Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois nouveaux satellites pour étudier le champ magnétique terrestre

Par La Voix de la Russie  | Trois satellites du projet SWARM (de l'Agence spatiale européenne) ont été envoyés ce vendredi depuis le cosmodrome de Plesetsk avec une fusée-porteuse Rokot et le bloc d’accélération Breeze-KM.


Le but de ces satellites est de mesurer les paramètres du champ magnétique de la Terre pour mieux comprendre comment ce champ s’est créé. Les missions avec plusieurs satellites deviennent de plus en plus populaires, car c’est le seul moyen d’étudier l'évolution rapide dans l’espace, mais aussi dans le temps.


Le projet SWARM (« essaim » en anglais) inclut trois satellites identiques, dont chacun porte une charge utile de 7 instruments (scientifiques ou pas). La mission scientifique du projet SWARM consiste à explorer l'évolution des paramètres du champ magnétique de la Terre et de son environnement de plasma et de les comparer avec la manière dont le paysage sur Terre est en train de changer. Cela permettra de comprendre la composition de « géodynamo », la « machine » qui génère le champ magnétique de la Terre. On suppose que ce champ naît avec des flux convectifs de matière dans le noyau externe liquide. Ce champ est en outre influencé par la composition du manteau et la croûte de la Terre, les courants océaniques, l'ionosphère et la magnétosphère.

 

Le pôle nord s'est déplacé de 260 km en 6 mois

Le pôle nord s'est déplacé de 260 km en 6 mois

Séismes en Sibérie: un rapport parle des prémisses d'un proche basculement des pôles.

 

Selon la Nasa, nous sommes à quelques mois d'une inversion compléte du champ magnétique du soleil

Selon la nasa, nous sommes à quelques mois d'une inversion compléte du champ magnétique du soleil

 

 

Maj : encore une preuve que l'axe de rotation de la terre est en train de basculer

Maj : encore une preuve que l'axe de rotation de la terre est en train de basculer

 

Témoignage inuit: la terre bascule

Témoignage inuit: la terre bascule


L’intérêt autour de cette question n’est pas anodin. Outre le fait que le champ magnétique de la Terre oriente l'aiguille de la boussole, il nous protège également contre les flux de particules chargées éjectées du Soleil - le vent solaire. Si le champ géomagnétique connaissait des perturbations et que des tempêtes géomagnétiques se produisaient, cela présenterait une menace pour les systèmes technologiques terrestres et pour les engins spatiaux qui se trouvent dans l'espace. Les chercheurs veulent comprendre ce qui se passe avec le champ magnétique de notre planète, dont la densité s’est réduite par rapport aux données historiques de 1840 d'environ 10-15 %, et si l’on peut s'attendre notamment à une interversion des pôles.

 


En février, le champ magnétique de la planète s'est brisé.---à suivre.

En février, le champ magnétique de la planète s'est brisé.---à suivre.

 

 


Le principal instrument à bord des appareils SWARM, est le magnétomètre qui mesure l'amplitude et la direction du champ magnétique (son vecteur, d'où le nom Vector Field Magnetometer). Un deuxième magnétomètre mesure le champ magnétique (et non pas sa direction) s’appelle Absolute Scalar Magnetometer. Les deux appareils sont situés sur une tige dont la longueur fait presque la moitié de la longueur de l’appareil (environ quatre mètres sur neuf). Un instrument de mesure des champs électriques (Electric Field Instrument) enregistrera les paramètres du plasma proche de la Terre, à savoir sa densité, sa vitesse de dérive et la vitesse des particules chargées près de la Terre. En outre, les machines sont équipées d'accéléromètres pour mesurer les accélérations qui ne sont pas liées avec la gravité de la Terre. Ces données sont importantes pour évaluer la densité de l'atmosphère au niveau de l’orbite du projet SWARM (entre 500 et 300 kilomètres) et les courants qui y dominent. Enfin, un récepteur dessignaux GPS et de réflecteurs laser devraient aider SWAM à établir la position des satellites avec la plus grande précision.

La précision des mesures est l'un des concepts clés des expériences modernes, lorsqu’il s’agit non plus de découvrir quelque chose de nouveau, mais d'analyser élément par élément des mécanismes physiques des événements qui nous entourent.

La magnétosphère de la Terre n’est pas très compliquée, mais elle est changeante dans le temps et dans l’espace. Donc, très rapidement après le début de l'ère spatiale, les scientifiques en sont venus à des expériences avec plusieurs satellites pour étudier l'espace proche de la Terre. Si nous disposons de plusieurs outils de même fonction dans différents points, ils peuvent nous faire comprendre ce qui se passe dans la magnétosphère de la Terre, car celle-ci répond à des perturbations provenant du Soleil, et ce qui l’affecte « par en bas ». Le projet international Interball est l'un des pionniers dans ce domaine. Ce projet fut élaboré en Russie dans les années 1990 et était fonctionnel jusqu’aux années 2000. Depuis, les Européens ont lancé le système Cluster composé de quatre appareils et ce système fonctionne toujours dans l’espace.

La poursuite des recherches sur la magnétosphère en Russie est associée à des projets multisatellites, dont le premier, Résonnance, comprend quatre dispositifs qu’il est prévu de lancer par deux pour étudier la magnétosphère interne de la Terre.


Toutes ces missions ont chacune une mission différente.

SWARM évolue sur l’orbite basse de la Terre, visant avant tout l'étude de la manière dont le champ magnétique est généré. Les appareils Cluster se trouvent sur l’orbite polaire elliptique, dont la hauteur varie de 19.000 à 119.000 kilomètres. Les orbites des satellites Résonance (se trouvant sur une hauteur entre 500 et plus de 27.000 km) sont choisis de manière à ce qu’ils se trouvent dans une zone qui tourne en même temps que la Terre. Mais chacun de ces projets apporte quelque chose de nouveau dans l’étude des propriétés géomagnétiques de la notre planète.   N

Tag(s) : #CIEL et ESPACE

Partager cet article