Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une étude genévoise relance le débat des déodorants aux sels d'aluminium qui seraient responsables du cancer du sein. Le chlorure d'aluminium est présent dans neuf déodorants sur dix. On comprend dès lors pourquoi la déclaration du cancérologue André-Pascal Sappino a semé la panique dans les salles de bain. "Jusqu'à preuve du contraire, je conseille d'éviter les déodorants qui contiennent des sels d'aluminium." Son étude publiée dans le Journal of Applied Toxicology démontre pour la première fois la toxicité des sels d'aluminium sur les cellules mammaires.

Le cancérologue rappelle le contexte d'aujourd'hui, marqué par l'augmentation des cancers du sein, qui peut s'expliquer par une hausse du dépistage, un diagnostic plus précoce et un vieillissement de la population. "Mais ces facteurs n'expliquent pas tout, on soupçonne aussi des facteurs environnementaux. Alors on cherche et on avance un petit peu dans l'identification d'un coupable potentiel."

Une étude britannique pointe un autre coupable du doigt, les parabens, ces conservateurs présents dans la plupart des produits de beauté, mais aussi dans l'alimentation. Deux spécialistes réputés ont découvert la présence de parabens dans les tumeurs de plusieurs patientes. Cette présence des parabens et des sels d'aluminium dans les cellules cancéreuses ne signifie pas qu'ils en sont l'unique cause mais elle justifie selon les experts d'autres recherches dans le futur. (CD)

source: 7sur7.be

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article