Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les CRS et les manifestants de tous horizons se sont affrontés pendant près de trois heures, donnant lieu à 231 gardes à vue. Récit.

 

Des jeunes de la Manif pour tous s'équipent pour aller affronter les CRS, place des Invalides à paris, dimanche 26 mai 2013.  Des jeunes de la Manif pour tous s'équipent pour aller affronter les CRS, place des Invalides à paris, dimanche 26 mai 2013.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

 

Le défilé familial des opposants au mariage homosexuel a dégénéré en affrontements, dimanche 26 mai, sur l'esplanade des Invalides, à Paris, dès la fin des discours. A l'issue des échauffourées, 293 personnes ont été interpellées et 231 placées en garde à vue, selon les chiffres de la préfecture de police. 

 

France : la loi sur le mariage homosexuel validée par le conseil constitutionnel


Sexagénaire distinguée en poncho de laine claire, trentenaires en jean et mocassins, la mèche ondulée au vent et même jeunes femmes et adolescents, le public qui se disperse sous la pression ferme des CRS, sur les coups de 23 heures, est des plus varié. Près de trois heures de guerre d'usure entre forces de l'ordre et jeunes en tous genre, des casseurs les plus chevronnés aux militants d'extrême-droite en passant par de nombreux jeunes adultes émoustillés par une tension bien palpable. Récit. 

"Où sont les pipettes de sérum pour les yeux ?" 

Quelque trente minutes après la fin des discours et la Marseillaise, entonnée haut et faux, le gros des troupes quitte les Invalides, encouragé par des bénévoles de "La Manif pour tous" en tee-shirt rouge "sécurité". Des familles et quelques grappes d'amis entament des pique-niques tandis que les Veilleurs s'apprêtent à passer la nuit en prière aux quatre coins de la pelouse. 

A l'angle avec la rue de l'Université, en direction de l'Assemblée nationale, les premiers fumigènes s'allument. Un drapeau rose avec une tête de mort est brandi. Les militants d'extrême-droite, Gudards et Jeunesses nationalistes en première ligne, provoquent des CRS barricadés derrière des grilles anti-émeutes. Quelques mètres derrière, des dizaines de jeunes hommes, la trentaine, gueules de jeunes premiers et l'allure des jeunes de bonnes familles, s'équipent. Autocollants "Le Printemps français" collés par dizaines du jean au blouson, ils ont tout prévu : lunettes de piscine ou de ski pour les yeux, masques médicaux pour la bouche. Une mère de famille farfouille dans le sac à dos de son fils "mais où sont les pipettes de sérum physiologique ? ", tandis que son mari distribue les lunettes. 

 

Esplanade des Invalides, une mère de famille sort du sérum physiologique du sac à dos de son fils, pour approcher la zone de tension où les CRS lancent des gaz lacrymogènes. A leur gauche, des trentenaires s'équipent également.  Esplanade des Invalides, une mère de famille sort du sérum physiologique du sac à dos de son fils, pour approcher la zone de tension où les CRS lancent des gaz lacrymogènes. A leur gauche, des trentenaires s'équipent également.  (SALOME LEGRAND / FRANCETV INFO )

 

"C'est pas tous les jours qu'on voit ça"

"CRS en banlieue" mais surtout "journalistes collabos" et "bobos au cachot", les manifestants chargent d'abord les médias, dont certains sont équipés comme dans les zones de conflit, coincés entre eux et les CRS. Jets de bouteilles en verre, de pétards et de fumigènes, certains en viennent même aux mains, avant de se retourner vers un cordon de CRS qui s'est formé derrière eux. 

 

Des journalistes, esplanade des Invalides à Paris, dimanche 26 mai 2013.  Des journalistes, esplanade des Invalides à Paris, dimanche 26 mai 2013.  (SALOME LEGRAND / FRANCETV INFO)

 

C'est parti pour trois heures de guerre d'usure. Les CRS chargent, lancent des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes. Les manifestants répliquent en hurlant tour à tour "Dictature socialiste", "Hollande ta loi on n'en veut pas", mais aussi "tous des fils d'hétéros" et "A bas les Francs Mac'".

Tout autour, familles, couples âgés et brochettes d'adolescents sont au spectacle. Cinq copains, mèches blondes sur le front et sweat-shirt à capuche officiels de la manif pour tous reviennent même avec des pizzas : "C'est pas tous les jours qu'on voit ça !" Des parents insultent les CRS.

Deux jeunes filles en jean, ballerines et trench à capuches fourrées reviennent les yeux irrités sous leurs Ray Ban. "Venez, on est plus nombreux qu'eux!", tousse l'une à un couple d'amis un peu en retrait, qui commente avec gourmandise, accent bourgeois et cheveux sur la langue pour madame, chaque avancée d'un camp ou de l'autre. Elles y retournent. Ce sont ces quelques centaines de jeunes émoustillés par une ambiance aussi tendue que surréaliste qui ont empêché les forces de l'ordre d'interpeller rapidement les meneurs, bien équipés et connus des services de police pour nombre d'entre eux. 

"On s'en fout de la manif, on rigole, y'a les keufs"

Il faut attendre 22 heures pour que les CRS entourent hermétiquement l'esplanade et commencent à repousser, patiemment, pas à pas, mais fermement, les manifestants vers deux issues, de part et d'autre de la place. Ils ratissent méthodiquement, créant des mouvements de foules et des courses folles. Où qu'ils aillent les manifestants tombent sur des cordons de forces de l'ordre, matraque à la main, qui leur indique le chemin de la sortie. 

Cécile et Vincent, 17 ans courent se mettre à l'abri. Elle, brunette, les mascara qui a coulé autour de ses grands yeux clairs, lui blondinet à la bouille d'ange, le drapeau tricolore autour du cou pour protéger sa bouche. "On s'amuse, y'a les keufs, en fait on s'en fout de la manif", fanfaronne-t-il : "Tout à l'heure on s'est pris des gaz, faut bien un baptême du feu!"  

Les fauteurs de trouble quittent progressivement l'esplanade, au centre de laquelle une cinquantaine d'interpellés assis en tailleurs entonnent, accompagnés à la cornemuse, Santiano d'Hugues Auffray et la célèbre chanson à boire prisée des mariages notamment catholiques Fanchon"On entend pas chanter les CRS", s'égoisillent deux jeunes filles en faisant marche arrière, sans cesser d'agiter leurs drapeaux roses et bleus, poussées jusqu'à l'une des extrémités de la place par un cordon de CRS en rang serrés. Seuls "Les Veilleurs", imperturbables, continuent à prier sur un coin de gazon. "Tu salueras tes parents de ma part", lance un manifestant à un autre lorsqu'ils se séparent, comme si de rien n'était.

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article