Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...car les politiques n'osent pas vous le dire. De facto, ils seront obligés de manger leur chapeau dans la honte la plus totale... Sachez que la presse internationale de vendredi, de samedi et de dimanche, et même de ce lundi matin, parle de l'échec MONUMENTAL de la Ne mascarade pour sauver l'euro, alors que celui-ci est techniquement dans le coma depuis belle lurette. Les Américains l'ont arrosé d'essence AA, BB et CC, et y ont mis le feu. La crise va s'accentuer, les taux d'intérêts à payer encore plus hauts, et le service de la dette sera le premier poste à payer pour tous les pays. Même l'Allemagne va y laisser des plumes. Seulement voilà, les Allemands ont un avantage MAJEUR sur nous: juste après l'effondrement de Wall Street du 29 septembre 2008, Angela Merkel a fait voter une loi permettant de nationaliser n'importe quelle banque allemande sur le champ, sans demander l'avis des actionnaires... Vous me suivez? Nicolas Sarkozy n'a pas fait voter une telle loi au parlement et ceci pèsera lourdement dans la balance quand il faudra en venir aux mains avec les banques.

Depuis toutes ces années Ambrose-Evans Pritchard a toujours affiché un flegme typiquement britannique et n'a jamais insulté les politiques. Mais depuis vendredi dernier, les noms d'oiseaux volent. Il est allé jusqu'à traiter les acteurs européens d'idiots, Sarkozy et Merkel, l'insulte suprême sous sa plume: "Europe's blithering idiots and their flim-flam treaty", lire ici. Il est vrai, le grand public regarde ces réunions et ne comprend pas grand chose à ce qui s'y passe. En revanche, pour les Anglais, la sortie pure et simple de l'Europe n'est maintenant plus qu'une question de temps. Lisez par exemple le FT ici qui demande combien de temps il reste ou encore ce papier du New York Times: "European Banks Hunt for Ways to Raise Cash ... European banks, including Commerzbank of Germany, BNP Paribas of France and Lloyds Banking Group of Britain, are selling assets and increasing customers' interest rates in an effort to bolster their balance sheets.".... Rassurant n'est-ce pas? Ca craint... Mr de Roquefeuil nous signale qu'entre temps Moodys a bien dégradé les notes de la BNP, SG et Crédit Agricole, lire ici, et ce n'est que le début. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article