Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le prêtre poursuivi pour avoir hébergé des sans-abris

à Saint- Etienne est relaxé

Le père Riffard souriant après sa relaxe le 10 septembre 2014 au tribunal de police de Saint-Etienne (Loire).

 

 

( article du 12/06/2014)

 

Une société à la dérive avec un inversement total des valeurs...

Triste...

 

Des prêtres violeurs s’en sortent sans même un jour de prison, idem pour des politiciens hauts placés mais un prêtre qui vient en aide à son prochain, lui, on le sanctionne.

Renversant !

Illustration © thinkstock.

 

La justice française a requis mercredi une amende de près de 12.000 euros contre un prêtre à la retraite à Saint-Etienne (centre-est), à qui il est reproché d'héberger des sans-logis dans un local paroissial.

 

 

A la demande de sa compagne, Valls chasserait les SDF du quartier de la Bastille

A la demande de sa compagne, valls chasserait les sdf du quartier de la bastille

 

 

USA : 33 villes interdisent de nourrir

les personnes sans-abri à titre personnel



"Au départ, il y a environ sept ans, j'ai commencé à héberger des personnes sans toit dans mon appartement", a expliqué à l'audience le père Gérard Riffard, 70 ans. Mais au fil du temps, le nombre de sans-abri est monté à une quarantaine, dont de nombreux ressortissants de République démocratique du Congo, désormais accueillis dans une salle paroissiale attenante à l'Eglise.

 

Espagne : dormir dans la rue à madrid entraînera 750 euros d'amende

Espagne : dormir dans la rue à madrid entraînera 750 euros d'amende

 

Hongrie : les sdf maintenant considérés comme étant des criminels

 

Le prêtre était poursuivi pour avoir enfreint un arrêté municipal ordonnant l'arrêt de l'hébergement dans ce bâtiment ne respectant pas toutes les normes de sécurité pour l'accueil du public.

A l'audience, l'ecclésiastique a fait valoir que "l'Etat est tenu par la loi d'héberger les demandeurs d'asile, ce qu'il ne fait pas complètement", soulignant le conflit entre ce qu'on lui reproche et "l'obligation à ne pas laisser les gens dehors, en situation de danger".

"On fait ce qu'on peut avec les moyens qui sont les nôtres, mais on ne tient pas à répondre à toutes les normes de l'hébergement car nous ne sommes pas une structure de cette nature", a-t-il expliqué. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre.

 

source

Tag(s) : #Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article