Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

météore Tcheliabinsk
Le 15 février 2013, la ville russe de Tcheliabinsk a été frappée par une météore (photo ci-dessus). Crédits : Alex Alishevskikh/Wikipedia Commons/Creative Commons
Les impacts de météores ne surviennent pas aléatoirement au cours du temps : ils sont plus fréquents certains jours, ou au cours de période très courtes de quelques jours, selon une nouvelle étude.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les météores, ces petits corps célestes issus de la désagrégation d'un astéroïde ou d'un noyau cométaire, ne frappent pas la surface terrestre de façon aléatoire : leurs impacts sont beaucoup plus fréquents certains jours plutôt que d'autres.Telle est la conclusion d'une étude à paraître dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters.

Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de cette étude ont recensé les impacts de météores survenus entre 2000 et 2013. Ils ont identifié 33 impacts de météores, dont la célèbre météore de Tcheliabinsk, dont on se souvient qu'elle a frappé la ville russe de Tcheliabinsk le 15 février 2013.

Résultat ? Les auteurs de l'étude ont constaté que parmi ces 33 impacts, 18 d'entre eux se sont produits par paires le même jour. En d'autres termes, entre 2000 et 2013, il y a eu neuf jours où deux impacts de météores ont été recensés durant la même journée. Selon ces chercheurs, la probabilité pour que neuf paires soient ainsi retrouvées dans cette séquence a priori aléatoire de 33 évènements ne dépasse pas les 2%.

Et ce n'est pas tout. Car les chercheurs ont également découvert, parmi ces 33 impacts, l'existence de 16 paires d'impacts survenus en l'espace de trois jours ou moins. Un phénomène dont la probabilité n'est que de 2,2%, selon les auteurs de ces travaux.

De toute évidence, cette étrange répartition est tout sauf une coïncidence. Selon les auteurs, ce phénomène s'explique très probablement par le fait que les météores sont issus de flux de débris associés à des astéroides et des noyaux de comètes, dérivant dans l'espace comme en "grappe".

Ces travaux ont été prépubliés le 29 octobre 2014 sur le serveur arXiv, en prévision d'une publication dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters, sous le titre "Recent multi-kiloton impact events: are they truly random?" .

 

source via Incapable de se taire

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article