit directement un régime spécial attribué aux projets transfrontaliers ».
 
Tout porte à croire que c’est précisément cette évolution des événements que craignent les États-Unis, puisque les livraisons d’hydrocarbures russes en Europe rendent caducs les projets américains liés aux livraisons du gaz de schiste, par ailleurs plus cher. L’unique possibilité qui leur reste pour le placer sur le marché européen consiste à isoler la Russie et à provoquer l’instabilité dans la région de la Caspienne.
 

 

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article