Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Face à la baisse programmée du taux du Livret A, à compter du 1er août, ouvrir un Plan d’Epargne Logement (PEL) peut constituer une bonne alternative pour placer vos liquidités à moyen terme. Si vous êtes certain de ne pas avoir besoin de votre épargne dans les deux ans à venir, ce placement vous servira des intérêts de 2,11% net par an.

Livret a : jouyet évoque un taux compris entre 1% et 1,25%

Livret a : jouyet évoque un taux compris entre 1% et 1,25%

 

France: comment bercy améliore sa trésorerie en taxant deux années de revenu de l'épargne

France: comment bercy améliore sa trésorerie en taxant deux années de revenu de l'épargne

 

> Un placement simple et disponible

Disponible dans toutes les banques, qui en font rarement la promotion, le PEL est un placement réglementé et obéit à des règles strictes. Vous ne pouvez en détenir qu’un seul par personne (les enfants mineurs peuvent être également titulaires) et devez l’ouvrir avec un minimum de 225 euros. Vous devez en plus vous engager à verser dessus au moins 540 euros par an (soit 45 euros par mois) durant les quatre premières années. Enfin, son plafond de versement est fixé à 61.200 euros.


> Une rémunération attrayante

Un PEL ouvert aujourd’hui rapporte 2,50% par an, et ce jusqu’à sa date de clôture. Légalement sa durée minimale est de quatre ans de détention, mais vous pouvez parfaitement le clôturer avant si vous avez besoin de récupérer vos fonds. Contrairement aux autres placements réglementés, dont la rémunération est modifiée régulièrement, le taux du PEL est garanti de son ouverture jusqu’à son terme. Cette rémunération n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu, mais chaque année, les prélèvements sociaux de 15,5% seront ponctionnés. Les intérêts versés correspondent donc à un taux de 2,11% net, ce qui reste largement supérieur à la rémunération du Livret A.

Attention : pour que votre épargne soit rémunérée à ce taux, vous devez conserver votre PEL ouvert pendant au moins deux ans. Si vous le clôturez avant cette période, ce qui est parfaitement autorisé, la rémunération sera recalculée au taux du Compte Epargne Logement (CEL) en vigueur à la date de fermeture (« e 1,25%) et l’opération sera donc nettement moins intéressante.

Si vous fermez votre plan entre son deuxième et son troisième anniversaire, votre rémunération de 2,50% par an est définitivement acquise, mais vous perdez la prime d’Etat et les droits à prêts. Enfin, si vous le clôturez votre PEL entre son troisième et son quatrième anniversaire, vous ne touchez que la moitié de votre prime d’Etat et avez des droits à prêt minorés. Au-delà de son quatrième anniversaire, vous pouvez bénéficier de tous les avantages du PEL : rémunération à 2,50% par an, droits à prêt et prime d’Etat.

Bon à savoir : à partir de son dixième anniversaire, votre PEL reste ouvert, mais vous ne pouvez plus effectuer de versements. Les intérêts continuent d’être crédités dessus pendant encore cinq ans. A partir de son quinzième anniversaire, en revanche, le PEL est automatiquement transformé en compte sur livret, à un taux d’intérêt fixé par la banque dans lequel il a été ouvert (médiocre la plupart du temps).


> Une prime d’Etat à la clé

Si vous avez bloqué votre épargne sur votre PEL pendant au moins quatre ans, vous avez droit à la prime d’Etat plafonnée à 1.000 euros (ou 1.525 euros si votre crédit sert à acheter un logement « vert »), qui permet de booster votre rémunération globale.

Seules conditions pour l’obtenir : il faut faire une demande de crédit immobilier épargne logement d’au moins 5.000 euros. Il ne peut porter que sur la résidence principale et doit servir à acheter, construire ou faire des travaux d’extension ou de rénovation. Si vous êtes déjà propriétaire ou que vous n’envisagez pas une opération de ce type, sachez qu’il est possible de céder vos droits à prêt à vos parents ou enfants, et…encaisser la prime d’Etat.

Marie Pellefigue

© Capital.fr
Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article