Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’information avait fait le tour du monde le mois dernier. Lors d’une discussion avec le Président Obama, N .Sarkozy s’était déchaîné contre le Premier Ministre israélien Netanyahu, le traitant de “menteur.”

Pourquoi tant de haine ? Pourquoi l’avoir ainsi insulté ?

L’accusation a choqué Israël et une grande partie de la communauté juive de France et de partout ailleurs dans le monde. Nicolas Sarkozy avait bien envoyé une lettre manuscrite à Netanyahu pour lui dire qu’il est toujours son pote et il avait reçu les dirigeants juifs de France pour leur rappeler “son engagement” envers Israël. Mais, il n’avait pas daigné s’excuser. Valérie Hoffenberg, proche amie de N. Sarkozy, avait alors affirmé que le Président ferait une visite en Israël en janvier… Même si, pour l’heure, les diplomates de Jérusalem n’ont reçu aucune demande de visite officielle.


Donc, la question demeure : pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il insulté B. Netanyahu ?

C’est le journal Haaretz qui donne des éléments de réponse. Selon des informations obtenues par ce quotidien, N. Sarkozy a été déçu de l’opération israélienne de libération de Gilad Shalit. Pas égocentrique pour un sou, N. Sarkozy voulait absolument que la scène se déroule de la manière suivante : un hélicoptère aux couleurs de la France, dans lequel B. Netanyahu serait monté, aurait traversé la frontière égyptienne, et aurait récupéré G. Shalit à son bord. L’engin français est resté en état d’alerte dans la région alors que B. Netanyahu avait refusé l’offre.

La suite, on la connait. Shalit, à bout de force, avait été forcé de répondre à une interview du Hamas avant de traverser le point de passage de Kerem Shalom et d’y rencontrer son père et B. Netanyahu. Puis, lors du transfert en hélicoptère israélien entre Kerem Shalom et son village natal, Shalit a fait un malaise, rétabli par l’équipe de sanitaire, il a pu enfin serrer très fort sa maman dans ses bras.

La proposition française a, semble t-il, été considérée comme “dangereuse” par les Services Israéliens qui craignaient que l’engin soit victime d’un tir de missile de terroristes gazaouis. Rien n’est à exclure et dans ces conditions, Israël a bien fait de ne pas accepter la proposition française… D’autant que le négociateur de la libération de G. Shalit n’était pas Français mais Allemand.

En fait, Nicolas Sarkozy voulait simplement se faire mousser. Et comme il n’en a pas eu l’occasion, il a craché sa hargne en plein visage de B. Netanyahu

Il devra redoubler d’efforts pour retrouver la confiance de la minuscule communauté juive de France lors des élections de mai prochain !

Amos Lerah – JSSNews

source: JSSNews

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article