Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les responsables de la multinationale pharmaceutique allemande Boehringer Ingelheim viennent de faire savoir qu'ils abandonnaient le développement d'une molécule (la flibansérine) présentée depuis plusieurs années comme une sorte de Viagra féminin. Contrairement aux espérances nourries par la firme, différents essais cliniques menés auprès de plusieurs milliers de femmes n'ont pas permis d'établir que cette molécule pouvait augmenter de manière statistiquement significative la libido féminine.
Cette décision fait suite conclusions négatives, publiées en juin dernier, d'un comité consultatif indépendant d'experts de la Food and Drug Administration (FDA) américaine. On peut lire sur le site de Boehringer Ingelheim:
«La réponse des autorités ainsi que la complexité et l'ampleur des questions supplémentaires auxquelles il faudrait répondre pour éventuellement obtenir une autorisation de mise sur le marché ont amené la compagnie à décider de se concentrer sur d'autres produits en développement.»
«La décision n'a pas été facile à prendre (...) Nous restons convaincus des effets positifs en terme de risques/bénéfices pour les femmes souffrant de "trouble hypoactif du désir sexuel" avec la flibansérine», soutient Andreas Barner, président du conseil d'administration.
La flibansérine (pilule de couleur rose qui devait être commercialisée sous le nom d'«Ectris» ou de «Girosa») n'a été approuvée dans aucun pays au monde et ne le sera donc jamais. Boehringer Ingelheim espérait avec elle pouvoir proposer un premier traitement efficace et sans danger destiné aux femmes pré-ménopausées disant souffrir d'un manque de désirs sexuels -et entrer ainsi sur un marché annuel estimé à deux milliards de dollars.
Tag(s) : #SANTE

Partager cet article