Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bernard Cazeneuve s'est dit prêt à ce que les policiers puissent ouvrir le feu sur un criminel sans attendre d'être en légitime défense.

FRANCE : La police pourra-t-elle tirer à vue sans être en légitime défense ?

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est dit prêt, jeudi lors d'un déplacement à Troyes, à ce que les policiers puissent, dans des "cas très particuliers", ouvrir le feu sur un criminel sans attendre d'être en légitime défense. "Dans des cas très particuliers, il faut une possibilité pour les policiers comme pour les gendarmes d'assurer leur protection", a déclaré le ministre devant 400 policiers réunis à Troyes à l'occasion du 8e congrès national du syndicat Alliance Police nationale.

Parmi ces cas "très particuliers", Bernard Cazeneuve a cité l'exemple de "quelqu'un qui commet des meurtres en série et qui va continuer à tuer". Il y a "une violence montante qui conduit des acteurs à tuer de façon froide et mécanique", a-t-il dénoncé, ajoutant qu'on "ne peut pas attendre que des policiers soient confrontés à des drames à répétition pour réagir". Le ministre a cependant rappelé ne pas vouloir "remettre en cause les principes de droits constitutionnels et européens", selon lesquels un policier ne peut ouvrir le feu qu'en cas de légitime défense, c'est-à-dire quand sa vie est menacée directement.

Malaise

Bernard Cazeneuve s'exprimait un mois après la grave blessure à la tête et au cou, le 5 octobre, d'un policier lors d'une course-poursuite à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) avec deux braqueurs qui venaient d'attaquer un entrepôt de bijoux. Selon le ministre, qui a dit lui avoir rendu visite au centre de rééducation où il a été admis lundi après être sorti de l'hôpital, le policier "retrouve des forces et revient à la vie". "Les violences à l'égard des policiers, une politique pénale inadaptée, la suspicion qui pèse souvent sur le travail quotidien du policier engendrent un profond malaise qui risque de se transformer en colère extériorisée", a affirmé pour sa part à la tribune Jean-Claude Delage, secrétaire national du syndicat Alliance, acclamé par l'assistance.

"Les héros du mois de janvier ont le sentiment d'être abandonnés, d'être devenus les oubliés de la République", a ajouté le responsable de la première organisation représentative des gradés et des gardiens de la paix, revendiquant plus de 30 000 adhérents. Le 14 octobre, 7 500 policiers selon la préfecture de police, 10 000 selon les syndicats, s'étaient rassemblés sous les fenêtres du ministère de la Justice pour manifester leur colère, pour la première fois depuis 1983. Mardi, lors de la présentation d'une batterie de mesures pour "renforcer la sécurité des Français", Nicolas Sarkozy a proposé que gendarmes et policiers "bénéficient de la présomption de légitime défense".

SOURCE

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article