Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Immigration : « s’endetter, c’est s’enrichir »

Immigration : » s’endetter, c’est s’enrichir » . Voilà le discours orwellien, délirant de la Commission européenne. Le discours est mensonger et tente de cacher sous le tapis les immenses problèmes que l’Europe est en train de se créer en n’appliquant pas ses propres lois et en ouvrant toutes grandes les portes de l’immigration, pourtant refusée par une majorité des populations d’Europe. Le colporteur principal de ces mensonges, c’est le Commissaire européen, Pierre Moscovici, qui a été le pire ministre des Finances français, avant de se faire recaser, dans le doute de tous, à Bruxelles! Voici ce qu’il dit lors d’une conférence de presse:

Immigration : « s’endetter, c’est s’enrichir »

« L’afflux de réfugiés en Europe devrait avoir un impact sur la croissance économique qui serait faible, mais positif pour l’Union européenne dans son ensemble ». Moscovici a estimé que cet impact devrait « augmenter le produit intérieur brut (PIB) de 0,2 à 0,3 % d’ici 2017″. Cette évaluation prend en compte les dépenses publiques supplémentaires, ainsi que l’apport de main-d’oeuvre supplémentaire sur le marché du travail », a-t-il précisé.

« http://www.lepoint.fr/europe/trois-millions-de-migrants-doivent-arriver-en-europe-d-ici-2017-05-11-2015-1979486_2626.php

Sur le plan économique, c’est une hérésie! Il suffit de lire l’étude réalisée par l’IDDE pour comprendre que l’immigration est au contraire très coûteuse. A en croire Moscovici : les pouvoirs publics doivent dépenser x milliards € pour l’immigration qu’il faut prendre dans un budget qui n’a pas été prévu. Ces x milliards permettent l’engagement de personnes, de faire vivre les ONG et institutions d’Etat et génèrent des recettes TVA, ONSS, impôts (sauf pour les bénéfices d’ASBL ndlr). Fort bien.

D’où vient l’argent (dans chacun des pays de l’Union)? Des caisses de l’Etat qui est déjà, le plus souvent, en déficit structurel annuel. Etat qui doit donc, ou bien supprimer des dépenses prévues (et donc les retours fiscaux sur ces dépenses et donc match nul), ou bien passer par la case impôts (et donc moins de pouvoir d’achat des particuliers et donc de recettes TVA et autres – rematch nul), ou bien passer par la case accroissement de la dette car il faudra emprunter encore plus avec paiements d’intérêts sur ces emprunts (rerematch nul).

C’est exactement ce que font nos « Etats-Providence » depuis des décennies : on s’endette, on dépense allègrement sans s’occuper des moyens disponibles … Si le PIB augmente de 0,2% (on est en fait dans la marge d’erreur – ndlr), de combien augmentera le solde net à financer actuel (Budget des Voies et moyens) ? De combien augmentera la dette publique et sa charge ?
La Commission européenne prend les gens pour de vrais cons! Avec le même raisonnement : augmentons les allocations de chômage et cela augmentera le PIB. Ou encore: 3 ou plutôt 5 millions d’immigrants, ce n’est pas assez. Venez, venez pour augmenter le PIB.

Cette évaluation « vient combattre un certain nombre d’idées reçues et conforter la politique du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker » (qui plaide pour la solidarité vis-à-vis des migrants), a poursuivi Pierre Moscovici.

Typiquement du Novlangue … En effet, cela « vient combattre des idées reçues ». On connaissait déjà le slogan de Big Brother « La guerre, c’est la paix ». La Commission européenne invente : « Dépenser, c’est gagner ! S’endetter, c’est s’enrichir ! »

Quel est le CV de Moscovici : Pierre Moscovici, né le 16 septembre 1957 dans le 15e arrondissement de Paris, est un homme politique français. Il est Commissaire européen depuis le 1er novembre 2014.

Membre du Parti socialiste, il est député européen entre 1994 et 1997 puis entre 2004 et 2007, période au cours de laquelle il est Vice-président du Parlement européen. Il est ministre chargé des Affaires européennes entre 1997 et 2002 dans le gouvernement Lionel Jospin. Il est élu député du Doubs pour la première fois en 1997.

Immigration : « s’endetter, c’est s’enrichir »

Directeur de campagne du candidat socialiste François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012, il est nommé ministre de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur en mai 2012 dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault I, puis ministre de l’Économie et des Finances en juin 2012.

Le 1er novembre 2014, il devient Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière au sein de la commission Juncker. Il est quasiment recalé, mais « sauvé » de justesse dans un jeu de donnant-donnant par le Parlement européen qui lui reproche de n’avoir pas appliqué les décisions européennes de la zone EUR en France… Voilà donc l’incompétent récompensé! C’est ça, la beauté du socialisme…

Le double langage de Moscovici: il est révolutionnaire communiste trotskiste dès le lycée en militant au sein de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) d’Alain Krivine, qu’il quitte en 1984. Sous l’impulsion de Dominique Strauss-Kahn, son professeur à l’ENA, il se rapproche du PS, dont il devient en 1986 secrétaire du « groupe des experts », constitué par Claude Allègre.

Ministre de l’Economie, il indique vouloir défendre le « sérieux de gauche » pour restaurer la crédibilité budgétaire et financière de la France. Et voilà notre trotskiste devenu social-démocrate!

Mais notre socialiste est aussi un menteur : http://www.observatoiredesgaspillages.com/2015/01/moscivici-ment-sur-son-salaire-de-commissaire-europeen/ « Interrogé sur France Info concernant ses rémunérations de commissaire européen aux affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, l’ancien ministre socialiste de François Hollande, a démenti la somme de 24.000 euros mensuels, évoquée par un chroniqueur. Pas de bol, les chiffres sont pourtant publics et le mensonge avéré ! »

C’est ça, la politique de la Commission Juncker? Cette Europe-là ne représente plus les citoyens européens. C’était bien la Commission de la dernière chance et il n’y en aura pas d’autre. Le divorce entre le peuple et ses dirigeants devient irrémédiable. Moscovici et Juncker sont les fossoyeurs de l’Europe.

P.H. et L.R.

Tag(s) : #EUROPE

Partager cet article