Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


LA SÉNATRICE NATHALIE GOULET VEUT SANCTIONNER PÉNALEMENT LES AUTEURS DE "FAUSSES NOUVELLES".

Publié par Brujitafr sur 25 Mars 2017, 19:08pm

Catégories : #ACTUALITES, #MEDIAS

LA SÉNATRICE NATHALIE GOULET VEUT SANCTIONNER PÉNALEMENT LES AUTEURS DE "FAUSSES NOUVELLES".

DU DÉCODEX À LA PRISON :

Nathalie Goulet, sénatrice UDI-UC de l'Orne a annoncé mercredi 23 mars avoir déposé une proposition de loi afin de sanctionner la diffusion de fausses informations.

Comment lutter contre la diffusion de fausses informations ? La question se pose régulièrement dans les rédactions mais n'avait pas encore été abordée en tout cas publiquement par les politiques. Alors pour tenter de décourager les potentiels auteurs de ces nouvelles fausses ou inventées, qui prennent de plus en plus d'importance notamment via les réseaux sociaux, une sénatrice a annoncé avoir déposé une proposition de loi. 

Nathalie Goulet, sénatrice UDI-UC de l'Orne veut sanctionner la diffusion de ces "fake news" dans les médias. "Il existe déjà en droit spécial plusieurs variantes de cette infraction", explique-t-elle, notamment en matière électorale, financière ainsi que dans le domaine de la presse. "Mais concernant l'auteur du texte, il n'y a pas de restriction, toute personne pouvant inventer de fausses nouvelles", poursuit la sénatrice. 

1 an de prison et 15.000 euros d'amende

Nathalie Goulet propose dans son texte, d'obliger les personnes pouvant, "par voie numérique" publier; diffuser, reproduire ou référencer des nouvelles, "à en vérifier le contenu". Mais surtout, l'élue de l'Orne préconise une peine d'un an de prison et 15.000 euros d'amende pour sanctionner la diffusion de ces fausses nouvelles. Ces sanctions pourraient être appliquée à "l'éditeur, le diffuseur, le reproducteur, le moteur de recherche ou le réseau social ayant maintenu à la disposition du public des nouvelles fausses (...) pendant plus de trois jours à compter de la réception du signalement par un tiers de leur caractère faux".

SOURCE

Sa démarche s'inscrit dans le combat politico-médiatique à la mode contre les "fake news", vaste opération d'enfumage (comme l'illustre, entre autres farces, le Décodex du Monde) visant à diaboliser ou faire censurer les producteurs indépendants d'une information politiquement embarrassante pour l'oligarchie euro-atlanto-sioniste.

À noter : impliquée -sur le plan législatif- dans l'organisation du financement du culte musulman, la lutte contre le djihadisme et l'indemnisation des victimes de la Shoah, la sénatrice (proche des pays du Golfe, des leaders associatifs de l'islam de France et de l'OTAN) s'est récemment rapprochée des réseaux sionistes.

Le jeudi 23 mars, elle participait ainsi à un colloque franco-israélien organisé par ELNET, lobby israélo-américain qui avait secrètement financé François Hollande en 2011.

SOURCE

Commenter cet article

zelectron 25/03/2017 10:39

à commencer par les médias de gauche qui diffusent des informations tronquées, faussées, biaisées, sophistes, "oubliées"(omises), déséquilibrées, partiales, fuitées, inappropriées, avec des mots en contre-sens




"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde." Camus

ummite 25/03/2017 06:55

CES VOYOUS PILLEURS D'ETAT N'AIME PAS ETRE CONTREDIT ! ILS VEULENT VOUS MUSELER ET TAIRE LA VERITE .

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<