Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.wired.com/images_blogs/dangerroom/2011/12/Songs-660x495.jpg

source wired.com

 

28 décembre 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

La dernière évaluation effectuée par les Etats-Unis de la modernisation rapide des sous-marins chinois contient à la fois de bonnes et de mauvaises nouvelles pour l’US Navy. D’un côté, les quelques 60 sous-marins de la marine de l’armée populaire de libération passent de plus en plus de temps en mer, pour des missions opérationnelles — montrant ainsi l’expérience navale croissante et le sérieux avec lequel la Chine considère son influence dans le Pacifique Ouest.

 

Mais d’un autre côté, cette agitation soudaine des sous-marins chinois donne aux forces américaines plus d’occasion de pister et d’examiner les sous-marins chinois. Et les spécialistes américains ont découvert une information intéressante : les sous-marins chinois sont beaucoup plus bruyants qu’on ne s’y attendait. Le son qu’ils entendent est celui de l’équilibre des forces dans le Pacifique, penchant en faveur de Washington.

 

En 2007, les sous-marins classiques et la poignée de sous-marins nucléaires chinois n’avaient effectué, à eux tous, que quelques missions opérationnelles dans l’année. 2 ans auparavant, aucun des sous-marins chinois n’avait effectué de mission. Pendant des années, la majorité des sous-marins chinois étaient restés amarrés dans les bases navales, rendus indisponibles par des problèmes mécaniques et le manque d’équipages adéquatement entraînés.

 

Tant que les sous-marins chinois ne naviguaient pas, les avions espions, les navires de surveillance et les sous-marins de l’US Navy avaient peu d’occasion d’évaluer les capacités de la Chine dans ce domaine — et plus important, de déterminer le niveau de bruit que produisaient les sous-marins chinois en plongée et en navigation. Les marines peuvent utiliser des sonars passifs pour pister les sous-marins en écoutant le bruit qu’ils produisent. Plus un navire est bruyant, plus il est facile de le détecter. Et de le détruire.

 

Vu le peu d’informations dont ils disposaient, les services américains de renseignement ont dû deviner. Dans des cas comme celui-ci, « vous êtes très conservateur », a indiqué un spécialiste américain. Ces estimations très conservatrices plaçaient les derniers sous-marins chinois en gros 10 ans en retard sur les sous-marins russes les plus modernes, et près de 20 ans derrière les américains.

 

Désormais, les sous-marins chinois naviguent beaucoup plus souvent. « Au cours des 2 dernières années, les Chinois ont commencé à faire naviguer leurs sous-marins classiques dans des endroits comme la mer des Philippines, » révèle ce spécialiste. Ainsi, les forces américaines collectent plus d’informations, et des informations plus précises. Avec ces informations, l’US Navy a effectué une nouvelle évaluation des sous-marins chinois. Ce spécialiste a assisté à une présentation classifiée de cette évaluation.

 

La plus grosse surprise de cette évaluation : en laissant de côté la douzaine de sous-marins importés de Russie, les nouveaux sous-marins chinois peuvent être détectés « dans la 1ère zone de convergence », un anneau situé environ à 25 nautiques d’un sous-marin en plongée, où les ondes sonores se regroupent.

 

Pendant la Guerre Froide, l’US Navy plaçait ses propres sous-marins en ligne où chaque sous-marin se trouvait à 25 nautiques du suivant, formant ainsi une sorte de filet pour attraper les sous-marins soviétiques. Avec la mise en service dans les années 90 de la dernière génération de sous-marins classiques russes, très discrets, les Américains ont pensé que la détection dans la zone de convergence n’était plus possible. Mais la Navy vient de découvrir que les sous-marins construits en Chine sont encore plus bruyants que les sous-marins russes vieux de 20 ans. « Apparemment, les sous-marins américains effectuent des détections en 1ère zone de convergence et les pistent ainsi, » indique le spécialiste.

 

Si les Chinois conservent la conception actuelle de leurs sous-marins, les sous-marins américains devraient être capables de prendre le dessus sur les sous-marins chinois, ouvrant ainsi la route aux porte-avions américains pour frapper des cibles à terre. Combiné avec un ralentissement dans la construction des sous-marins chinois, et le récent doublement du rythme de construction des sous-marins américains, cette découverte pourrait conduire à un changement radical de l’évaluation de l’équilibre des forces dans le Pacifique.

 

L’US Navy avait une avance technologique confortable sur la marine chinoise, avant même que l’augmentation de l’activité des sous-marins chinois n’alimente cette récente évaluation. Maintenant cette avance serait encore plus importante. Et plus bruyante.

 

Référence : Wired (Etats-Unis)


source: rpdefense

Tag(s) : #SCIENCES - TECHNOLOGIE

Partager cet article