Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ eau du robinet est chère, et parfois imbuvable, le chlore n’est pas ce que l’on peu appeler une référence en matière gustative, quand aux 19 éléments détectés en supplément ça devient inquiétant. Pour l’eau en bouteille ce n’est pas mieux…

En dépit de la publication d’innombrables rapports officiels, la controverse sur les qualités respectives de l’eau du robinet et des eaux embouteillées n’a cessé de s’envenimer ces dernières années en France. Qui croire ? Notre santé est-elle menacée ?

Le WWF France passe au crible un échantillon d’eaux de boisson

La polémique sur la qualité, et les risques potentiels pour la santé, de l’eau du robinet est en passe aujourd’hui de devenir un débat mondial, un enjeu commercial, environnemental, et une question majeure de santé publique.

Le WWF France est régulièrement interpellé sur cette question depuis plusieurs années. Il a pris la décision, à la demande de son Conseil scientifique, de faire effectuer des analyses d’eau du robinet et d’eau en bouteille. Sachant que le débat est biaisé puisque les réglementations qui définissent les critères de qualité sanitaire pour l’eau du robinet, les eaux de source et les eaux minérales sont différentes !

Cette campagne de prélèvements a été réalisée dans une cinquantaine de villes et communes rurales ainsi que sur une quinzaine d’eaux embouteillées, selon un protocole strict. Les analyses ont été effectuées par un laboratoire de référence agréé par le Ministère de la Santé.

Plusieurs types de polluants domestiques, industriels, agricoles, ont été recherchés dans cette analyse.

« Le choix des molécules a été effectué en lien avec la directive REACH [1] , les « substances prioritaires de la Directive-Cadre sur l’eau (DCE) et les molécules résiduelles des traitements de potabilisation » , explique Hélène Roche, présidente du Conseil scientifique du WWF France. « Le nombre de molécules analysées est supérieur à celui habituellement retenu par les laboratoires officiels . Le nombre d’échantillons a été restreint en raison du coût élevé des analyses. Tous les échantillons ont été prélevés de manière aléatoire dans chacune des villes concernées, chez des particuliers, et dans des hôtels ou restaurants ».

La dégradation croissante de la qualité des eaux brutes

Les résultats obtenus révèlent la présence de très nombreux polluants dans l’eau de boisson. Ainsi
14 villes présentent au moins 6 micropolluants (Hydrocarbures aromatiques polycycliques, atrazine, aluminium, dibromochlorométhane…) dans leur eau du robinet, et des traces d’aluminium peuvent être retrouvées dans des eaux embouteillées. Ces résultats conduisent le WWF France à déplorer les insuffisances du dispositif d’analyse actuel.

Un des points qui ressort des analyses est l’inégalité de la qualité de l’eau du robinet entre villes et communes rurales, ces dernières, logiquement plus exposées aux pollutions d’origine agricoles, disposant de moyens moindres à la fois pour la surveillance et le traitement de leurs eaux.

Il est donc urgent, compte tenu de la recherche sur les « effets cocktails » liés à l’association de certaines molécules, des effets connus des perturbateurs endocriniens et de l’impact des faibles doses de polluants sur le long terme, de multiplier les analyses et de tenir compte de ces effets potentiels dans la révision des normes acceptables.

« Quelle que soit la qualité des traitements curatifs mis en place, le vrai problème est la dégradation sans fin de la qualité des eaux brutes, à laquelle il faudra bien répondre durablement », souligne Serge Orru, Directeur général du WWF France.

Vigilance sur les nouvelles molécules commercialisées

On continue en effet à commercialiser de nouvelles molécules, que l’on ne sait pas doser, et dont on ne connaît ni les produits de dégradation (métabolites), ni les effets à court et long terme.

Au vu des résultats de cette campagne, le WWF France demande un meilleur accès à l’information sur la qualité des eaux brutes, une redéfinition des critères de surveillance de l’eau du robinet et des eaux embouteillées, une réelle protection de la ressource en amont et une réforme ambitieuse de la politique agricole, gages de la bonne qualité de la ressource en eau.

Retrouvez ici le Rapport « Rapport Eau de Boisson du WWF
Source WWF Présenté par terresacree.org »

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article