Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Clément Méric

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a souhaité jeudi l'interpellation "dans les meilleurs délais" des agresseurs d'un militant d'extrême-gauche, dont l'état est décrit comme désespéré.   

Le jeune homme, âgé de 19 ans, a été attaqué par des skinheads mercredi près de la gare Saint-Lazare, à Paris.

Le Front national a rejeté tout amalgame entre les agresseurs et le parti, sa présidente, Marine Le Pen, dénonçant un acte "épouvantable".

 

Selon le ministère de l'Intérieur, "une altercation a opposé (...) deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d'ordre politique. Au cours de cet affrontement, un militant d'extrême-gauche a été très violemment frappé par plusieurs skinheads".

 

"Le ministre de l'Intérieur réaffirme sa totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême-droite et met gravement en danger notre pacte républicain", poursuit le communiqué.

 

Marine Le Pen a déclaré sur RTL que "la justice va faire son travail, on va lui laisser faire son travail, ces actes sont inadmissibles, évidemment, insupportables".

 

Elle a rejeté tout "amalgame" entre les agresseurs et son parti, expliquant que "le Front national n'a aucun rapport ni de près ni de loin avec cette agression."

 

Jugeant que "la barbarie du fascisme a encore frappé", le syndicat étudiant de gauche Unef a appelé à un rassemblement pacifique à 12h00 devant Sciences Po Paris, puis place Saint-Michel à 18h30 "pour réclamer la dissolution de l'ensemble des groupuscules d'extrême-droite".

 

"Face à la recrudescence des agressions à caractère racistes, homophobes, xénophobes ou délibérément perpétrées à destination de militants du progrès, l'Unef enjoint le ministre de l'Intérieur à prendre ses responsabilités face à la gravité de la situation", lit-on dans un communiqué.

 

Le Parti de Gauche a dénoncé une agression menée par des militants du groupe Jeunesse nationaliste révolutionnaire et décrit le jeune homme comme "un militant engagé contre l'extrême-droite".

 

Julien Dury, Nicolas Bertin et Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Michel Bélot

 

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article