Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux tirs de roquette ont été rapportés dans le sud de Beyrouth, dimanche, touchant un immeuble à logements dans un quartier sous le contrôle du Hezbollah libanais. Photo : Agence France-Presse Anwar Amro Deux tirs de roquette ont été rapportés dans le sud de Beyrouth, dimanche, touchant un immeuble à logements dans un quartier sous le contrôle du Hezbollah libanais. Beyrouth – Damas a annoncé sa participation à la conférence internationale prévue à Genève pour tenter de mettre fin à une guerre dans laquelle le Liban est désormais entraîné et qui doit faire l’objet de réunions lundi à Paris et Bruxelles.

En revanche, l’opposition syrienne réunie depuis jeudi à Istanbul ne parvenait pas dimanche à surmonter ses divisions et à adopter une position claire sur ses négociations avec le régime du président Assad.

 

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a annoncé en Irak « notre décision de principe de participer à la conférence internationale » de Genève-2, estimant que cette conférence, initiée par Washington et Moscou qui souhaitent voir régime et opposition se rencontrer en juin, « sera une bonne occasion de trouver une solution politique à la crise en Syrie ».

 

Les Kurdes de Syrie opposés au régime ont indiqué leur volonté de se rendre à Genève, que ce soit dans les rangs de la Coalition de l’opposition ou indépendamment. Parallèlement, les Européens, divisés depuis des mois sur la livraison d’armes aux rebelles, se retrouvent lundi à Bruxelles, alors que le dispositif de sanctions contre le régime syrien, dans lequel figure l’embargo sur les armes, prend fin le 31 mai à minuit.

 

Au Liban

 

Entre-temps, le Liban se retrouve de plus en plus entraîné dans la guerre en Syrie où le Hezbollah libanais s’est engagé depuis une semaine aux côtés de l’armée syrienne lors des combats pour reprendre la ville stratégique de Qousseir (centre).

 

Ainsi, deux roquettes ont visé dimanche matin la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, faisant quatre blessés, selon une source de sécurité.

 

Une des roquettes a touché le parc d’un vendeur de voitures, blessant quatre ouvriers syriens, selon cette source, tandis que l’autre a atteint un appartement sans faire de victime. « Cet incident est probablement lié au conflit syrien », a affirmé la source de sécurité.

 

« Les auteurs de cette attaque sont des terroristes et des vandales qui ne veulent pas la paix et la stabilité pour le Liban », a dénoncé le président libanais Michel Sleimane.

 

Le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, s’est immédiatement rendu sur les lieux, où il a dénoncé « un acte de sabotage visant à créer la zizanie ».

 

Samedi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait assuré que sa formation se devait d’intervenir en Syrie car ce pays est « la protection arrière de la résistance » et « la résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée ».

 

À Tripoli, la grande ville du nord du Liban, les combats entre partisans et opposants à Bachar al-Assad se sont poursuivis dans la nuit de samedi à dimanche. En six jours, 31 personnes, dont trois soldats, ont trouvé la mort dans ces affrontements, selon une source de sécurité libanaise.

 

Le Liban est profondément divisé entre les partisans du régime syrien et le camp hostile à Damas, ancienne puissance de tutelle.

 

Qousseir chancelle

 

Inquiète d’un débordement du conflit, la Jordanie, pays frontalier de la Syrie, a annoncé qu’elle était en pourparlers avec des « pays amis » pour déployer des missiles Patriot sur son territoire, comme l’a déjà fait la Turquie.

 

Sur le terrain, 22 combattants du Hezbollah ont été tués samedi dans les combats à Qousseir, a affirmé dimanche une source proche du mouvement chiite libanais.

 

La ville de Qousseir est contrôlée à 80 % par l’armée syrienne et le Hezbollah, a affirmé cette source, ajoutant que la route reliant l’est du Liban à Homs, au centre de la Syrie, est « securisée ».

 

Sur sa page Facebook, la Tansikiyat (comité de coordination sur le terrain) de Qousseir a appelé à l’aide : « Si Qousseir tombe, nous ne nous relèverons plus. Aidez-nous, envoyez-nous de l’argent, de la nourriture et des médicaments ».

source via Incapable de se taire

Tag(s) : #CONFLICTS DANS LE MONDE

Partager cet article