Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Epandages d'insecticides neurotoxiques : Les magouilles de Syngenta pour échapper à la justice

922 tonnes : C'est la quantité de semences enrobées de puissants neurotoxiques qui a été illégalement enfouie dans le sol durant 4 ans par un agriculteur à la demande du géant de l'agrochimie Syngenta, moyennant une petite rétribution de 71 000 euros.

Parmi les substances neurotoxiques prohibées dissimulées, on y trouve l'imidaclopride - un pesticide plus connu sous le nom de Gaucho -, et de fipronil - substance active de l'insecticide Régent commercialisé par BASF - et reconnus tous deux hautement toxiques pour les abeilles (mais pas seulement) !

Suite à une plainte de syndicats et associations apicoles alertés par un apiculteur de la commune en 2003, la justice française ayant considéré cette action comme un abandon de déchet potentiellement dangereux, cela a valu à Syngenta Seeds Holding, filiale à 100 % du groupe suisse, d'être mise en examen en 2009 pour « élimination de déchets phytosanitaires pouvant produire des effets nocifs sur l'environnement ».

La réponse de Syngenta pour passer au travers des mailles du filet juridique fût on ne peut plus simple : La dissolution pure et simple de la filiale incriminée ! Pourquoi se prendre la tête ? Il suffira plus tard de créer à nouveau une filiale similaire et de lui attribuer un nouveau nom, et le tour est joué.

Du coup, le seul à se retrouver au tribunal est ce « pauvre » agriculteur, que je ne plaindrais sûrement pas, car accepter une somme d'argent si conséquente pour faire disparaitre une telle quantité de produits phytosanitaires potentiellement dangereux, et sans se poser la moindre question, me laisse penser que cet homme a vu ici l'opportunité d'arrondir confortablement ses fins de mois, et devait bien se douter que tout cela n'était pas très net.

Le géant suisse Syngenta n'aura donc pas à répondre de ses pratiques douteuses et peut remercier la complaisance des tribunaux à son égard (si ce n'est déjà fait)...

Le Veilleur

Semences toxiques : les manœuvres de Syngenta pour échapper à la justice

Le géant suisse de l’agrochimie est au cœur d’une affaire d’épandage de semences enrobées d’insecticides neurotoxiques.

Tout ça pour ça. Il semble en effet que personne ne paiera quoi que ce soit dans l’affaire des semences périmées en partie enrobées d’insecticides neurotoxiques que juge le tribunal correctionnel de Paris depuis mardi 18 octobre. Mercredi, le ministère public a requis une amende de 10 000 euros avec sursis à l’encontre de Bernard Béteille, l’exploitant agricole du Lot-et-Garonne qui a enfoui pendant quatre ans des tonnes de ces déchets dangereux pour l’environnement à la demande de Syngenta, qui voulait s’en débarrasser à bon prix.

Pourtant le groupe suisse n’aura vraisemblablement pas à répondre de ses pratiques.

Vous aurez compris que votre tribunal ne pourra pas se prononcer à son encontre, a lancé la procureure, Aude Le Guilchner, à l’adresse des juges. Vous pourrez juste constater la disparition de sa filiale qui est extrêmement impliquée, une disparition tout de même troublante qui continue d’interpeller le ministère public…

La veille, à l’ouverture de l’audience, l’avocate de Syngenta, Sylvie Moreau Bloch, était passée prévenir « par courtoisie » qu’elle ne plaiderait pas, n’assisterait pas non plus aux débats puisque son client n’existait plus. Pour échapper aux poursuites, la firme a en effet dissous sa filiale Syngenta Seeds Holding, dont elle était l’unique actionnaire. Elle l’a fait le 21 novembre 2011, cinq jours après avoir appris que celle-ci était renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris.

Furieux, les juges parisiens avaient demandé au tribunal de commerce de Versailles de déclarer cette manœuvre frauduleuse. Celui-ci a effectivement annulé la dissolution, mais l’agrochimiste a gagné son procès en appel, en janvier. C’est ainsi que pendant deux jours d’audience il n’a été question que de lui, mais sans lui.

Avant qu’elle ne s’évapore opportunément, sa société était sur la sellette pour ses contrats avec Bernard Béteille. Moyennant rétribution, l’exploitant a épandu, entre 1999 et 2002, pas moins de 922 tonnes de semences déclassées dans ses champs à Verteuil-d’Agenais. Cette façon de se débarrasser des invendus lui revenait moins cher que de les faire incinérer par une cimenterie.

Des pesticides redoutables

Le problème, c’est qu’une partie était enrobée de pesticides redoutables. En 2002, une plainte avait été déposée par des apiculteurs locaux, à laquelle se sont joints l’Union nationale de l’apiculture française, l’association Que choisir et France Nature Environnement. Après enquête des services de l’État chargés de l’environnement, plusieurs perquisitions menées par la gendarmerie, des auditions chez des juges d’instruction successifs, bref, après quatorze années d’efforts conduisant tous aux mêmes conclusions, il fut décidé de poursuivre Syngenta Seeds Holding pour avoir

fait déposer de façon irrégulière des déchets agrochimiques contenant des substances dangereuses

Après avoir minimisé, Syngenta a reconnu que 10 % à 15 % des semences de maïs étaient imprégnées d’imidaclopride – un pesticide plus connu sous le nom de Gaucho –, et de fipronil qui entre, lui, dans la composition du Régent, sans compter quelques fongicides. Les deux insecticides sont aujourd’hui partiellement ou totalement interdits.

C’est donc seul que M. Béteille s’est retrouvé sur le banc des prévenus devant la 31e chambre correctionnelle.

Voulez-vous vous exprimer ?, lui a proposé à plusieurs reprises la présidente du tribunal, Evelyne Sire-Marin. Parce que des éléments à décharge, je n’en ai pas vraiment trouvé dans le dossier…

« Quantités faramineuses »

Bredouillant qu’il ignorait la nature exacte de ce qu’il semait – malgré l’indication Gaucho imprimée sur certains sacs –, qu’il s’en remettait à la firme agrochimique, M. Béteille a rapporté qu’avec ces « semis haute densité », selon l’appellation de Syngenta, il produisait de l’engrais « vert » sur ces mêmes parcelles. En confiant que cette affaire lui a coûté plus que les 71 000 euros qu’elle lui a rapportés.

Son avocate, Dalia Moldovan, n’a eu ensuite qu’à souligner à quel point il serait injuste que l’agriculteur soit le seul condamné, alors qu’il était lui-même « victime de la confiance aveugle qu’il faisait à Syngenta, convaincu qu’un groupe de cette importance devait bien savoir ce qu’il faisait ». Depuis les interventions des gendarmes dans son exploitation, « M. Béteille vit avec la honte face au reste du village », a-t-elle assuré. Au cours de l’instruction, ses récoltes d’une année ont été saisies. Les difficultés se sont alors accumulées, il a dû vendre dix hectares pour faire face, il a eu des déboires familiaux… Qui aurait à cœur d’accabler l’exécutant quand le donneur d’ordres est absent ?

Ainsi donc la punition devrait se réduire à quasiment rien, alors que l’atteinte avérée à l’environnement, elle, est loin d’être anodine.

Comme le raconte Jean-Marc Bonmatin, toxicologue chercheur au CNRS :

J’ai été très étonné par les quantités faramineuses d’insecticides épandues. Un petit millier d’études scientifiques concluent à la dangerosité de ces produits sur les insectes butineurs, même employés à la dose homologuée. Alors là… Parler de semis haute densité à ce propos, c’est comme qualifier un bombardement au napalm d’épandage calorifique ! Le fipronil est près de 6 500 fois plus toxique que le DDT, interdit dans les années 1970, et l’imidaclopride près de 7 300 fois.

Pendant l’enquête, l’expert, cité comme témoin, a analysé des échantillons des drôles de cultures de M. Béteille à la demande d’un apiculteur de Verteuil-d’Agenais, Maurice Coudoin. Ce lanceur d’alerte est à l’origine des premières révélations. Depuis, il n’a pas manqué une audience. Celle-ci laisse pourtant un net sentiment d’inachevé aux plaignants.

Bernard Fau, qui défend les apiculteurs, a longuement dénoncé « l’utilisation de filiales comme une pratique scandaleuse de gestion du risque industriel ». C’est bien la société-mère qui devrait se présenter devant la justice, a-t-il plaidé, en s’appuyant notamment sur un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne. Voilà une nouvelle occasion manquée de placer un géant de l’agrochimie devant ses responsabilités, a en substance reconnu la procureure :

Il faut savoir admettre sa défaite. Le ministère public est allé aussi loin qu’il a pu pour faire reconnaître la fraude à la loi.

Le délibéré est attendu le 14 décembre.

Par Martine Valo

 


Tag(s) : #ACTUALITES, #SANTE, #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article