Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vidéo choquante mise en ligne par un quotidien britannique montre des membres d’une tribu des iles Andaman forcés de danser pour des touristes indiens, en échange de nourriture. Les autochtones de ces iles situées au large des cotes indiennes sont victimes de discriminations dénoncées depuis longtemps par les organisations humanitaires.

Les Jarawa sont de plus en plus menacés par le tourisme aux iles Andaman


 Dans une vidéo postée sur son site internet par le quotidien britannique The Guardian, le 9 janvier dernier, on assiste a un spectacle choquant : des membres de cette tribu indigène, qui vit sur cet archipel d’iles depuis des dizaines de milliers d’années, sont sommés de danser pour un groupe de touristes, qui leur donnent de la nourriture en échange.

Reprise par les medias indiens, cette vidéo a fait resurgir le scandale des "safaris humains" ou "zoos humains" aux iles Andaman, destination paradisiaque, très prisée par les touristes indiens. Depuis plusieurs années, des organisations de défense des populations tribales comme Survival International dénoncent en effet l’empiètement des voyagistes sur le territoire des Jarawa, tribu qui officiellement quelque 400 membres et qui vit traditionnellement en retrait dans la forêt. Il est par ailleurs interdit par la loi indienne d’entrer en contact ou de photographier les Jarawa.

Complicite des autorites et des agences de tourisme

En 2010 déjà, les medias indiens s’étaient fait l’écho de ces visites touristiques, organisée par des agences locales qui proposaient d’aller a la rencontre des Jarawa, alors que c’est en principe interdit par la loi depuis 1956. Survival International dénonce également la construction –illégale- il y a dix ans d’une route qui traverse la foret ou vit cette tribu. Elle continue d’être empruntée par les cars de touristes et les braconniers malgré un arrêt de la cour suprême indienne, qui a ordonné sa fermeture en 2002.

Outre le caractère choquant des images mises en ligne par The Guardian, le quotidien révèle également que c’est un policier qui aurait forcé les tribaux à danser, en échange d’un bakchich de 250 euros versé par un touriste. "Les tour-opérateurs et les chauffeurs de taxi qui conduisent les touristes sur une route illégale pour accéder à la réserve de la tribu des Jarawa sont impliqués dans ce scandale", dénonce Survival International sur son site. Le directeur de l’organisation Stephen Corry a qualifié l’incident d’histoire "scandaleuse qui exhale les relents racistes et dégradants de l’ère coloniale et de ses ‘zoos humains’ qui appartiennent à un passé révolu".

Situé dans la baie du Bengale, à plus de 1000 km de la cote est de l’Inde, l’archipel des iles Andaman et Nicobar compte cinq tribus indigènes composées toutes de moins de 400 membres. Elles sont de plus en plus menacées par le développement de ces iles au profit du tourisme.

source: Inde.aujourdhuilemonde

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article