Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.cartoradiations.fr/images/Alerte_Fukushima_reacteur_1_valeurs_04_06_2011.jpg


CARTORADIATIONS 07 06 2011

Plus les jours passent, plus les informations et communiqués de presse qui se succèdent se font précis sur l’inexorable aggravation de la situation à la centrale nucléaire de Fukushima. Plus aucune autorité n’évoque comme il y a quelques semaines des hypothétiques pourcentages de fusion des barres de combustible dans les réacteurs [1] [2] [3] , maintenant l’évidence est qu’elles ont totalement fondu puis coulé au fond des cuves. Personne ne sait exactement l’ampleur des fuites provoquées par ces effondrements suite aux fusions, sans modèle à ce stade qui est une première mondiale, prévoir l’évolution et l’impact des scénarios en cours est très difficile, par contre l’évidence est claire : La situation n’est plus sous contrôle et la feuille de route présentée par TEPCO pour la maitrise des réacteurs est devenue caduque. Le rôle actuel de TEPCO qui n’est juridiquement et financièrement que l’ombre d’elle-même (en faillite, « sous perfusion »), se résume presque à subir l’évolution de la situation en essayant de contenir tant que faire se peut les divers rejets radioactifs, néanmoins sa marge de manoeuvre diminue de jours en jours, pareillement que le déploiement in situ des moyens humains.

L’essentiel de l’ampleur de la catastrophe de Fukushima était cachée jusqu’à présent, mais presque 3 mois après les communiqués qui se succèdent dévoilent que le désastre environnemental avait été totalement minimisé ! Il est toujours possible pour une autorité de cacher la vérité d’une pollution radioactive notamment dans un espace réglementé tel qu’un site nucléaire, mais les particules radioactives ne connaissent pas les frontières.

http://www.next-up.org/images/EDF%20Tricastin%20Vue%202%20Bt%20reacteurs%20nord%202008%20DSC00015.jpg

CN Tricastin : cheminée décompression enceinte confinement réacteurs

L’Agence sur la Sûreté Nucléaire et Industrielle du Japon vient de révéler le 7 juin 2011 [Japan to DAY] qu’il est nécessaire de doubler la quantité de matières radioactives rejetées dans l’air pendant les premiers jours de la catastrophe de Fukushima, d’après l’agence les nouvelles estimations seraient de 770.000 TBq (Téra Becquerels).

Les évaluations de l’Agence (NISA sous l’acronyme anglais) étaient devenues intenables face aux constatations et aux prochains nouveaux élargissements de l’ordonnance gouvernementale d’évacuation hors zone des 30 km, [Kyodo News] sic, selon « laquelle les particules radioactives voyagent après avoir été libérées dans l’air non pas de façons concentriques, mais avec des répartitions sujettes aux reliefs et aux conditions atmosphériques « . De plus l’agence doit rendre dans un mois un rapport qui sera soumis à la réunion ministérielle extraordinaire sur la sûreté nucléaire organisée par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique se devait de se mettre en adéquation avec la réalité des mesures des radiations publiées chaque jour.

Parallèlement une succession de communiqués notamment celui du Pr Masayoshi Yamamoto de l’Université de Kanazawa confirme que du plutonium a été libéré dans l’environnement extérieur au site nucléaire [Japan to Day] ou que la situation du réacteur n°1 devient de plus en plus critique, car il est maintenant impossible de savoir, en l’absence d’appareils de mesures fiables [ATMC - Graphe des valeurs du réacteur n°1] ce qui s’y passe. Le niveau des radiations y est tel (du jamais vu) que les techniciens ne peuvent pas y séjourner plus de quelques minutes [Japan to Day] ne serait-ce pour y installer des appareils de contrôle. TEPCO avance comme hypothèse que l’explosion d’hydrogène de l’unité 1 aurait, sic « causé une inversion de flux des vapeurs d’eau destinées a être évacuée par les soupapes et valves de sécurité des cheminées d’échappement (décompression) des gaz radioactifs ».

Perspectives : les 370 réservoirs destinés au stockage d’eau radioactive d’une capacité totale de 40 000 m³ que TEPCO va installer sur le site ne changeront rien à l’évolution négative de la situation environnementale, pareillement que les « gesticulations médiatiques » d’AREVA sur l’activation prochaine de son unité de traitement des effluents radioactifs. Conclusion : D’après la propagande des nucléocrates les problèmes liés au nucléaire se projetaient au loin dans le temps, malheureusement et cyniquement ce ne seront même pas les générations futures qui seront impactées, mais les générations présentes. Sortir du nucléaire le plus vite possible ne doit donc plus être un sujet de discussion, mais de résolutions immédiates de tous les gouvernements à l’image de celui de l’Allemagne.

http://www.cartoradiations.fr/images/Fukushima_Soupape_et_ressort_valve_securite_decompression_reacteur_zoom.jpg

soupapes, ressorts tarés et valves sécurité cheminées décompression

Dans un monde parfait, et il est loin de l’être actuellement, c’est toute la communauté internationale qui auraient du travailler depuis le début avec la Japon pour trouver une solution, mais ici au contraire, c’est l’indifférence totale. Personne ne se sent concerné, mais justement ça nous concerne tous maintenant plus que jamais, les médias devraient y donner  la priorité sur toutes les autres infos, qui ne sont que de simples diversions à coté de cet évènement qui va tous nous toucher dans les prochaines semaines et mois si ce n’est pas déjà fait. Personne ne va y échapper, quand bien même on serait à l’autre bout du monde, les radiations vont avoir le temps amplement maintenant de faire le tour de la Terre plusieurs fois avant que p-e on trouve une solution, qui assurément ne se fera pas cette année de la manière que c’est partie avec cette indifférence et ce manque de transparence flagrant. Ça nous amène presqu’à suspecter une volonté complice des hauts dirigeants de ce monde de tous nous irradier tellement le laisser faire est apparent. Trop occupé à bombarder la Libye, ou à débattre de l’affaire DSK.

Un crime contre l’humanité se déroule sous nos yeux, nos vies sont en jeu, et encore une fois rien ne se fait. Je ne parle pas de nous en tant que citoyen, parce que je ne sais pas qu’est ce qu’on pourrait faire de plus à part d’assister à ce spectacle impuissant et désolant, mais de ceux qu’on « pense » avoir mis au pouvoir, ceux à qui on a donné carte blanche pour tout décider à notre place, gérer nos finances, et pour supposément prendre les décisions adéquates pour le bien de tous et de la planète, et bien par pur égoïsme, ils sont en train de tout détruire sur leur passage.

Est-il déjà trop tard? sommes-nous si impuissant devant cette autre bêtise humaine? nous sommes à la croisée des chemins et c’est plus que vrai aujourd’hui. Et dire qu’il y en a encore une grande majorité qui ignore complètement tout de cette catastrophe nucléaire à Fukushima. Sur quelle planète vivent-ils? Pas sur la Terre en tout cas…

Je ne veux pas instaurer un climat de peur, tel n’est pas mon but ici, mais on dirait que les gens ne semble pas réaliser la gravité de la situation…Si une bombe atomique avait explosé sur le Japon, p-e que là, au moins, le monde aurait été secoué, mais même ici, une bombe c’est encore moins pire que ce qui se passe actuellement à Fukushima, puisque c’est un relâchement constant de radioactivité dans l’atmosphère, ce qui va finir inévitablement par contaminer toute la planète d’ici la fin de l’année. On en est déjà à 3 mois, et ce n’est pas près de s’arrêter, la situation ne peut que s’aggraver. Peut-être que si la centrale finit par exploser, ce qui est fort probable, les gens réaliseront l’ampleur de la situation.

Jo ^^ "l'éveil 2011"

Autres news et confirmations du site Kokopolli:

- 7 juin 2011: Vidéo amateur mettant en valeur 5.77 microsieverts/heure au niveau du sol à Tokyo. Très mauvaise nouvelle.

 

- 7 juin 2011: Prédire la contamination globale au sol à partir de la valeur de dépôt du césium 137. Un très bon article de l’association Italienne AIPRI.

 

- 7 juin 2011: TEPCO a publié les protocoles de décontamination de l’eau radioactive par AREVA. Ne devrions-nous pas parler plutôt de la tentative de décontamination de l’eau radioactive par AREVA car, au jour d’aujourd’hui, personne ne sait sincèrement s’il est possible de décontaminer une telle quantité d’eau à ce point radioactive.

 

- 7 juin 2011: Le mystère du Tellurium 132. Nous avons déjà évoqué sur ce blog la présence de Tellurium 132 à Namie-Machi le 12 mars. En fait, ce sont sur trois sites que le Tellurium a été retrouvé, à savoir également à Okuma-machi et à Minami-Soma City. La concentration était de 23 à 119 becquerels par mètre cube. Selon le Professeur Toshihiro Yamamoto de l’Université de Kyoto, un expert en physique des réacteurs, il n’est pas normal que le Tellurium se soit dispersé si loin, surtout que son niveau de concentration le 12 mars n’est pas en cohérence avec les concentrations relevées d’iode 131 et de césium 137. Si bien sûr les circonstances de l’accident telles que décrites par TEPCO sont correctes, précise encore ce professeur. Et si elles ne le sont pas, que cela implique-t-il?

 

- 7 juin 2011: 3000 tonnes d’eau contaminée à l’autre centrale nucléaire de Fukushima-Daini. Le gouvernement Japonais a refusé que TEPCO largue dans la mer 3000 tonnes d’eau radioactive qui sont dans la centrale nucléaire de Fukushima-Danni depuis 3 mois, à savoir depuis que cette centrale a été inondée par le tsunami.

 

- 7 juin 2011: Le Gouvernement Japonais avoue que trois réacteurs ont leur enceinte percée. Ce n’est pas une nouvelle, juste une admission de la réalité qu’ils connaissent depuis le 12 mars. Ils auront menti pendant presque 3 mois.

Tag(s) : #AIR DU TEMPS

Partager cet article