Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des nonnes fouettant une jeune femme: illustration pour "la Religieuse", de Denis Diderot. (©AFP ImageForum)

Benoît XVI avait laissé entendre qu'il s'en passait, des choses, dans les caves du Vatican.

Cette fois, c'est un historien allemand, prêtre, professeur à l'université de Münster, connu pour ses travaux sur l'Inquisition et sur Pie XII, qui nous révèle un scandale qui éclaboussa le Saint-Siège. Cela se déroulait au milieu du XIXe siècle, et nous n'en aurions jamais rien su si une princesse n'était passée par là.

Katharina von Hohenzollern entre comme novice au couvent franciscain de Sant'Ambrogio, à Rome et à deux pas du Saint-Siège, en 1858. Elle y découvre qu'on y honore une fausse sainte, que la mère vicaire couche avec les nonnes et que les confesseurs ferment les yeux en échange de quelques services intimes. Pour éviter qu'elle ne parle, on tente de l'empoisonner. Elle demande secours à un cousin influent et l'affaire se retrouve devant le tribunal de l'Inquisition.

Bien sûr, on considère d'abord qu'elle fabule, mais l'instruction du dossier va se révéler une véritable boîte de Pandore. Non seulement il y a bien eu des tentatives de meurtre, des abus sexuels, mais aussi des détournements de fonds.

Hubert Wolf cite des interrogatoires stupéfiants tirés des archives du Vatican où il est question de purifications en forme de rites d'initiation lesbiens. On y croise aussi un cardinal qui a un faible pour les femmes à visions. L'extase n'est en effet pas que mystique, et l'on trouve un théologien complice pour expliquer que pendant l'ivresse la prière continue. Même si on tente de mettre tout sur le compte du diable, Joseph Kleutgen, l'un des artisans du concile de Vatican qui déclara l'infaillibilité papale, fut condamné pour hérésie.

L'enquête scrupuleuse d'Hubert Wolf, qui fut un succès en Allemagne (30.000 exemplaires), ne relève heureusement pas que du scabreux. Au-delà de la vie d'un couvent très spécial, l'historien explique le fonctionnement du droit pontifical, l'influence de la Compagnie de Jésus et les errances d'un mysticisme incontrôlé qui bascule de la grâce au vice, et versa...

Laurent Lemire

Le Vice et la Grâce, par Hubert Wolf,
traduit de l'allemand par Jean-Louis Schlegel, Seuil, 450 p., 23 euros.

SOURCE

Vatican : Francesca Chaouqui, la «femme du pape» qui fait scandale

Vatican : francesca chaouqui, la «femme du pape» qui fait scandale

 

 

Tag(s) : #RELIGIONS

Partager cet article