Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

MAJ 23/01/2013 à 9H15

 

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, a annoncé mardi soir à l'AFP qu'une enquête administrative sera ouverte sur une pollution au mercaptan.

Colmatage ???

 
Les opérations de neutralisation du gaz ont commencé.

Les opérations de neutralisation du gaz ont commencé. Crédit Reuters

 

Bientôt l'air pur. Les opérations de neutralisation du mercaptan ont en effet commencé dans la nuit de mardi à mercredi peu avant 01h00 selon la direction de l'usine de production d'additifs pour lubrifiants Lubrizol. Pour rappel, une fuite de gaz de cette entreprise de Rouen a incommodé par une forte odeur dans la nuit de lundi à mardi les populations jusqu'à la région parisienne.

Les opérations, qui ont débuté trois heures plus tard que prévu à cause de travaux préparatoires conséquents, consistent notamment à transférer le contenu du bas d'où s'échappe le gaz nauséabond vers un autre bac contenant une solution sodée.

Le procédé a déjà commencé à être testé sur cinq des 35 tonnes de produits concernés notamment en présence de contrôleurs de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal). Sept autres tonnes de produits devraient par ailleurs être neutralisées avant la fin de la nuit de mardi à mercredi et la préfecture de Seine-Maritime explique que l'opération devrait reprendre et surtout être terminée la nuit suivante.

Son de cloche différent du côté de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho qui a estimé après une visite sur le site mardi soir que les opérations pourraient "peut-être" durer plusieurs jours déclarant notamment : "Je préfère que l'on prenne du temps plutôt que l'on prenne des risques". La ministre a par ailleurs annoncé mardi soir qu'une enquête administrative sera ouverte sur une pollution au mercaptan : "Une fois que la cause de cette pollution aura été traitée, il y aura bien sûr une enquête administrative pour en déterminer l'origine et pour établir les responsabilités de l'exploitant".

Les opérations se déroulent la nuit afin d'éviter "une gène maximale" pour les usagers. Des restrictions de circulation ont en effet été prises aux abords immédiats de l'usine pendant la durée des opérations de neutralisations.

L'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) a procédé à des modélisations afin d'évaluer les opérations proposées par l'exploitant et donc avant le feu vert de l'Etat.

Pour rappel, une porte-parole du Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic) de la Sécurité civile a expliqué mardi que "ce produit est non toxique. Il ne présente aucun danger pour la santé".

De nombreuses personnes se sont néanmoins plaintes des émanations de gaz parlant de maux de tête et d'irritations de la gorge.

Lu sur Le Nouvel Observateur

 

Vous le sentez ?

Venez témoigner en nous précisant où vous vous trouver = ainsi nous pourrons suivre la trajectoire de ce gaz à travers le pays.

 

Fuite de gaz à Rouen : la presse anglaise se bidonne

 

 

 

Maj le 22/01/2013 à  16h45 :

 

Fuite de gaz à Rouen: l'usine chimique stoppe sa production

Des employés inspectent le site de l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), mardi 22 janvier.

 

Le point sur la situation. 

 

Fuite de gaz à Rouen: l'usine chimique stoppe sa production

La fuite de Mercaptan a provoqué une saturation des appels d'urgence. Le produit n'est pas toxique mais dégage une odeur nauséabonde.

AFP/ KENZO TRIBOUILLARD

 

 

 Que s'est-il passé ?

Le Mercaptan a commencé à s'échapper lundi matin de l'usine Lubrizol de Rouen. Cette usine, créée en 1954, fabrique et commercialise des additifs qui servent à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industriels. Selon la porte-parole de l'entreprise, Nathalie Bakaev, cette émanation ne serait pas due à une fuite mais à une réaction chimique instable provoquant un fort dégagement d'odeur. "Les services de l'Etat se sont immédiatement rendus sur place et, dès hier soir, un arrêté préfectoral a été pris pour stopper l'ensemble de l'exploitation", ont indiqué les ministres de l'Intérieur et de l'Ecologie dans un communiqué commun. Cette dernière a annoncé qu'elle quittait Berlin ce midi pour se rendre sur place. Delphine Batho assistait à la cérémonie des 50 ans du traité de l'Elysée. 

"L'incident n'est pas encore complètement terminé. On est encore en phase de neutralisation. On a bon espoir que ça se termine dans la journée", a indiqué en milieu de journée la porte-parole de l'entreprise. Aucun dégât matériel n'a été constaté. 

Qu'est-ce que le Mercaptan ?

Le Mercaptan est un gaz nauséabond couramment utilisé pour "parfumer" le gaz de ville, inodore. Il permet de repérer les fuites et donc d'éviter les accidents. Produit à l'état naturel lorsque les matières organiques se décomposent, dans les marais, les égouts et même lors de la digestion, ce gaz dégage en effet une "odeur caractéristique" de putréfaction "qui est ressentie par les individus à de très faibles concentrations". Sur Twitter, dont le mot #gaz se plaçait ce mardi matin en tête des sujets les plus discutés, l'odeur était souvent comparée à celle d'une boule puante.  

Est-ce dangereux pour la santé?

Le méthanetiol - le nom chimique du Mercaptan - est classé dans la liste des produits "toxiques par inhalation" et "dangereux pour l'environnement". Il peut entraîner, en cas d'exposition répétée, des irritations pulmonaires, des nausées, des vomissements et disarrhées, voire des troubles graves de la respiration. Mais pas de raison de s'inquiéter ici car le gaz n'est présent qu'a de très faibles doses même si l'odeur est forte, a indiqué le ministère de l'Intérieur. A faible concentration, les manifestations chroniques sont essentiellement l'irritation des yeux, des muqueuses respiratoires et de la peau. 

Comment décontaminer la zone?

La préfecture a déclencher un plan particulier d'intervention pour faire face à la fuite. Ce dispositif régional permet de mobiliser des secours, experts et forces de l'ordre pour faire face à un accident industriel. Sa mise en place a eu comme première conséquence l'annulation du match de Coupe de France devant opposer Rouen à l'OM prévu mardi soir. "Nous ne voulions pas nous retrouver avec 10 000 spectateurs à 2 km de l'usine sans aucune capacité à les confiner ou les évacuer si nécessaire", a déclaré Florence Gouache, directrice du cabinet du préfet de Seine-Maritime. 

L'Etat a par ailleurs fait appel à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) pour évaluer le schéma industriel proposé par l'exploitant pour mettre fin à la fuite. "Ce procédé a rarement été mis en oeuvre pour neutraliser une telle émission de gaz et comme pour tout procédé expérimental, nous voulons nous entourer de toutes les garanties", a ajouté Florence Gouache. 

Pourquoi a-t-on pu sentir le Mercaptan jusqu'à Paris?

Ce n'est pas la première fois qu'un tel incident se produit: en 1990, l'usine avait rencontré le même problème mais les vents avaient poussé le nuage de gaz vers les côtes. Cette fois, le vent vient de la mer et ramène donc le Mercaptan vers Paris. Des habitants de la capitale mais également de l'Eure, de l'Essonne, des Yvelines, du Val-de-Marne ou du Val-d'Oise ont appelé les services d'urgence pour se plaindre de l'"odeur insupportable ". Les comté du Sussex et du Kent en Angleterre ont également senti cette fuite de gaz. Le nuage se dissipera en fonction des conditions météorologiques. En tout, une cinquantaine d'incidents de ce genre se sont produits entre 1998 et 2012. 

 

 

MAJ 7H55

 

Maux de tête et nausées

Le gaz concerné, le mercaptan, est généralement utilisé comme additif au gaz de ville pour que ce dernier soit identifiable. "Le gaz de ville est naturellement sans odeur, raison pour laquelle un marquant olfactif totalement inoffensif y est systématiquement ajouté. Actuellement, un nuage de ce marquant provenant de Normandie est perceptible en région parisienne. Ce nuage (…) se dissipera naturellement en fonction des conditions météorologiques", expliquent les pompiers de Paris.

La préfecture de Seine-Maritime indique que l'émanation provient de "l'entreprise Lubrizol, située à Rouen", qui "a détecté une instabilité sur une de ses spécialités chimiques". Ces émanations ont été détectées dès lundi matin. "Les mesures réalisées ont révélé un seuil de concentration du gaz très faible. Cependant, le seuil olfactif est très bas, ce qui explique la gêne ressentie par un grand nombre de personnes", précise la préfecture.

Ces odeurs nauséabondes au goût chimique, poussées par le vent, ont atteint la région parisienne après minuit, suscitant des inquiétudes dans la capitale et en banlieue, certaines personnes évoquant une "odeur insupportable", des "maux de tête" et des "nausées". On peut les comprendre : outre qu'il permet de détecter les fuites de gaz, le mercaptan est aussi utilisé dans la conception des boules puantes, selon un dictionnaire de chimie consulté par l'AFP.

Francetv info avec AFP


 

 

 

PARIS - Un dégagement gazeux dans une entreprise chimique de Rouen, non toxique selon la préfecture de Seine-Maritime et la Sécurité civile, incommodait dans la nuit de lundi à mardi les populations jusqu'à la région parisienne par une forte odeur, ont constaté des journalistes de l'AFP.


L'usine Lubrizol, à Rouen (Seine-Maritime), est à l'origine d'émanations nauséabondes, dans la nuit du 21 au 22 janvier 2013.

L'usine Lubrizol, à Rouen (Seine-Maritime), est à l'origine d'émanations nauséabondes, dans la nuit du 21 au 22 janvier 2013.

(GOOGLE MAPS)



Ce produit est non toxique. Il ne présente aucun danger pour la santé, a assuré une porte-parole du Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic) de la Sécurité civile.

Délivrant le même message, les pompiers de Paris et la préfecture de Seine-Maritime, dans des communiqués distincts, ont demandé à la population de ne plus appeler les secours, notamment les numéros 18 et 112, afin de ne pas saturer les centres d'appel.

Le gaz de ville est naturellement sans odeur, raison pour laquelle un marquant olfactif totalement inoffensif y est systématiquement ajouté. Actuellement un nuage de ce marquant provenant de Normandie est perceptible en région parisienne. Ce nuage (...) se dissipera naturellement en fonction des conditions météorologiques, expliquent les pompiers de Paris.

La préfecture de Seine-Maritime indique que l'émanation provient de l'entreprise Lubrizol, située à Rouen, qui a détecté une instabilité sur une de ses spécialités chimiques.

Cette instabilité est à lorigine de dégagements dodeurs de gaz - type gaz de ville. Le gaz, bien qu'ayant une odeur incommodante, na pas de caractère toxique, selon la même source.

Les mesures réalisées ont révélé un seuil de concentration du gaz très faible. Cependant le seuil olfactif est très bas, ce qui explique la gêne ressentie par un grand nombre de personnes, précise la préfecture.

Ces odeurs nauséabondes au goût chimique, poussées par le vent, ont atteint la région parisienne après minuit, suscitant des inquiétudes dans la capitale et en banlieue.

Des Parisiens inquiets ont appelé l'AFP pour se plaindre de l'odeur et de maux de tête, tandis que sur un site internet des centaines de personnes, habitant Paris mais aussi l'Eure, l'Essonne, les Yvelines, le Val-de-Marne ou le Val-d'Oise, évoquaient une odeur insupportable, maux de tête et nausée.

Tout comme en région parisienne, le standard du Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (de Seine-Maritime) est saturé à cause des appels concernant ces odeurs, a reconnu la préfecture.

Au dernier pointage, à minuit, les opérations de neutralisation sur le site étaient toujours en cours et il y avait toujours des émissions, a déclaré l'officier d'astreinte de la sécurité civile de Seine-Maritime, Laurent Mabire.

Le gaz concerné est du mercaptan, le gaz qui donne son odeur au gaz de ville. Il est sans danger, a-t-il précisé.

Il y a eu une réaction qui s'est faite dans un four de l'entreprise, a expliqué à l'AFP une autre source au sein des services de secours. Ca a commencé vers 11H00 lundi matin. Tous les relevés de toxicité ont été faits, il n'y a aucun danger.

Toutes les sources interrogées par l'AFP ont exclu que le mercaptan puisse avoir un impact sur la santé. La source au sein des services de secours a estimé qu'il peut y avoir quelques cas isolés d'intolérance au produit, mais on est surtout dans la réaction psychologique liée à l'odeur.

Outre qu'il permet de détecter les fuites de gaz, le mercaptan est aussi utilisé dans la conception des boules puantes, selon un dictionnaire de chimie consulté par l'AFP.


(©AFP / 22 janvier 2013 04h05) source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article