Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les manuels d’histoire se trompent sur la peste noire, quand ils disent que c’est la peste bubonique, transmise par les rats et leurs puces. Une nouvelle étude suggère qu’elle était en fait causée par un virus de type Ebola, transmis directement d’une personne à l’autre.

Si les résultats sont valides, cela signifie qu’une forme moderne de la peste noire n’a pas besoin de l’insalubrité du Moyen-Âge pour se répandre. Des générations d’écoliers ont appris que la bactérie de la peste transmise par les piqûres de puces provoqua le dépeuplement de l’Europe médiévale. La peste est apparue au 14ème siècle et a tué au moins 25 millions de personnes — plus d’un quart de la population — sur une période de 300 ans. Mais deux spécialistes des maladies infectieuses ont étudié la peste noire et ont conclu qu’elle ressemblait davantage aux épidémies modernes du virus Ebola.
« A première vue, la peste noire a toutes les caractéristiques d’une maladie virale plutôt que d’une maladie induite par les bactéries de la peste« , a dit Christopher Duncan de l’Université de Liverpool. Les livres d’histoire se trompent, c’est certain.
La première épidémie constatée de peste noire eut lieu dans le port sicilien de Messine en 1347 et a été introduite par des galères italiennes revenant de Crimée, dans la mer Noire. Un an plus tard, la maladie atteignit le West Country d’Angleterre et se répandit bientôt dans les villes où elle sema la panique dans une population superstitieuse qui pensait que les taches rouges sur la poitrine des personnes touchées étaient des signes de Dieu.
Selon Duncan, les gens découvrirent rapidement que la seule manière efficace de faire face à la peste noire était de placer des familles et même des villages entiers en quarantaine pendant 40 jours. La période de quarantaine a été d’abord instituée dans les villes-états du nord de l’Italie à la fin du 14ème siècle et a été ensuite progressivement adoptée dans toute l’Europe, et maintenue pendant 300 ans jusqu’à ce que la peste disparaisse, écrit Duncan et Susan Scott dans leur livre Biology of Plagues.

Une quarantaine n’aurait pas été efficace si la maladie était transmise par les puces, affirme Duncan. Les rats ne respectent pas les quarantaines. La maladie était transmise directement d’une personne à l’autre, ce qui fait penser à un virus infectieux. La peste bubonique se répand de manière complexe car elle dépend des interactions entre les puces, les rats et les gens. Pourtant, le schéma de propagation de la peste noire était relativement simple et prévisible, ce qui indique une transmission d’une personne à l’autre.
« La peste bubonique endémique est essentiellement une maladie rurale, car c’est une infection des rongeurs », disent les auteurs. « La peste noire, en revanche, frappa indistinctement dans les campagnes et les villes. »
Les symptômes de la peste noire indiquent qu’il s’agissait d’une fièvre hémorragique causée par un virus de type Ebola. La fièvre arrivait soudainement, provoquant des douleurs et des saignements des organes internes, ainsi que des taches rouges provoquées par des effusions de sang sous la peau, qui sont des symptômes classiques des maladies de type Ebola.
Le professeur Duncan dit qu’une preuve supplémentaire de sa théorie réside dans une mutation d’un gène clé — nommé CCR5, qui procure une certaine protection contre le VIH. Les scientifiques ont constaté que cette mutation était uniquement apparue en Europe, à peu à l’époque de la peste noire, et sa fréquence élevée suggère qu’elle offrait probablement une certaine résistance au virus. Une mutation qui protège contre un virus comme le sida aujourd’hui, a dû apparaître pour lutter contre d’autres virus dans le passé.
Pendant ce temps, les docteurs enquêtent sur la mort d’un cycliste, un cas suspect de « vraie » peste bubonique, causée par les puces. L’anonyme de 28 ans faisait du vélo près de l’aéroport à Colorado Springs, il y a environ deux semaines. Peu de temps après, il est tombé malade et est mort en quelques jours.
Ce n’est que lorsqu’on a retrouvé et analysé le cadavre d’un chien de prairie au même endroit que l’on soupçonna la peste. Les autorités sanitaires ont signalé qu’un tamia (écureuil) serait mort de la maladie près du lac Tahoe en Californie. Les personnes vivant dans ces zones ont reçu la consigne de garder les animaux à l’intérieur.


http://newsoftomorrow.org/science/cometes/la-peste-noire-serait-en-fait-le-virus-ebola

 

Note :
Commentaire de SOTT : Ne manquez pas nos recherches sur le sujet : Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique

Cela mérite d’être gardé à l’esprit dans le contexte de l’épidémie récente de type Ebola…


Canada : Ebola suspecté chez un voyageur de retour (en anglais)


Voir aussi l’article de futura-science, du 25/03/2014 :

 

« Depuis février, une épidémie due au virus Ébola sévit dans le sud de la Guinée. La Sierra Leone voisine pourrait également dénombrer ses premières victimes. Une situation jusqu’alors inédite dans la partie ouest de l’Afrique. (…) Les autorités sanitaires locales sont débordées, malgré l’aide des ONG. Néanmoins, des mesures ont déjà été mises en place : cinq tonnes de médicaments et d’équipements médicaux ont été envoyées dans les villes concernées, bien qu’il n’existe aucun traitement de la maladie. Devraient suivre 33 tonnes de matériel spécialisé, envoyées par avion depuis la France et la Belgique. (…) L’origine de cette épidémie sur la côte atlantique demeure mystérieuse. En général, la contamination s’effectue lors d’un contact étroit avec un animal contaminé, comme les gorilles, les chimpanzés et autres singes, les chauves-souris, certaines antilopes ou même les porcs-épics.

 

D’où vient-elle cette fois ?

 

Mais surtout, où et quand s’arrêtera-t-elle ?«


Tag(s) : #SANTE

Partager cet article