Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le millier d'hommes de l'opération Epervier, lancée en 1986, n'est plus justifié affirme le Quai d'Orsay.

Des soldats français de la force Licorne en Côte d'Ivoire, en 2011.

Des soldats français de la force Licorne en Côte d'Ivoire, en 2011. (© AFP Issouf Sanogo)

 

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a déclaré mardi que le dispositif militaire français au Tchad, appelé Epervier et fort de plus d'un millier d'hommes, ne se justifiait plus et devait être rapatrié.

"Nous sommes en train de discuter avec le Tchad d'un nouvel accord de coopération. Nous avons un dispositif là-bas, Epervier, avec plus d'un millier d'hommes, dont la présence ne se justifie pas, que nous avons (...) à rapatrier", a déclaré le ministre lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

En janvier, alors qu'il était encore ministre de la Défense, Alain Juppé avait affirmé que Paris était prêt à faire "évoluer" le dispositif militaire français Epervier au Tchad. "Nous ne souhaitons pas rester forcément dans le format actuel, nous sommes prêts à évoluer vers quelque chose qui évolue davantage vers la coopération entre le dispositif Epervier et l'armée tchadienne", avait-il dit.

Redéploiement

Ses nouvelles déclarations mardi semblent indiquer que Paris n'entend pas laisser de troupes au Tchad. Avec 950 hommes environ et des avions de chasse, l'opération Epervier avait été déclenchée en 1986. Depuis, les militaires français n'ont plus quitté le pays, gardant notamment une base sur l'aéroport de N'Djamena et une autre sur l'aéroport d'Abéché dans l'Est.

"Nous avons une politique de redéploiement", a insisté Alain Juppé devant les députés. "Je vous rappelle que la force Licorne en Côte d'Ivoire, de 1.700 militaires au plus fort de l'intervention (va être réduite) à 300-400 hommes à la fin de cette année", a-t-il ajouté.

(Source AFP)

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article