Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un apiculteur © AFP/Archives Aris Messinis


               

BRUXELLES - (AFP) - Trois insecticides mortels pour les abeilles vont être interdits d'utilisation dans l'UE pendant deux ans à compter du mois de décembre, a annoncé lundi la Commission européenne à l'issue d'un vote serré qui a reflété les fortes pressions de l'industrie et des lobbies agricoles.

Quinze pays, dont la France et l'Allemagne, ont voté en faveur de cette interdiction. Huit, dont le Royaume-Uni, l'Italie et la Hongrie, ont voté contre et quatre, dont l'Irlande, présidente en exercice de l'UE, se sont abstenus.

Cette division n'a pas permis de recueillir une majorité en faveur ou contre l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles, mais avec 187 voix pour l'interdiction et 125 voix contre et 33 abstentions, la Commission a tout de même le pouvoir d'interdire leur usage.

La décision d'interdire les pesticides sera annoncée "dans les prochaines semaines", a annoncé le commissaire en charge du dossier, le Maltais Tonio Borg.

"Les abeilles sont vitales pour notre écosystème et elles doivent être protégées, d'autant qu'elles apportent une contribution annuelle de 22 milliards d'euros à l'agriculture européenne", a-t-il insisté.

Il a toutefois été contraint d'accepter plusieurs modifications, notamment de différer l'interdiction du 1er juillet au 1er décembre pour les semences traitées et d'accepter la poursuite des tests pour rallier les suffrages de l'Allemagne. La Commission a en revanche rejeté la demande de la Hongrie d'autoriser des dérogations nationales.

Concrètement, la Commission va suspendre pendant deux ans l'utilisation de trois néonicotinoïdes présents dans des pesticides pour quatre types de cultures: le maïs, le colza, le tournesol et le coton. L'interdiction sera proportionnée, car elle ne concernera que certaines cultures et certaines périodes de l'année pendant lesquelles les abeilles sont actives.

Le résultat du vote a été salué par les défenseur des abeilles, venus soutenir l'interdiction des trois pesticides.

"L'interdiction des pesticides supprime une menace pour les abeilles. Elle répond à une campagne soutenue par 2,6 millions de personnes", s'est félicité Ian Keith, de l'organisation Avaaz, qui avait déployé une abeille géante devant le siège de la Commission.

"Les pays opposés à l'interdiction ont échoué", a pour sa part soutenu Marco Contiero de Greenpeace dans un communiqué.

Le réseau PAN Europe (Pesticide Action Network) a quant à lui demandé à la Commission d'aller plus loin et d'interdire les pesticides pendant dix ans.

Le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, et la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho ont également exprimé leur satisfaction. "C'est une bonne nouvelle", a commenté le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

En revanche, les grands producteurs agricoles et les multinationales de la chimie ont déploré une décision qu'ils ont tenté de bloquer.

"La Commission devrait retourner à la table des négociations plutôt que de forcer une interdiction", a affirmé dans un communiqué le groupe Syngenta, qui soutient que "ces insecticides ne nuisent pas à la santé des abeilles".

"C'est un revers pour la technologie et l'innovation", a pour sa part déploré le groupe allemand Bayer dans un communiqué. "Les néonicotinoides sont sans danger pour les abeilles, s'ils sont utilisés correctement", a-t-il assuré. Un argument également invoqué par l'association qui regroupe les producteurs européens d'insecticides, l'EPCA, qui s'est dite "extrêmement déçue par la décision".

Les trois néonicotinoïdes incriminés - clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame - sont présents dans des pesticides commercialisés par ces deux groupes, notamment le Cruiser OSR.

Le résultat du vote a montré qu'il y a eu "pas mal de mouvement" par rapport à la première consultation le 15 mars: treize pays avaient voté pour, neuf contre et cinq s'étaient abstenus.

Lundi, l'Allemagne, la Bulgarie et l'Estonie sont passées de l'abstention au camp des pays favorables à l'interdiction, avec la France, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, Chypre, le Luxembourg, la Lettonie, la Slovénie, Malte, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède.

Mais l'Italie a basculé dans l'opposition, faute d'avoir obtenu la possibilité de traiter les cultures avant la floraison. Elle a rallié le Royaume-Uni, qui s'était abstenu lors du premier vote, la Hongrie, le Portugal, la Roumanie, l'Autriche, la République Tchèque et la Slovaquie.

Quatre Etats se sont abstenus: l'Irlande, la Grèce et la Lituanie, qui avaient voté contre le 15 mars, et la Finlande. 

 

 

source

Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article