Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La guerre est déclarée... Le journal Le Monde (qui vient de voir le départ d'Hervé Kempf pour cause de censure) s'est dépêché de publier un sondage, venant du Parisien, allant à l'encontre de ce que vous avez entendu la semaine passée, grâce à Valeurs Actuelles, à savoir que 30% des Français sont en phase avec Marine le Pen. L'analyse de VA:

"Cette popularité de Marine Le Pen se vérifiait, depuis plusieurs mois, dans les enquêtes sur sa personnalité: jusqu'à 36 % de "bonnes opinions" dans certains sondages. Notre étude exclusive Ifop révèle que cette adhésion à sa personne est aussi une adhésion à ses idées. À la question "Vous sentez-vous proche des idées de Marine Le Pen ?", 34 % des Français répondent oui - soit 16 points de plus que son score de la présidentielle ! "On peut véritablement parler de "lepénisation des esprits", décrypte Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop. Contrairement aux idées reçues, la popularité et les résultats électoraux du FN ne s'expliquent pas, ou plus, par une simple protestation antisystème. Un Français sur trois, aujourd'hui, est proche idéologiquement du Front national". Pour preuve, encore, la percée de Marine Le Pen chez les sympathisants UMP, de plus en plus perméables à ses idées: près de 4 sur 10 (38 %) se reconnaissent dans son discours"

Même Canal+ en a parlé, tant et si bien que le message retenu est que la France s'apprête à assener une gifle sans précédent au PS et à l'UMP lors des élections municipales et des européennes... Et dimanche après-midi, beaucoup de téléspectateurs (dont votre serviteur) ont eu la surprise de découvrir via BFM et I-Tele une salle géante remplie de milliers de personnes écoutant ce que je considére a posteriori comme l'un des meilleurs discours politiques depuis les grandes interventions de Charles de Gaulle et d'une ou de deux interventions de Jean-Luc Melenchon (que j'avais souligné à l'époque ici). En clair: il y aura un "avant et un "après" le discours du 15 septembre 2013 de Marseille. Marine a "explosé" l'audience tv avec un discours si direct et si efficace que j'en suis resté bouche bée, tout comme la personne qui se trouvait avec moi et qui ne lui nourrissait aucune sympathie... Cela ne m'était jamais arrivé d'écouter un politique avec autant d'attention. Le plus génial est que Melenchon (hormis l'immigration) pourrait le prendre intégralement à son compte, en particulier l'économie -et c'est cela qui est étonnant. Clairement la prestation de Marine (elle n'a pas hésité à parler de "guerre civile") trouvera un écho encore plus vaste dans la tête des Français, grâce à des formules radicales ( lire FranceTV) comme celles-ci, lisez bien:

 

"Qui aurait deviné que, sous ses airs placides de président de conseil général de Corrèze, se cachait un belliciste si zélé, plus soumis encore à Obama que Tony Blair en son temps à George Bush? ... Plus inquiétant encore est notre soumission à des pays qui n'ont avec nous aucun lien historique ni culturel, seulement des liens d'argent sonnant et trébuchant, Arabie Saoudite et Qatar ... ces deux pays, arrière-garde de tous les mouvements jihadistes internationaux, alimentent (...) le terrorisme et la guerre (...) La France, maîtresse des USA, devenue catin d'émirs bedonnants".

Aussitôt, Paris a sorti un "nouveau" sondage Bva expliquant le contraire du sondage Ifop précédent, ha ha ha, à savoir que "65% des Français ont une mauvaise image de Marine". Et c'est Henri Vernet, rédacteur en chef du Parisien qui s'y est collé: "Dans le foisonnement de "bons" sondages pour le FN et sa patronne emblématique, notre enquête exclusive BVA a de quoi refroidir Marine Le Pen (... qui) reste fortement impopulaire aux yeux des Français : 65 % d'entre eux en ont une mauvaise opinion et 67 % n'envisagent en aucun cas de voter pour elle à la prochaine élection présidentielle". Regardez bien: c'est juste une manière d'expliquer que le verre est au trois quart vide alors que la même presse s'étonnait la semaine passée que le verre puisse être DEJA au quart plein. Mais quel que soit le niveau de remplissage, aucun institut de sondage ne pourra endiguer la vague de vols, agressions et cambriolages, etc. que vivent les Français des banlieues et des campagnes chaque jour... lire ici l'article entier d'Henri Vernet. Lire ici le Monde, lire ici Le Figaro.

 


 

 

 

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article