Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Dans un article intitulé "Laïciser l’Etat, enfin !", Jacques Attali, économiste, écrivain et ancien conseiller de François Mitterrand, résume la vive opposition de l'Église au mariage pour tous à une "querelle de mots" qui, selon lui, "révèle une ambiguïté de l’Histoire de France". Jacques Attali rappelle en effet que le mot "mariage, introduit en français au 12e siècle, utilisé d’abord par l’Eglise catholique, a été ensuite repris par les autorités laïques" et qu'il est désormais "un mot irréversiblement laïc" permettant à la représentation nationale "d’accorder ce qualificatif à toute union dont elle souhaite renforcer la valeur contractuelle".

Jacques Attali estime que, "si on cède à cette demande, on s’apercevra bientôt que les extrémistes chrétiens font, sans le savoir, le jeu d’extrémistes d’autres religions qui voudront aussi un jour, imposer à une société laïque leur sens des mots et des rythmes de vie." Dès lors, s'interroge l'écrivain, "comment refuser aux uns ce qu’on aurait continué d’accorder aux autres ?"

Poussant sa réflexion, Jacques Attali reconnaît qu'il faudrait aller plus loin "en enlevant de notre société laïque les derniers restes de ses désignations d’origine religieuse". Selon lui, "les jours fériés ne devraient être que laïcs" et il vise plus particulièrement ceux dont les noms conservent encore une connotation religieuse évidente, comme "Noël" qu'il propose de transformer en "fête des enfants" ou "Pâques" en "fête de la liberté".

Pas sûr que cette proposition, dans laquelle Jacques Attali voit avant tout "une mesure de salut public", fasse l'unanimité, même chez les plus ardents défenseurs du mariage pour tous... source

Tag(s) : #POLITIQUE

Partager cet article