Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'avocat de Nicolas Sarkozy et le haut magistrat Gilbert Azibert ont également été mis en examen. 

 

  Nicolas Sarkozy mis en examen pour corruption active =

 

retour sur Paul BISMUTH

 

Nicolas Sarkozy quitte le parquet financier après avoir été mis en examen, notamment pour corruption active, le 2 juillet 2014 à Paris.

Nicolas Sarkozy quitte le parquet financier après avoir été mis en examen, notamment pour corruption active, le 2 juillet 2014 à Paris. (PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

 

Coup dur pour Nicolas Sarkozy. L'ancien président de la République a été mis en examen dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juillet pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel, a annoncé le parquet national financier. Cette décision est intervenue à l'issue d'une garde à vue d'une quinzaine d'heures, mesure coercitive inédite pour un ancien chef de l'Etat. L'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, et le haut magistrat Gilbert Azibert, l'avaient précédé dans le bureau des juges, et ont également été mis en examen dans ce dossier.

Quels sont les chefs d'accusation retenus ? 

"A l'issue de leur garde à vue, Nicolas Sarkozy, Gilbert Azibert et Thierry Herzog ont été présentés aux deux magistrats instructeurs chargés de l'information ouverte contre X le 26 février 2014 des chefs de trafic d'influence et de violation du secret de l'instruction, selon un communiqué du parquet national financier. Conformément aux réquisitions du parquet, ils ont été mis en examen. Nicolas Sarkozy, des chefs de recel de violation du secret professionnel, de corruption active, de trafic d'influence actif."

Que cherche à savoir la justice ? 

La justice cherche à déterminer si Nicolas Sarkozy, via Thierry Herzog, a cherché à obtenir des informations couvertes par le secret dans une décision attendue de la Cour de cassation dans l'affaire Bettencourt. En échange aurait été promise à Gilbert Azibert une intervention pour lui obtenir un poste de prestige à Monaco. Nicolas Sarkozy avait déjà été mis en examen dans l'affaire Bettencourt, mais avait bénéficié d'un non-lieu dans ce dossier.

Qu'est-ce qui a alerté les enquêteurs ?

A l'origine, les juges financiers Serge Tournaire et René Grouman mènent une enquête sur les accusations d'un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l'ancien dictateur libyen, Mouammar Kadhafi. Dans ce cadre, ils décident de placer sur écoute plusieurs proches de l'ancien chef de l'Etat : Claude Guéant, Brice Hortefeux, Michel Gaudin… Les conversations de ce dernier alertent les enquêteurs, qui soupçonnent Nicolas Sarkozy et ses proches d'avoir, en vain, cherché à se renseigner sur l'enquête auprès d'un responsable policier. Décision est prise en septembre 2013 de placer sur écoute aussi l'ex-chef de l'Etat.

Les enquêteurs découvrent cette fois que Nicolas Sarkozy a un téléphone dédié à ses conversations avec son avocat, Thierry Herzog, et qu'il utilise pour cela une identité d'emprunt, Paul Bismuth. Leurs discussions laissent penser que les deux hommes cherchent à obtenir indûment des informations sur une décision judiciaire auprès d'un haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, en échange de la promesse d'une intervention pour l'aider à obtenir un poste à Monaco. Poste qu'il n'obtiendra pas.


sarkozy-tourmente

 


Que risque Nicolas Sarkozy dans cette affaire ?

Dans l'immédiat, l'enquête va se poursuivre. Au terme de celle-ci, il sera décidé s'il y a suffisamment d'éléments probants pour poursuivre au tribunal les personnes mises en examen. Dans le cas contraire, elles pourront bénéficier d'un non-lieu. 

En cas de procès, Nicolas Sarkozy s'expose à des peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison, et 150 000 euros d'amende. Ces quantums sont toutefois très théoriques. Le code pénal prévoit des peines complémentaires comme l'interdiction des droits civiques.

 

source

 

 

 

Car notre « ami » Sarkozy a beaucoup de casseroles à son actif, une sacrée liste....

 

Je vous conseille de jeter un oeil sur un article que j'avais publié le 14/01/2012 où figure une liste non exhaustive :

 

 

2007 - 2012 : Le Bilan des Années SARKOZY

 

 

le sarkozysme c'est aussi :

  • l'affaire Karachi
  • l'affaire Takiedine
  • l'affaire GDF
  • l'affaire Tapie
  • l'affaire Clearstream
  • l'affaire Bettencourt*** :

    ****Sarkozy mis en examen: le juge Gentil va porter plainte contre Guaino

     

    ****Nicolas Sarkozy menace le juge : "Je n'en resterai pas là"

  • les affaires Wildenstein
  • l'affaire César
  • l'affaire Pleyel
  • l'affaire de l'hippodrome de Compiègne
  • l'affaire Abdallah Senoussi
  • l'affaire Djourhi
  • l'affaire du financement de la campagne de 2007 par Omar BONGO
  • l'affaire du Fetia Api
  • Les inombrables dérapages de Mr Sarkozy dans ses discours comme à Metz, Nice, Caen etc...
  • l'invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi, puis son assasinat, celle de Bachir El Assad en décembre 2010, puis sa diabolisation un an plus tard.
  • les silences sur le Tibet, le Darfour, le Prix Nobel de la Paix, les JO de Pékin.
  • Les voyages officiels des fils de Sarkozy à l'étranger à la charge de l'Etat
  • la gestion catastrophique de la crise Georgienne, celle encore plus catastrophique de la crise financière, l'application de la politique européenne.
  • l'affaire Pérol
  • l'affaire Yannick Blanc
  • la gestion de la crise du H1N1 (Merci Roselyne)
  • l'utilisation des service du renseignement pour les affaires privées
  • les légions d'honneurs décernés aux amis du SARKOppresseur
  • l'Air Sarko One (250 millions d'euros) et autres frasques digne du roi soleil
  • l'affaire des rémunérations illégales de Sarkozy entre septembre et décembre 2007
  • la circulaire Hortefeux
  • la nomination à la tête des médias d'amis du pouvoir
  • la réforme constitutionnelle
  • le cumul des mandats, la non séparation de l'exécutif et du législatif, le retour sans éléction des députés virés du pouvoir
  • les classement sans suite de nombreuses affaires par les parquets
  • le site France.fr qui ne sert à rien
  • la Scientologie
  • l'affaire Servier dont le président a été l'avocat
  • le scandale MAM
  • les vacances de Fillon payées par Moubarak

Et on ne parle pas non plus des nombreux conflits d'intérêts entre le Président Sarkozy et ses frères comme dans le cadre de la réforme des retraites qui bénéficie avant tout à Guillaume Sarkozy, PdG du groupe Malakof Mederic.

La liste n'est pas exhaustive car on pourrait aussi parlé des nominations de dignitaires de l'état en pour service rendu à sa majesté Nicolas, des failles de la justice de plus en plus sélective dans ses condamnations, des affaires de pédophilies qui n'aboutiront jamais etc....

 

sans oublier :

Traité européen:« on peut parler de haute trahison »

Nicolas Sarkozy a commis un malheureux lapsus.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article