Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« …C’est même à ça qu’on les reconnait ».
C’est la phrase que faisait dire le célèbre dialoguiste, scénariste et réalisateur Michel Audiard à Lino Ventura dans le film culte de Georges Lautner « les tontons flingueurs ».
Frédéric Dard, le prolifique auteur des « San Antonio » avait un avis sur la question et déclarait : « le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres ».
Et même s’il affirme aussi que : « on est toujours le con de quelqu’un », un prix est décerné chaque année aux Etats Unis pour en récompenser les champions es connerie, le « Darwin Awards ».
Ce prix, crée en 1993, est remis à des personnes qui, « à la suite d’un comportement stupide, ont trouvé la plupart du temps la mort », faisant mentir en quelque sorte la théorie de l’évolution, chère à Darwin, d’où le nom de ce prix que l’on doit à une certaine Wendy Northcutt, surnommée à juste titre par ses amis, Darwin, laquelle en publie régulièrement des récits sous titrés « les sommets de la bêtise humaine » paru aux éditions « fleuve noir ». lien

Evoquons par exemple cet homme qui jouait à la roulette russe avec un pistolet semi-automatique, ou ce braqueur qui, pour ne pas être reconnu, s’était peint le visage en or, à l’aide d’un spray, ce qui provoqua, quelques heures après, sa mort, à cause des produits toxiques contenus dans la peinture. lien
« L’échec, c’est la réussite du con » disait encore Frédéric Dard comme le prouve cette vidéo, où l’on découvre un braqueur bien mal embarqué.
Et quid de cet homme qui décide d’improviser un pas de danse sur une route très fréquentée, et dont l’issue tragique ne fait aucun doute comme on peut le constater sur cette vidéo.
Un autre décide de prendre l’ascenseur alors que celui-ci est déjà parti, et pour se faire, défonce la porte avec un scooter (vidéo) ce qui confirme la jolie phrase de Frédéric Dard « il arrive à un con d’avancer, mais seulement à reculons ».
Au chapitre des morts fatales, on peut citer l’exemple de cet homme qui, voulant tester l’efficacité de sa veste anti-poignard, trouva la mort en se poignardant, ou évoquer celui qui tenta d’ingérer de l’alcool par le rectum. lien

Le gagnant 1995 ayant décidé d’envoyer une lettre piégée en omettant d’y mettre un timbre, s’est vu retourner la lettre, qu’il a bien sur ouverte.
En 1998, un jeune homme de 25 ans, au cours d’une scène de ménage, empoigna son épouse, et la projeta dans le vide, du balcon du 8ème étage de son immeuble.
La providence fit que celle-ci atterrit sur des câbles électriques en contrebas, et l’époux plein de remords bondit dans le vide pour la rejoindre, mais s’écrasa au sol, alors que sa jeune veuve parvenait tant bien que mal à regagner un balcon voisin.
L’époux impulsif et maladroit obtint le prix cette année là.
En 2002, un autre, voulant vérifier si un réservoir d’essence contenait encore du carburant, y avait allumé son briquet pour en éclairer le fond, faisant tout exploser, et lui avec.
« Etre conforme, forme des cons », disait Patrick Vernier, mais pour faire sauter la glace d’un lac gelé, un chasseur lança un bâton de dynamite, n’ayant pas prévu que son chien serait parti le récupérer et le lui ramener en remuant la queue.
En 1996, un canadien voulant vérifier la résistance des vitres d’un gratte ciel, se précipita, chaise en avant, faisant éclater la vitre, se retrouvant 24 étages plus bas. Mort. lien
Rosanna Tippett faillit se noyer, après être tombée avec sa mobylette dans un fleuve en crue, et fut sauvée de justesse par un policier.
Réalisant que sa chère mobylette était restée au fond de l’eau, elle plongea pour la récupérer et se noya, bien évidemment. lien
La connerie n’épargne aucun métiers ;
Dans le bâtiment, par exemple, on peut faire de surprenantes découvertes.
Comment allez-vous vous y prendre à deux pour vous soulager avec des urinoirs placés de cette façon ? photo

Et comment allez vous emprunter cet escalier. ?
Qui va utiliser ce balcon ?
La voiture est souvent la comparse involontaire de quelques magistrales conneries, ce que confirmait un Michel Audiard très en forme qui déclarait : « l’été, les vieux cons sont à Deauville, les putes à St Tropez, et les autres sont en voiture, un peu partout ».
Exemples :
L’été arrive, et vous avez envie de cuire quelques brochettes, mais la place manque, alors celui là a trouvé une étrange solution. photo
Le transport des marchandises permet une multitude de solutions, mais que dans ce cas, lequel des deux est l’âne ?
C’est Wolinski, le célèbre dessinateur d’Hara Kiri qui déclarait : « je suis un con, mais quand je vois ce que les gens intelligents ont fait au monde… »
Prenons par exemple l’industrie nucléaire :
Comment ne pas s’interroger sur la pertinence de Keigo Endo, « expert » japonais qui affirme, sans la moindre hésitation, que l’on peut consommer de la viande de bœuf japonais contaminée au césium sans le moindre danger ? lien
Du coup, de la viande radioactive est en vente sur les marchés Japonais. lien
Récemment des chercheurs ont affirmé qu’il n’y aura aucun danger à cultiver des légumes sur les terres polluées par la centrale de Fukushima, affirmant que la radioactivité n’est présente que dans les 2 cm de surface. lien
Toujours dans le même domaine, le docteur Shunichi Yamashita affirme sérieusement que « les radiations n’affectent pas les gens qui sourient (…) rigoler supprimera votre phobie des radiations ». lien

C’est l’occasion d’évoquer les déclarations pour le moins contradictoires de François Fillon qui, le 12 juillet 2011, veut investir dans le nucléaire (lien) juste après qu’Eric Besson, le 8 juillet 2011 en évoque la sortie. lien
Les militaires n’ont pas une bonne réputation sur le sujet de la connerie, confirmant les dires de Pierre Desproges qui affirmait : « si les cons volaient, le ciel serait kaki ».
En voici un exemple dans cette vidéo et dans celle-ci.
L’un des gagnants des « Darwin Award » est un militaire croate qui jonglait avec des grenades.
Hervé Morin, ex-ministre de la défense, dans un lapsus révélateur avait exprimé ce qu’il en pensait. lien
Passons aux sports, ou l’on trouve aussi des champions dans ce domaine, à tel point que Christian Montaignac en a fait un livre.
Il reste encore dans nos mémoires cette phrase définitive de l’exilé fiscal Johnny qui, lors du Paris Dakar avait dit « si on n’avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart ! ». vidéo
Au hasard citons Yohan Lachor, footballeur de Boulogne-sur-mer, qui après une défaite déclarait : « cette fois, les carottes sont mortes », ou Abeslam Ouadou, de l’équipe de Rennes qui a osé un « il ne faut pas bruler la peau de l’ours avant de l’avoir vendue », et on essaye en vain de comprendre la déclaration de Sylvain Wiltord : « je trinque souvent très rarement », mais le champion reste Richard Virenque qui avait été dopé « à l’insu de son plein gré »
Et puis, il y a la connerie dans la catégorie « sports extrêmes », ou ces images parlent d’elles-mêmes, tout comme celles-ci.
Dans le domaine des médias, il y aurait tant à dire qu’il vaut mieux en rester à cette phrase définitive de Jean-Marie Gourio, le collecteur des célèbres « brèves de comptoir » :
« La télé, c’est tellement con que même les pigeons ne se posent plus sur les antennes ».
C’est l’occasion d’évoquer le prix « Press Club », décerné chaque année aux hommes politique et à leur humour, parfois involontaire.

L’année 2011 est sans aucun doute une très bonne cuvée.
Il y avait 15 finalistes, dont Nathalie Arthaud (porte parole de Lutte Ouvrière) qui a déclaré « je ne serai peut-être pas élue Présidente de la République, mais je ne serais pas la seule », ou François Bayrou à qui on doit cette phrase mémorable : « rassembler les centristes, c’est comme conduire une brouette pleine de grenouille, elles sautent dans tous les sens ».
André Chassaine, du PC était bien placé pour gagner avec sa formule : « dans sa forme historique, le PC est mort, mais il a encore de l’avenir ».
Le grand frère de Dany le Vert, Gabriel a été nominé pour sa phrase « les verts sont capables du meilleur comme du pire, mais c’est dans le pire qu’ils sont les meilleurs ».
Bien placé aussi, on peut noter le « Zadig et Voltaire » de Frédéric Lefebvre, (répondant à la question « quel est votre livre de chevet ») qui a décroché le prix de l’encouragement.
Sur ce lien, son best-of.
Nadine Morano aurait du être sélectionnée pour sa jolie confusion entre le chanteur Renaud, avec la marque de voiture, (lien) et qui est « sarkozyste jusqu’au bout des globules ». lien
And the winner is : Laurent Fabius pour sa jolie phrase : « Mitterrand est aujourd’hui adulé mais il a été l’homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d’espoir pour beaucoup d’entre nous… ». lien
Comme disait mon vieil ami africain : « quand une génération de cons a disparu, il reste toujours sa descendance ».

Olivier Cabanel sur 100Papiers vu sur au "bout de la route"

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article