Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centrales nucléaires et zonage sismique

 

 

Communiqué de presse EELV Ardèche  

le 11 février 2013


Ce sont 20 fissures de près d’un cm qui ont été détectées dans la cuve du réacteur 1 de la centrale de Tricastin.

Situées dans les 25 premiers millimètres de la face interne de la cuve (les techniques de contrôle utilisées ne peuvent détecter les faiblesses dans le matériau que sur les premiers 25 mm alors que l’épaisseur de la cuve est de 20 cm), elles fragilisent de manière inadmissible ce réacteur.

Même si l’exploitant n’a pas décelé autant de fissures que sur les mêmes réacteurs installés en Belgique,  on se rend compte ici que les cuves comportent des défauts graves de fabrication et que de surcroit l’acier sous hautes contraintes se détériore rapidement.

Selon Guillaume Vermorel, ingénieur et porte parole départemental EELV, « les coefficients de sécurité utilisés lors de la fabrication du réacteur n’intégraient certainement pas ces défauts de fabrication.  Prolonger aujourd’hui la durée de vie des centrales, c’est accepter l’augmentation des risques. » 

Europe Ecologie Les Verts demande l’arrêt immédiat du réacteur 1, qui après 33 ans a largement dépassé sa durée nominale d’utilisation ; ou à minima le remplacement de la cuve défectueuse, même si le coût est exorbitant car la technique n’est pas maitrisée. La sécurité des populations n’a pas de prix!

Face au constat alarmant de ces multiples fissures, EDF ose se décerner un “bon niveau de ses installations” en autoévaluation, expliquant ces fissures par un défaut de fabrication.
L’exploitant refuse également une exploration de l’intégralité de l’épaisseur de la cuve, les fissures ne se limitent certainement pas aux seuls 25 premiers millimètres de la paroi interne.

Cet aveu même est extrêmement inquiétant de la part de l’opérateur : combien de réacteurs en France sont l’objet de tels défauts de fabrication? Jusqu’à quand leurs cuves tiendront-elles? Les dirigeants d’EDF attendent-ils un accident pour prendre les mesures de sureté qui s’imposent ?

Cette information, révélée lors de la CLIGEET (commission locale d’information des grands équipements électriques du Tricastin), n’est pas la seule qui inquiète les écologistes :  

EDF n’a pas été en mesure de justifier la présence de Technétium 99 dans la nappe phréatique ou la concentration de rejets radioactifs dans les cours d’eau.


Véronique Rousselle, Conseillère régionale EELV 07 , Guillaume Vermorel, Porte-parole EELV 07

Pour plus d’informations, nous contacter :
Guillaume Vermorel : 06 64 44 10 60
Véronique Rousselle: 06 47 75 98 18

Source

 

 

ce n'est pas grave ! 

 

pas plus que ça :
  

St-Jean-du-Gard Arsenic dans l'eau : traitement opérationnel avant l'été

Tag(s) : #SCIENCES - TECHNOLOGIE

Partager cet article