Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nabil Sanad Ibrahim, le père de Maikel Nabil, est assis à une terrasse de café du centre du Caire. Autour de lui, de jeunes Égyptiens discutent, blaguent, rient aux éclats. Mais ce comptable de 56 ans a du mal à retenir ses larmes.

« Peut-être qu’au moment où l’on parle, Maikel est déjà mort », lâche-t-il. Son fils, détenu à la prison d’El-Marg, au nord du Caire, refuse de s’alimenter depuis quarante-cinq jours.

« Un pays qui l’oppresse »

« Lorsque nous lui avons rendu visite pour la dernière fois, le 1er octobre, jour de son anniversaire, il nous a dit qu’il préférait mourir que de vivre dans un pays qui l’oppresse », raconte son frère de 19 ans, Mark. Le procès en appel devait se dérouler mardi, mais il a été repoussé au 11 octobre, officiellement pour un problème de procédure.

« C’est une condamnation à mort ! Ils savent que Maikel risque de ne pas tenir jusqu’à la semaine prochaine, s’étrangle Mark. Il est passé de 60 à 47 kg, il ne peut plus marcher et souffre d’insuffisance rénale. Et il a menacé d’arrêter de boire si son appel était rejeté. »

Les demandes de la famille pour que Maikel soit transféré dans un hôpital sont restées sans réponse. « À la prison, il n’y a aucun équipement médical. Nous n’avons droit qu’à une visite tous les quinze jours, et nous ne pouvons pas le joindre par téléphone. »

« Insulte à l’armée »

Étudiant en droit et sciences politiques, membre du parti libéral du Front démocratique et pacifiste notoire, Maikel Nabil a été arrêté en mars pour ses écrits très critiques envers l’armée sur son blog.

« L’armée et le peuple n’ont jamais été une seule main », avait-il titré, dans un post (billet Internet) dénonçant les exactions de la police militaire contre les manifestants. Comme une vingtaine d’autres activistes égyptiens, il a été jugé par une cour militaire pour « insulte à l’armée » et « diffusion de fausses informations ».

Mais alors que les autres militants ont écopé de peines avec sursis et ont été relâchés, Maikel Nabil a été condamné le 10 avril à trois ans de prison ferme. « C’est parce qu’il a refusé de faire son service militaire », estime sa famille, qui ne pense pas que le fait qu’il soit chrétien ait joué contre lui.

Ses écrits sur Israël

Certains activistes estiment que sa religion aide l’armée à le faire passer pour un agent de l’étranger, tandis que la sévérité de sa condamnation permet de lancer un avertissement aux blogueurs.

Surtout, ses écrits sur Israël – Maikel affirmait que l’État hébreu avait le droit d’exister – en font un coupable parfait, dans une Égypte où le sentiment anti-israélien est quasi unanime.

« Mais nous ne baissons pas les bras, nous sommes tous prêts à être arrêtés s’il le faut », martèle son frère Mark, soutenu activement par de nombreux militants égyptiens.

Lors d’un rassemblement récent pour la libération de Maikel, un officier de la police militaire lui a glissé : « Si tu continues à parler de ton frère à la presse, nous allons te mettre en prison, comme lui. »

 

NINA HUBINET, au Caire   


Source : La-croix.com 

 

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article