Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LEMONDE.FR avec AFP |

Le camp de Dabaab, au Kenya, accueille près de 382 000 réfugiés.

Le camp de Dabaab, au Kenya, accueille près de 382 000 réfugiés. AFP/ROBERTO SCHMIDT

 

Alors qu'une grave sécheresse frappe la Somalie, des violences ont aggravé la situation sur le terrain et provoqué le déplacement de 135 000 personnes depuis le début de l'année. L'ONU a parlé mardi 5 juillet d'une "tragédie humaine inimaginable" pour qualifier la situation dans le pays.

"Cette sécheresse, combinée avec une violence rampante dans le sud et le centre du pays, est en train de transformer une des pires crises humanitaires de la planète en une tragédie humaine d'une proportion inimaginable", a estimé Melissa Fleming, une porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) lors d'un point de presse.

 

UN QUART DE LA POPULATION DÉPLACÉ

Rien qu'en juin, 54 000 personnes ont fui au Kenya et en Ethiopie, soit trois fois plus qu'en mai. Désormais, "un quart de la population somalienne de 7,5 millions de personnes est soit déplacé [à l'intérieur du pays], soit vit à l'extérieur du pays en tant que réfugié", a expliqué la responsable.

"Plus de 50 % des enfants somaliens arrivant en Ethiopie sont en état sérieux de malnutrition", a encore souligné Mme Fleming, précisant que la proportion atteint 30 à 40 % de ceux qui se réfugient au Kenya. "Nous avons de plus en plus d'informations sur des enfants de moins de 5 ans mourant de faim et d'épuisement durant le trajet", a-t-elle ajouté.

Ces arrivées mettent encore plus sous pression le camp kenyan de Dadaab où arrivent chaque jour 1 400 réfugiés. Ce camp est tellement débordé qu'il est devenu la "troisième ville du Kenya", a-t-elle encore déclaré. Le site, originellement conçu pour héberger une population maximale de 90 000 personnes, accueille désormais 382 000 réfugiés.

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article