Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des rassemblements anti-migrants se sont déroulé dans 14 grandes villes d’Europe, la situation est de plus en plus tendue. En France, c’est à Calais que le rassemblement a eu lieu avec des arrestations à la clé dont celle de l’ex-commandant de la légion étrangère.

Le général Piquemal et 20 autres arrêtés à Calais lors d’une réunion interdite de PEGIDA (VIDEO)
Le général Piquemal et 20 autres arrêtés à Calais lors d’une réunion interdite de PEGIDA (VIDEO)

© Capture d’écran du compte Twitter @Louis_San

Le général Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère, a rejoint le mouvement d’extrême-droite anti-immigration Pegida pour une manifestation qui se déroule à Calais malgré une interdiction de la part du gouvernement.

«Les policiers viennent d’arrêter le général Piquemal, ancien patron de la légion étrangère», a annoncé sur son compte Twitter le correspondant de Canal+ Hugo Clément.

Au moins 20 autres manifestants ont également été interpellés, a indiqué un autre journaliste sur place, en citant un représentant de la préfecture. Selon une information qui circule sur les réseaux sociaux, l’organisateur «d’une manifestation d’extrême droite» aurait été arrêté en marge du rassemblement de Calais, sans que l’on en sache plus sur l’identité de celui-ci.

La publication de cette nouvelle a immédiatement enflammé les réseaux sociaux, de nombreux internautes qualifiant cette arrestation d’«erreur stratégique» de la part du gouvernement.


Une centaine de partisans de Pegida se sont rassemblés ce samedi à Calais devant la gare, sous forte présence policière qui réclamait la dispersion du groupe de personnes.

Des slogans tels que «On est chez nous!» ou «journalistes collabos!» ont été entendus.

Le général de Corps d’Armée Christian Piquemal, combattant d’élite à la tête de la légion étrangère de 1994 à 1999 a longtemps présidé l’Union nationale des parachutistes (UNP). Ce samedi, il a été un manifestant remarqué lors du rassemblement de Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident) à Calais contre la présence des migrants.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait pourtant décidé le 3 février d’interdire «toute manifestation susceptible de troubler l’ordre public à Calais», par peur de débordements lors du rassemblement.

Le mouvement a cependant décidé de maintenir la manifestation, qui devait initialement rassembler de 800 à 1000 participants, selon les organisateurs. Dans un communiqué annonçant sa venue à Calais, le général Piquemal, a assuré que le rassemblement se fera «dans l’ordre, le calme et la discipline de « vieilles troupes »».

Les Antifa répliquent à Paris

Dans le même temps, un rassemblement antifasciste se déroule à Paris, à l’appel du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et de l’union syndicale Solidaires. Les manifestants se mobilisent face à plusieurs manifestations organisées un peu partout en France par Pegida sous le slogan «Sauvons notre pays».

«Face à l’islamophobie, mobilisation !» lisait-on sur les bannières des manifestants aux Halles.

Les parisiens n’étaient pourtant pas nombreux à participer à la manifestation, qui n’a recueilli que quelques dizaines de participants.

Article en intégralité sur Russia Today

via les M.E.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article