Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La NASA, explique qu’un changement climatique radical est en cours : un mini age glaciaire serait imminent.

Pendant plus de 400 ans, du début du XVe siècle au milieu du XIXe siècle, la Terre a été frappée

par un phénomène météorologique peu commun : le petit âge glaciaire. Cette période, qui toucha

l’Europe et l’Amérique du Nord, fut marquée par un refroidissement important des hivers et par

des étés courts. Et plus particulièrement durant la période appelée « minimum de Maunder »

approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires était

significativement plus faible qu’aujourd’huiBientôt un « mini-âge de glace » ? La NASA détecte

une activité solaire particulièrement faible. Le climatologue John L.Casey, ancien consultant pour

la NASA, explique qu’un changement climatique radical est en cours : un mini age glaciaire

serait imminent.


Les conditions météorologiques actuelles rappellent celles qui ont précédé l’ère du « minimum de Maunder », entre 1645 et 1715.

 La NASA, explique qu’un changement climatique radical est en cours : un mini age glaciaire serait imminent.

Une nouvelle période glaciaire serait sur le point de se produire Crédit NASA


En Angleterre, la Tamise s’était retrouvée gelée à plusieurs reprises, et on pouvait la traverser à

pied. Des foires y ont alors été organisées et la glace était si forte que les commerçants et les

artistes pouvaient déployer leurs étals et installer leurs marchandises.

« Quand les deux ondes sont en phase, elles peuvent présenter une forte interaction, ou

résonance, et l’activité solaire est forte », explique Valentina Zharkova. « Quand elles ne sont pas

en phase, nous avons des minimum solaires. Quand il y une entière séparation, les conditions

sont celles qui ont pour la dernière fois été observées durant le minimum de Maunder, il y a 370

ans. »

Mais un nouvel âge de glace est-il encore possible ? A en croire les scientifiques de la Nasa, oui.

En effet, comme le relaie le Daily Mail, les chercheurs de l’agence américaine ont observé que

l’activité solaire est à l’heure actuelle à son plus bas niveau depuis près d’un siècle.

Ces mêmes scientifiques assurent aussi avoir constaté que le Soleil se retrouvait dans des

conditions assez similaires que lors de la période du minimum de Maunder. Ainsi, s’ils affirment

que 2013 a été l’année du « maximum solaire » ils établissent à 20% la probabilité que les

températures évoluent vers « des modifications majeures ». C’est le cas de Richard Harrison du

Rutherford Appleton Laboratory , qui a assuré à la BBC « n’avoir jamais rien vu de tel en trente

ans ». « Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace » certifie ce

scientifique.


Concrètement le nombre de taches solaires est en forte diminution depuis 2011 et les éruptions

solaires sont de moins en moins importantes et de plus en plus rares. Ce qui fait dire à Mike

Lockwood de l’Université de Reading que « d’ici à 40 ans, il y a une probabilité de 10 à 20% de

retraverser un âge glaciaire tel que durant la période du minimum de Maunder ». L’an dernier déjà

la NASA mettait en garde sur le fait « quelque chose d’inattendu » qui se passe sur le Soleil « .

 La NASA, explique qu’un changement climatique radical est en cours : un mini age glaciaire serait imminent.

Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse d’un nouvel âge de glace est évoquée. Déjà en 2011 le site The Register titrait : « La Terre se dirige peut-être vers un mini-âge glaciaire ». Dans l’article, il était écrit : « Des scientifiques National Solar Observatory (NSO) et de US Air Force Research Laboratory et l’US Air Force Research Laboratory analysent le comportement récent du Soleil, et tout indique qu’une période d’activité solaire inhabituellement basse peut être sur le point de commencer. » De quoi réjouir les ours polaires…
Hivers très froids

Voici un site (anglais) où vous trouverez des graphiques et l’explication de la baisse globale des températures :Pour établir leur nouveau modèle, les chercheurs ont utilisé les données des observations du champ magnétique fournies par l’observatoire solaire Wilcox, en Californie, indique le Daily Mail. Ils ont examiné les valeurs de l’activité du champ magnétique solaire pendant l’équivalent de trois cycles, couvrant la période de 1976 à 2008. En parallèle, ils comparé leurs prédictions à la moyenne des taches solaires, un autre marqueur fort de l’activité solaire. Résultat : les prédictions et les observations étaient finement corellées. « En combinant les deux ondes et en les comparant aux données réelles sur l’actuel cycle du soleil, nous avons établi que nos prévisions affichaient une précision de 97 % », a indiqué le Pr Zharkova.

johnhartnett Le Nouveau Paradigme adaptation

Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article