Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Le problème majeur avec le thème de la planète X, c'est qu'il a été pris en main par une cohorte d'agents désinformateurs qui se sont acharnés à ridiculiser par avance tout discours sur ce sujet.
Peu importe les preuves et l'argumentation, le citoyen lambda a besoin que les autorités reconnaissent officiellement son existence avant d'envisager lui même cette possibilité. 
Cela signifie que tant qu'une autorité comme la NASA n'aura pas apposé un tampon "approved", les gens ne prendront pas cette théorie au sérieux.

En vérité, récemment la NASA a lâché du lest puisqu'elle a reconnu que 80% des soleils de notre galaxie avaient un jumeau, elle a également reconnu l'existence d'un astre géant (Tyché) bien au delà de l'orbite de Pluton.
On se doute bien que si elle annonçait la cruelle vérité, à savoir qu'un soleil noir avait pénétré dans notre système solaire causant d'ores et déjà une série de cataclysmes, les gens seraient en proie à une panique  telle que cela causerait un effondrement civilisationnel.


Et bien entendu, pendant que le public reste ignorant de ce qui se prépare, la NASA demande à ses employés de passer en mode survivaliste et de se préparer à toute éventualité tandis qu'elle démenage une partie de ses locaux dans le Colorado loin des failles sismiques et des tsunamis, à proximité du centre de commadement alternatif du gouvernement américain.

A l'heure actuelle, c'est bien en vain que l'on chercherait des auteurs sérieux traitant de ce sujet. Il y a bien les travaux des astrophysiciens Mathése et Wiltmire de l'université de Louisiane qui stipulent qu'un astre géant serait responsable des périodes d'extinctions massives de notre passé géologique à cause des météorites qu'il entraîne dans son sillage, mais selon eux la période orbitale de cet astre se chiffrerait en millions d'années, ce qui ne correspond pas à la réalité puisque l'étude des anciennes traditions indique un chiffre de 3240 ans.

A ce jour, très peu d'astronomes ont osé lever le voile du secret. Citons l'équipe espagnole des "starviewers" et le brésilien Rodney Gomes .   Citons également  l'astrophysicien Carl Sagan qui reconnaissait en terme voilés que notre soleil avait bien un frère jumeau.

Hormis ces rares cas, celui qui voudra se renseigner sur ce sujet devra fouiller dans tout un tas d'affabulations plus ou moins farfelues mettant en scène des extraterrestres reptiliens. Il y a de fortes chances qu'il en soit découragé.

Le fait est le dispositif de censure mis en place est fort simple : Celui qui a le malheur de dire la vérité se verra privé de sa place dans les villes et bases souterraines que l'élite dirigeante a fait construire un peu partout dans le monde.

Dans ces conditions, il n'y a pas grand chose à attendre des autorités, elles continueront à faire fonctionner le système à l'aide la planche à billet et les entreprises fourniront de quoi distraire la population.
Et c'est ainsi qu'alors que s'achève un cycle de 64 800 ans, les moutons gambadent sur le chemin de l'abattoir  au son de "Gangnam style".

En l'occurrence tout a été prévu, et quand bien même cette naine brune deviendrait visible dans le ciel aux yeux de tous, des astronomes nous auront prévenus qu'il ne s'agit que des restes d'une supernova ayant explosé à des dizaines d'années lumières.

Face à l'omerta, le chercheur de vérité se verra contraint de se tourner vers des sources d'informations plus anciennes. Certains manuscrits comme le Kolbrin ou l'Orea Linda nous sont parvenus, ils relatent l'histoire des hommes lors des précédentes visites de la naine brune.

Si ces témoignages antiques contiennent des informations précieuses, il leur manque cependant ce cachet d'authenticité que seule procure la science officielle.

Pour avoir se cachet, il faudra se tourner vers une époque où le chantage au survivalisme (tu te tais ou tu perd ta place dans le bunker !) n'avait pas lieu d'être.  Une époque où le savoir scientifique commençait à être divulgué aux masses sous forme de vulgarisation. Une époque où les astronomes cherchaient activement l'endroit ou pouvait se cacher la planète X avec leurs télescopes (au lieu de cela ils ont trouvé Pluton qu'ils ont appelé 9 ème planète, cherchez l'erreur...).

Direction les années 30, la revue américaine "Popular Science" publie un article intrigant sous le titre "comment le monde va finir". Elle y révèle l'existence d'un second soleil et décrit dans le détail ses effets sur notre système solaire.
Tout d'abord, ce second soleil devrait perturber les orbites des planètes éloignées comme Pluton, Neptune, et Saturne puis viendra le tour de la Terre, à ce moment là, on verra se modifier l'inclinaison des axes polaires (cela se vérifie actuellement), le climat mondial se modifiera sous l'action du rayonnement des 2 soleils, il deviendra torride (cela aussi commence à se vérifier en 2012 avec des sécheresses catastrophiques). Puis arrivera un moment, où il ne sera plus possible de distinguer le jour de la nuit.


Fait surprenant, la revue révèle également de quelle manière lorsque cette naine brune sera alignée entre la Terre et le soleil, de gigantesques éruptions (bi)solaires viendrons frapper la surface de notre planète asséchant les fleuves et les mers.

Ceci démontre indubitablement que les astronomes savent parfaitement qu'un alignement entre la Terre, le Soleil et une naine brune pourrait causer de grosses éruptions solaires dans notre direction. Il existe donc un cover up total de la part des autorités scientifiques sur ce sujet.

Dernier point : l'article formule l'existence de ce soleil jumeau en se basant sur la théorie qui veut que lors de la formation du système solaire les planètes aient étés formées à partir des éjections de matière de la nébuleuse primitive. Cette théorie stipule que ces éjections qui ont donné les agrégats à partir desquels les planètes se formeront, n'ont étés rendues possible que par le passage d'un astre géant au voisinage du proto soleil.

Aujourd'hui cette théorie est tombée dans l'oubli, aucun astre géant n'a jamais transité par le système solaire, les planètes ont simplement étés formées par condensation de matière stellaire. Ceci constitue une preuve de plus de la duplicité de la communauté astronomique. Tout ce qui pourrait indiquer l'existence d'une naine brune a été banni de la science officielle.

 Aujourd'hui le chercheur de vérité se retrouve dans la situation de Gallilée contraint d'abjurer sa théorie. Malgré l'accumulation de faits et de preuves expérimentales, les instances officielles font la sourde oreille.
Face au mur du silence, tout ce qu'il peut dire c'est que pourtant cette naine brune, elle tourne...et elle chauffe et elle se rapproche et bientôt il n'y aura plus moyen de camoufler son existence...
D'ici là, il y a fort à parier que les rats quitteront le navire pour se réfugier dans les bunkers du nouvel ordre mondial.

 

Lien vers l'article de popular science (Oct 1936) :


 

Tag(s) : #NIRIBU

Partager cet article