Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le président iranien Hassan Rohani s’est envolé lundi pour l’Assemblée générale de l’ONU à New York où il tentera de convaincre des Occidentaux sceptiques de la nature pacifique du programme nucléaire de Téhéran.

M. Rohani, à la tête d’une importante délégation qui inclut le député de la minorité juive d’Iran, doit prononcer mardi un discours très attendu. Ce sera sa première grande sortie internationale depuis son élection le 14 juin.

Son séjour à l’ONU sera également l’occasion d’améliorer l’image de l’Iran, ternie par les déclarations chocs à la tribune de son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad qui avait notamment nié l’Holocauste et évoqué une conspiration dans les attentats du 11 septembre 2001.

Ces dernières années, certaines personnes ont malheureusement présenté différemment l’image de l’Iran, son amour pour la culture, sa civilisation pacifique et sa quête de progrès, a déclaré M. Rohani à la presse à son départ de Téhéran, selon l’agence Isna.

Il a également dénoncé les sanctions internationales inacceptables, qui étranglent l’économie iranienne.

Ceux qui ont opté pour ces sanctions ne vont pas réaliser leurs objectifs, a-t-il affirmé.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, pour contraindre Téhéran à suspendre certaines activités nucléaires, l’Occident soupçonnant que le programme nucléaire civil iranien dissimule une volonté de se doter de l’arme atomique. Elles ont été renforcées par un embargo financier et pétrolier des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Au lieu de cette voie, ils (les Occidentaux) doivent en choisir une autre qui soit basée sur l’interaction, la négociation et l’entente, a-t-il dit.

Le président iranien avait dirigé les négociations sur le dossier nucléaire au début des années 2000. A l’époque, il avait accepté la suspension de l’enrichissement d’uranium, un programme relancé en 2005 par M. Ahmadinejad.

M. Rohani doit aussi participer à une réunion sur le désarmement et à une rencontre du mouvement des pays non alignés (NAM), dont l’Iran assure la présidence tournante.

Il doit également rencontrer les présidents français François Hollande, turc Abdullah Gül et autrichien Heinz Fischer, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et le chef du gouvernement italien Enrico Letta, selon les médias iraniens.

Nouvelles approches

Hassan Rohani n’a pas exclu de s’entretenir avec le président américain Barack Obama, même si Washington a précisé qu’aucune rencontre n’était prévue à l’heure actuelle. Une rencontre à ce niveau serait une première entre les deux pays ennemis depuis la Révolution islamique de 1979.

A New York, le président iranien sera épaulé par son chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif, qui a rencontré lundi la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, représentante du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Allemagne, Russie, Chine, Royaume-Uni) dans les négociations sur le nucléaire iranien.

Nous nous sommes mis d’accord pour nous rencontrer avec nos équipes à Genève en octobre, a déclaré Mme Ashton, alors que les négociations nucléaires sont interrompues depuis avril.

Mme Ashton a ajouté que M. Zarif s’entretiendrait jeudi avec ses homologues du groupe 5+1.

La chef de la diplomatie européenne a fait part de son espoir, tout en soulignant que les discussions seraient longues et difficiles. J’ai été frappée par l’énergie et la détermination du ministre, a-t-elle dit. Cependant, a-t-elle ajouté, il y a énormément de travail à faire.

Les négociations, qui n’ont pas fait de progrès ces dernières années, ne peuvent pas se poursuivre selon le cadre et le contenu actuel, a affirmé à l’agence Irna une source proche des négociateurs iraniens. Il faut créer de nouveaux cadres et de nouvelles approches.

Les Occidentaux attendent sur le dossier nucléaire des avancées concrètes, vérifiables par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a déclaré de son côté à l’AFP un diplomate occidental basé à Téhéran.

Dimanche, le nouveau président a réaffirmé que son pays ne cherchait pas à fabriquer la bombe nucléaire. Mais il a redit le droit de l’Iran à posséder la technologie nucléaire, notamment l’enrichissement de l’uranium sur son sol, une question au centre des inquiétudes des Occidentaux.

Les Etats-Unis et leurs alliés ont pris bonne note du souhait iranien de renouer le dialogue, mais restent sceptiques. Washington a jugé la semaine dernière que les déclarations de M. Rohani n’étaient pas suffisantes et demandé des actes à l’Iran.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait appelé de son côté le monde à ne pas se laisser duper par les déclarations apaisantes du nouveau président iranien.

Lire l’article sur Romandie

via source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article