Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le dernier convoi de déchets nucléaires allemands retraités par le groupe Areva en France a quitté avec retard mercredi l'ouest de la France pour l'Allemagne, entraînant de violents incidents avec des militants antinucléaires qui tentent de le bloquer.

 
AFP/Kenzo Tribouillard

Cocktails Molotov et pierres contre gaz lacrymogènes: antinucléaires et forces de l'ordre se sont affrontés dès mercredi matin près de Valognes, le long de la voie ferrée que le convoi doit emprunter. Au moins trois personnes ont été légèrement blessées (deux manifestants et un gendarme) et douze militants interpellés.

 

Les forces de l'ordre ont délogé près de 200 manifestants, surtout des Français, mais aussi des Anglais, Allemands, Espagnols et Belges, qui retiraient le ballast de la voie ferrée ou y déposaient grosses pierres, barres de fer et blocs de béton, a constaté l'AFP.

 

Les incidents, au cours desquels un véhicule des forces de l'ordre a été incendié, ont retardé le départ du convoi, une "forteresse roulante" de onze wagons selon Areva, qui devait s'ébranler en début d'après-midi, est finalement parti avec une heure et demie de reatard en milieu d'après midi, alors que des installations ferroviaires ont été endommagées et que des réparations étaient en cours.

L'association Greenpeace a aussitôt condamné "toute forme de violence", tant du côté des militants anti-nucléaires que des policiers.

 

Il s'agit du douzième et dernier convoi de déchets nucléaires qui avaient été confiés par l'Allemagne au groupe Areva pour être retraités dans son usine de La Hague (ouest de la France). Le convoi doit ramener les résidus retraités vers le site allemand de Gorleben.

 

L'Allemagne, qui a choisi de sortir du nucléaire en 2022, ne devrait plus dorénavant faire retraiter de déchets hautement radioactifs et se contenter de les stocker en l'état. Le contrat entre Areva et ses partenaires allemands parvient à échéance avec cet ultime convoi.

 

Un arrêté des autorités françaises interdit toute manifestation mercredi à 500 mètres de part et d'autres de la voie ferrée entre Valognes et Lison, à 70 kilomètres de distance.

 

La ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est étonnée mercredi des manifestations antinucléaires, soulignant que ces déchets devaient être renvoyés dans leur pays.

 

"Ce sont des déchets qu'on renvoie à l'étranger. Ils (les manifestants, NDLR) veulent qu'on les garde ?", a-t-elle lancé.

 

Selon Greenpeace, les quantités de déchets transportées par ce convoi sont les mêmes que lors du dernier convoi parti de La Hague pour Gorleben en novembre 2010, soit onze wagons de déchets vitrifiés "hautement radioactifs".

 

En 2010, le train parti le 5 novembre de Valognes était arrivé le 8 à son terminus ferroviaire en Allemagne, après avoir été bloqué trois heures à Caen et une nuit en Allemagne par des militants antinucléaires.

 

La police allemande a indiqué s'attendre cette année à des dizaines de milliers de manifestants.

 

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, la question du nucléaire s'est imposée dans plusieurs pays occidentaux, notamment en Allemagne et en France.

 

L'Allemagne, la Belgique et la Suisse ont annoncé leur volonté d'en sortir. Les Italiens qui en sont sortis en 1987 se sont prononcés par référendum contre la construction de nouvelles centrales.

 

En France, le nucléaire a provoqué une crise entre François Hollande, candidat du parti socialiste à la présidentielle de l'an prochain et favori des sondages actuellement, et ses alliés écologistes.

 

L'opinion publique, dans un pays où les arguments de ceux qui présentaient l'énergie nucléaire comme "propre" et permettant d'assurer l'indépendance énergétique de la France ne faisaient guère l'objet de débat, se montre aujourd'hui moins réticente à un abandon de la filière réclamé par les écologistes.

 

Le chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, est pour sa part opposé à toute sortie du nucléaire.

 

source: Actu.orange.fr
Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article