Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


 

L’or est un métal précieux très recherché et apprécié sous forme de parures ou de pièces de monnaies depuis l’aube des temps historiques. L’or pur est un métal noble, le plus malléable et ductible des métaux connus, à la fois dense et tendre. C’est un métal jaune brillant qui ne s’oxyde ni ni à l’air ni dans l’eau : le fait qu’il préserve son éclat, perçu comme esthétique par toutes les cultures humaines, lui confère l’essentiel de sa valeur. Sur lui a reposé un moment le système de l’étalon-or.

La quantité d’or extraite par l’humanité depuis les origines est estimée environ à 163 kt, ce qui ne représente qu’un volume d’or occupant un cube d’environ vingt mètres d’arête. Les réserves minières estimées en 2010 s’établissaient à 51 kt, l’Australie et l’Afrique du Sud s’en partageant 26 %. Longtemps premier producteur mondial d’or, l’Afrique du Sud a été détrônée en 2007 par la Chine, qui conforte depuis lors sa première place par la découverte de filons importants, assurant 13,8 % de la production mondiale en 2010.

Origine extraterrestre de l’or :

Les chercheurs d’or s’évertuent à dénicher le précieux métal, si rare et si cher à leurs yeux. À l’inverse, les géologues considèrent eux que l’or, le platine et d’autres métaux précieux qui composent notre joaillerie sont curieusement trop présents à la surface de la Terre.

L’or, le platine ou encore l’iridium sont des métaux dits sidérophiles. Ils sont fortement attirés par le fer. Il y a 4,5 milliards d’années, lorsque la Terre amorçait sa première phase d’agrégation, des corps célestes composés d’or, de platine, d’iridium et autres ont été attirés par le noyau terrestre, constitué à 80% de fer. Et les éléments se sont fondus en lui. Ils devraient donc se trouver profondément enterrés sous terre, au plus près du noyau terrestre.

Alors pourquoi retrouve t-on « autant » d’or sur la croûte terrestre ?

La composition du manteau terrestre a brusquement changé il y a 3,9 à 4,1 milliards d’années, lors du « Grand bombardement tardif ». Une période de l’histoire du système solaire durant laquelle les planètes telluriques ont subit les fréquents assauts de météorites et de corps cométaires. Les chercheurs ont tenté de faire parler des roches du Groenland vieilles de 4 milliards d’années, en mesurant les isotopes du tungstène (élément chimique).

Conclusion : les métaux précieux auraient été contenus dans une météorite qui aurait frappé la Terre lors du Grand bombardement tardif, recouvrant la planète d’or et de platine. Votre joaillerie revient de loin.

L’or fascine :

Le prix de l’or fait encore la manchette tous les jours. Cette semaine le métal jaune a fracassé un nouveau record en franchissant le seuil des 1664 dollars portant le kilo à 53.508 dollars ou 41.373 euros le kilo. Les spéculateurs s’emballent. On parle de bulle. Les experts croient que son prix pourrait grimper même à 2000 $ à plus long terme.

Mais, pourquoi cette fascination pour l’or ?

Le chroniqueur et rédacteur de discours pour la Maison-Blanche, Matthew Rees, a un point de vue très historique de cette fascination des humains envers l’or.
L’or a toujours été synonyme de stabilité, de rempart contre l’érosion de la richesse face aux problèmes monétaires locaux. Accepté presque partout et facile à transporter, il n’a jamais perdu la confiance des hommes, sans laquelle il serait dépourvu de toute valeur.

La faible utilité de l’or rend sa valeur un peu mystérieuse. Contrairement à une matière première comme le pétrole, qui a une valeur réelle dans un monde dépendant de l’énergie, l’or tire sa valeur du seul attrait qu’il exerce sur l’homme. Son éclat et son lustre – qui expliquent qu’on l’ait très tôt associé au luxe et à la richesse – ont séduit toutes les cultures. »

Valeur refuge :

Le métal jaune est depuis toujours une valeur refuge en cas de crise économique et de forte inflation. Puisqu’il est coté en dollars américains, plus le dollar US faiblit et plus le prix de l’or devient attrayant pour les détenteurs de devises étrangères (coûte moins cher). Souvent le prix de l’or ne fait que s’ajuster aux fluctuations du billet vert.

Bien que la crise financière soit à toute fin terminée, la reprise mondiale se fait toujours attendre. Les taux d’intérêt demeurent historiquement bas, ce qui renforce l’attrait de l’or. En effet, puisqu’il ne génère aucun revenu, le niveau des taux d’intérêt a son importance. En période de taux d’intérêt élevé, les gens délaissent habituellement le métal jaune. Selon M. Rees, cette fascination pour l’or est bien enracinée. « Après des millénaires d’histoire et d’innombrables formes de monnaie, l’or conserve ainsi sa place sur le devant de la scène financière internationale. Peut-être est-ce sa longévité, parmi d’autres raisons possibles, qui explique pourquoi il continue d’inspirer confiance », écrit-il.

Pouvons nous acheter de l’or sans risque : Retour historique :

États-Unis : Le 05 avril 1933, le décret Roosevelt confisque l’or des Américains :

Ce décret fait suite à une discussion du 5 Mars 1933 sur la « crise bancaire » et prouve effectivement que Franklin D. Roosevelt mentit aux Américains.
Il est intéressant de noter que l’or réquisitionné sera ensuite détenu de manière privée par la Réserve Fédérale.

Du Président des États-Unis d’Amérique Franklin Delano Roosevelt au Congrès des États-Unis, le 5 avril 1933, interdisant la détention de pièces d’or, de lingots et de certificats d’or, en vertu de l’autorité qui m’est conférée par la Section 5(b) de la loi du 6 octobre 1917 et comme amendé par la Section 2 de la loi du 9 mars 1933 dont le titre est :

Une loi qui permette de secourir le système bancaire actuellement dans la situation d’urgence nationale et pour d’autres propos pour lesquels un amendement du Congrès a déclaré qu’ un état d’urgence grave existait également.

Moi, Franklin D. Roosevelt, Président des États-Unis d’Amérique, déclare officiellement que l’urgence nationale existe toujours et exerçant les dispositions de ladite section pour ce faire, interdit la détention de pièces d’or, de lingots d’or et de certificats d’or sur le territoire métropolitain des États-Unis aux personnes privées, partenariats, associations et sociétés et prescrit par la même, les réglementations suivantes pour mener à bien les objectifs de ce décret.

Section 1. En ce qui concerne cette réglementation, le terme “détention” signifie le retrait et la détention de pièces d’or, de lingots d’or et de certificats d’or et les canaux commerciaux ordinaires. Le terme de « personne » inclut n’importe quel individu, partenariat, association ou société.

Section 2. Toutes les personnes ont l’obligation, par la présente, de restituer d’ici au 1er mai 1933 dernier délai, à une Banque de la Réserve Fédérale ou une de ses filiales ou à tout autre membre du système de Réserve Fédérale toutes les pièces d’or, les lingots d’or ou les certificats d’or qu’elles possèdent actuellement ou dont elles prennent possession d’ici au 28 avril 1933 ou bien à cette date sauf :

Etc…

Section 9. Quiconque viole, avec préméditation, toute disposition de ce décret ou toute réglementation, ou toute règle ou règlementation ou permis délivré ci-dessous encourt une amende maximale de 10 000$ et pour tout individu, une peine d’emprisonnement de 10 ans au plus, ou les deux ; tout fonctionnaire ou directeur ou agent d’une société qui participe sciemment à une violation quelconque de ces dispositions peut être puni d’amende ou d’emprisonnement ou les deux.

France : Le 26 décembre 1945 -- De Gaulle – Réquisitionne l’or, des devises et valeurs mobilières étrangères.

Le déclenchement de la IIème Guerre Mondiale allait mettre une nouvelle fois encore l’or sur le devant de la scène. Le 9 septembre 1939 était publié un décret-loi prohibant ou règlementant l’exportation des capitaux, les opérations de change et le commerce de l’or. L’or entrait, une nouvelle fois, dans la clandestinité, et n’en sortira qu’en 1948 ! Alors que le cours officiel (bloqué) de la Banque de France était de 274,49F pour un Napoléon, en juin 1940 le même Napoléon s’échangeait au cours officiel du marché parallèle à 825F, en novembre 1940 il atteignait 1000F, puis 1400F fin décembre 1940. Le Napoléon terminait l’année 1945 au delà de 4000F pour ensuite culminer à 6500F pendant l’année 1946.

Le 7 octobre 1944 De Gaulle publiait une ordonnance interdisant à tout propriétaire d’or, d’en effectuer la cession, à titre onéreux ou gratuit, sous quelque forme que ce soit, à toute personne de transporter de l’or pour quelque motif que ce soit.

Elle était complétée le 17 janvier 1945 par une ordonnance invitant les détenteurs d’or à se faire recenser auprès de l’Office des Changes.
Puis la loi 45-0140 du 26 décembre 1945 donnait au gouvernement l’autorité pour procéder à la réquisition de l’or, des devises et des valeurs mobilières étrangères.

 Les Français, la crise et l’or :

Les français en général, sont des avares nés, ils détiennent environ 6000 tonnes d’or, réparti pour moitié dans leur bas de laine et pour moitié dans les banques sous formes de titres ou autres.

A comparer avec les réserves de la Banque de France qui détenait au 01 janvier 2011 environ 2435 tonnes d’or soit 59,5 milliards d’euros représentant donc 5,6 % de notre dette, estimée à 1.700 milliards d’euros.

Moralité nos 2435 tonnes d’or, pourraient tout justes rembourser deux années d’intérêts de la dette.

Les Français détiennent 11.000 milliards d’euros d’épargne :

Le patrimoine des Français atteignait à la fin de l’année dernière un chiffre proche de 11.000 milliards d’euros, soit près de 6 fois le montant de notre dette.

Au final, l’or des Français rajouté à leur bas de laine (liquidités sous le matelas…) et leur épargne effacerait dix fois notre dette !

Les pauvres apprécieront, en pensant que si une infime partie de ce trésor national était injectée dans l’économie nationale, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de soucis de chômage et que les 8 millions de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté mangeraient à leur faim.

Si votre corps vient à manquer de sang, il meurt :

Et bien la c’est pareil, le sang de notre économie étant thésaurisé à outrance, une grande partie de nos compatriotes meurs à petits feux et ceux qui détiennent le pouvoir de donner leur sang et qui ne le font pas par avarice ou autres démons, sont tout simplement des criminels, devant le tout puisant…

Et franchement je ne donne pas cher de leur âme, mais peut-être que le jour venu, ils pourront toujours graisser la patte à Saint-Pierre en lui glissant une once d’or dans la main…


Jackturf !

source: Jackturfhotmailfr

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article