Crèches, écoles, collèges, lycées et mêmes les universités. Tous ces établissements seront fermés partout en France dès lundi et “jusqu’à nouvel ordre”, a annoncé le président de la République Emmanuel Macron jeudi 12 mars dans la soirée, lors d’une allocution télévisée. Objectif : diminuer la propagation du coronavirus et protéger les plus vulnérables, notamment les personnes âgées de plus de 70 ans. Les jeunes peuvent en effet être porteurs du Covid-19 sans pour autant en manifester les symptômes. Une question se pose alors pour les parents : comment garder les enfants ? Voici comment obtenir un arrêt de travail, même si vous n’êtes pas contaminé.

Si Emmanuel Macron a promis un “service de garde région par région” pour les enfants des personnels soignants - indispensables à la gestion de la crise sanitaire - afin que ces derniers puissent continuer à travailler, il y a des parents, pour qui le télétravail est compliqué, voire impossible. Pour rappel, un décret du 31 janvier 2020 permet déjà aux parents dont les enfants sont malades du coronavirus ou dont les écoles sont fermées de bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé par la Sécurité sociale, comme un arrêt maladie classique, mais sans jour de carence. Mais cette mesure, appliquée depuis le 1er février, est valable deux mois. Il ne reste plus que vingt jours. Alors que le président a bien souligné que nous n’en sommes qu’au début de cette crise sanitaire, la durée maximale pendant laquelle chaque parent peut bénéficier d’une mesure d’isolement tout en étant indemnisé est, pour le moment, fixée à vingt jours. "C'est possible 20 jours, on verra après, ce sera le temps qu'il faut", a déclaré la ministre du travail Muriel Pénicaud sur Franceinfo.

Votre employeur peut demander un arrêt de travail en ligne

Depuis mardi 4 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé ainsi que l’Assurance maladie ont ouvert le télé-service “declare.ameli.fr”, une plateforme qui permet à l’employeur de déclarer un arrêt de travail en ligne, sans que le salarié, non contaminé, ait à consulter son médecin. Jusqu'ici restreint aux départements de l'Oise et du Haut-Rhin, le dispositif est désormais étendu à l'ensemble du pays, a indiqué ce vendredi 13 mars à l'AFP le cabinet de la secrétaire d'Etat aux Solidarités, Christelle Dubos. Le parent concerné doit immédiatement contacter son employeur. Ce dernier envisage d’abord les modalités de télétravail qui sont possibles pour le salarié. Mais si aucun aménagement des conditions de travail ne peut permettre au parent de rester à son domicile pour garder son enfant, l’employeur doit déclarer l’arrêt de travail de son salarié via la plateforme “declare.ameli.fr”. Celui-ci sera effectif pendant quatorze jours à compter de la date du début de l’arrêt déclaré. "L'employeur ne peut pas dire non, c'est automatique, si vous avez un enfant de moins de 16 ans, qui est en crèche ou école, et que le télétravail n'est pas possible vous y avez droit automatiquement", a précisé la ministre du travail Muriel Pénicaud sur Franceinfo.

>> A lire aussi - Coronavirus : le pic de l'épidémie est-il proche ? Notre graphique pour mieux comprendre

Le parent doit toutefois remplir certaines conditions pour obtenir cet arrêt de travail et être indemnisé par la Sécurité sociale. Il faut par exemple que le ou les enfants qu’il doit garder à domicile aient moins de 16 ans. Que ces derniers soient bien évidemment scolarisés dans un établissement scolaire fermé. Enfin, un seul parent (ou détenteur de l’autorité parentale) peut se voir délivrer l’arrêt de travail. Le salarié doit alors fournir à son employeur une attestation sur l’honneur, certifiant qu’il est bien le seul parent à demander l’arrêt de travail à cette occasion.

Enfin, si le délai de carence est supprimé, 'les règles d'indemnisation habituelles des arrêts de travail restent inchangées", a assuré la Direction générale de la santé (DGS) à Capital. Selon les explications du site du service public, les indemnités journalières (IJ) sont égales à 50 % du salaire journalier de base. Celles-ci ne peuvent pas excéder 45,55 euros bruts. Dans certaines conditions, le travailleur peut toucher des indemnités versées par l'employeur, notamment s'il justifie d'au moins une année d'ancienneté dans son entreprise.

SOURCE