Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un jeune homme a été victime d'une violente agression à proximité de la gare Saint-Lazare de Paris (9e), le 5 juin 2013

Un jeune homme a été victime d'une violente agression à proximité de la gare Saint-Lazare de Paris (9e), le 5 juin 2013 J.DURON / 20 MINUTES

 

 

Après l'agression d'un militant d'extrême gauche à Paris, Manuel Valls accuse l'extrême droite

PARIS – Qui dénonce une agression «fasciste»...

Le jeune homme violemment agressé par des skinheads près de la gare Saint Lazare, mercredi, est mort, selon le Parti de Gauche (PG). Des sources «proches de l'enquête» ont, elles, affirmé à l'AFP que la victime avait été déclarée en état de mort cérébrale. A 1h00 du matin, ses agresseurs n'avaient pas encore été interpellés.

Le secrétaire national du PG en charge de la lutte contre l’extrême droite, Alexis Corbière, écrit que Clément Méric était «un étudiant de Science Po de 18 ans connu pour son engagement anti-fasciste». Selon l'adjoint à la Mairie du 12e, ses agresseurs seraient «des militants d’extrême droite, manifestement du Groupe JNR (Jeune Nationaliste Révolutionnaire)».


Trois agresseurs dont un armé d'un poing américain

En fin d'après-midi, un journaliste de 20 Minutes présent sur place a vu plusieurs véhicules de secours arriver. Plusieurs témoins ont décrit les trois agresseurs comme étant des skinheads, avec des bombers et rangers.

Ils les ont vus attaquer un autre groupe de jeunes âgés d'une vingtaine d'années. «C'était une agression très violente. On était à une trentaine de mètres avec ma copine et on a entendu un gros boum quand sa tête a heurté le poteau», a indiqué un témoin. Un passant a alors mis le jeune homme en position latérale de sécurité, avant que la victime ne soit évacuée, en sang, a constaté notre journaliste.

Selon une source policière, une vente privée de vêtements était organisée rue Caumartin (IXe arrondissement), à laquelle assistait notamment la victime avec trois autres camarades. Trois jeunes gens «de type skinhead», dont une femme, sont arrivés dans les lieux et il y a eu invectives et bousculades entre ces groupes, selon les premiers éléments de l'enquête confiée au 1er district de police judiciaire (DPJ) se basant pour l'heure sur de «nombreux témoignages directs». Les skinheads seraient sortis et auraient attendu «avec des renforts» devant la magasin. La victime, Clément, «a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain», selon la source.


Rassemblement à 18h30 Place Saint-Michel


Le maire de Paris a réagi par un communiqué publié dans la nuit. «J'apprends avec horreur l'agression mortelle perpétrée par des militants d'extrême droite dont a été victime un jeune militant aux abords de la gare Saint Lazare ce soir. Je souhaite que la police et la justice parviennent à identifier rapidement les coupables et à prendre toutes les mesures qui s'imposent», écrit Bertrand Delanoë, en adressant ses «pensées les plus émues à sa famille et a ses proches».

Le parti de Gauche lance un appel au ministre de l'Intérieur et «exige que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux». Appelant à un rassemblement Place Saint-Michel ce jeudi à 18h30, le PG réclame la «dissolution des groupes d’extrême droite qui multiplient les actes de violence».

source

 

Une vague d'indignation

Après ces échanges «très houleux», les skinheads sont sortis et ont attendu «avec des renforts», devant la magasin. La victime «a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain et a chuté sur la chaussée en heurtant un plot au passage». Les investigations s'orienteraient vers une agression à «connotation politique» dans cette affaire «extrême droite contre extrême gauche». L'enquête a été confiée au 1er district de police judiciaire (DPJ). Les auteurs n'avaient pas été interpellés peu avant une heure du matin.

L'agression a provoqué une vague d'indignation. Dans la nuit, un rassemblement spontanée s'est produit devant la Pitié Salpétrière, où est hospitalisé le jeune homme. Le Parti de Gauche appelle de son côté à manifester Place Saint-Michel ce jeudi à 18h30. Le mouvement coprésidé par Jean-Luc Mélenchon «interpelle le ministre de l'Intérieur et exige que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux» et «exige également la dissolution des Groupes d'extrême droite qui multiplient les actes de violence à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaines». «Je souhaite que la police et la justice parviennent à identifier rapidement les coupables et à prendre toutes les mesures qui s'imposent», écrit le maire de Paris, Bertrand Delanoë, en adressant ses «pensées les plus émues à sa famille et a ses proches».

 

Partager

 

Pour le Parti de gauche, "l'horreur fasciste vient de tuer en plein Paris". Un militant d'extrême gauche âgé de 19 ans a été violemment agressé, mercredi 5 juin dans la soirée, lors d'une altercation qui "a opposé (...) deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d'ordre politique" selon les mots de Manuel Valls. Pour le ministre de l'Intérieur, cette agression "porte la marque de l'extrême droite" et a été commise par "plusieurs skinheads". La victime se trouve jeudi matin dans un état de mort cérébrale.

 

Quelles sont les réactions ?

L'état désespéré du jeune homme a ému de nombreux internautes, dont des camarades de la victime qui se sont exprimés sur Twitter. 

Sur Facebook, une page a été créée pour lui rendre hommage. L'ensemble de la classe politique a réagi jeudi matin. 

A l'extrême gauche Les militants d'extrême gauche sont sous le choc, à l'image de Clémentine Autain. Sur Twitter, la membre du Front de gauche se dit "sidérée par [cet] assassinat" et dénonce une "violence inouïe". Le Parti de gauche a lui interpellé Manuel Valls "et exige que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux". La formation a indiqué qu'elle exigeait également "la dissolution des groupes d'extrême droite qui multiplient les actes de violence à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaines".

A gauche "J'apprends avec horreur l'agression mortelle perpétrée par des militants d'extrême droite dont a été victime un jeune militant aux abords de la gare Saint-Lazare ce soir", a écrit le maire de Paris, Bertrand Delanoë, dans un communiqué, adressant ses "pensées les plus émues à sa famille et à ses proches".

Sur Twitter, Pierre Bergé, proche du PS, a reproché aux opposants au mariage pour tous le climat actuel. Le collectif La Manif pour tous a immédiatement réagi, dénonçant un amalgame entre leur mouvement et ce drame.

A l'extrême droite Alors que le ministre de l'Intérieur a indiqué que cette agression port[ait] la marque de l'extrême droite, Marine Le Pen, présidente du Front national, a elle assuré jeudi que son parti n'avait "aucun rapport, ni de près ni de loin" avec la mort "épouvantable" du jeune militant d'extrême gauche.

 

ET VOUS ???


 

 

 

SOURCE

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article