Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Conseil représentatif des institutions juives de France a demandé ce jeudi, dans un communiqué à la Haute autorité de la primaire, de condamner les propos tenus par Jean-Frédéric Poisson dans Nice-Matin daté du 19 octobre. Le président du Parti chrétien-démocrate évoque la "soumission d’Hillary Clinton" aux lobbies sionistes.

Mise à jour le 21 ocotbre à 15h00 : Saisi par le CRIF ce jeudi 20 octobre, Jean-Frédéric Poisson a assuré dans une lettre adressée au Conseil qu’il "regrettait ses propos". "Je condamne avec la dernière énergie toute forme d’antisémitisme. Je ne partage aucune thèses conspirationnistes", écrit le candidat à la primaire de la droite et du centre. "J’ai voulu dire que Madame Clinton, compte tenu des influences qui s’exercent sur elles, ne conduira pas la politique équilibrée dont notre continent et notre pays ont besoin. Et dont le Proche Orient a tout autant besoin", continue-t-il.

Dans un post publié sur son site ce vendredi,  le président du Parti Chrétien-Démocrate réitère ses regrets. "Mon propos répondait à une question sur la politique américaine. J’ai eu le tort d’y répondre avec les mots habituellement employés pour décrire cette réalité, et qui ne décrivent pas la réalité française. Je regrette infiniment que ces mots aient pu être interprétés comme de la haine à l’égard du peuple juif ou de l’État d’Israël : cette haine m’est totalement étrangère, je la combats, et je condamne, comme je l’ai toujours fait, l’antisémitisme tout autant que l’antisionisme" écrit-il.

 

Le Conseil représentatif des institutions juives de France ne décolère pas contre Jean-Frédéric Poisson. En cause, les propos ambigus tenus par le candidat à la primaire de la droite et du centre concernant Hillary Clinton et les lobbies sionistes.

Dans un entretien à Nice-Matin daté du 19 octobre, Jean-Frédéric Poisson affirme que "la proximité de Mme Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France."

Des propos immédiatement condamnés par le Crif. Dans un communiqué, il dénonce des "propos nauséabonds" et demande "aux 14 membres de la Commission d'organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire, à la mesure de la gravité de ces affirmations."

Dans ce même communiqué, le président du Crif, Francis Kalifat estime "qu’au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes dont on sait qu’elles sont le fond de commerce des extrémistes les plus violents."

Thierry Solère et Jean-Frédéric Poisson ont réagi

Selon nos confrères de France Info, le président de la Commission d’organisation de la primaire, Thierry Solère, a condamné "avec la plus grande force" les propos de Jean-Frédéric Poisson. Il a également ajouté : "Dans notre pays, l'évocation du "lobby sioniste" n'a pas la même signification qu'aux Etats-Unis." Thierry Solère a ajouté que l’expression utilisée par Jean-Frédéric Poisson "nourrit les thèses conspirationnistes et a un caractère insidieusement antisémite." Et de finir par décider qu’ "en tant que président de la Commission d’organisation de la primaire" il allait mettre "cette question à l’ordre du jour de la prochaine réunion" qui devrait se dérouler le 26 octobre.

De son côté, Jean-Frédéric Poisson a tenu à affirmer sur RCJ qu’il "n’y avait aucune intention malicieuse" dans ses propos, avant d'ajouter : Ils ont "pu provoquer une sorte d'émotion au sein du Crif, j'en suis désolé, parce que ce n'était évidemment pas mon intention, et je veux redire ici toute l'amitié que j'ai pour l'Etat d'Israël et pour le peuple juif dans son ensemble". Des excuses formulées pour tenter de calmer les esprits.

Marion ROUYER

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article