Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
À Tacloban, une ville côtière de Leyte, Edward Gualberto titube sur des cadavres pour récupérer dans les décombres d'une maison effondrée des boîtes de conserve.


Plus loin, une boucherie miraculeusement épargnée par la tempête est attaquée par la foule, devant son propriétaire impuissant. Et un convoi d'aide de la Croix-Rouge a été pillé, à proximité de la ville. Les forces de l'ordre sont presque absentes. Dans un décor de fin du monde, des files d'hommes, de femmes et d'enfants avancent le long des routes, le nez recouvert d'un tissu pour masquer l'odeur pestilentielle des cadavres.

 
Maisons rasées, pylônes électriques arrachés, voitures renversées et survivants hébétés dans les rues : après le passage de Haiyan aux Philippines...

L'aide internationale s'organise

Devant l'ampleur de la catastrophe, plusieurs pays ont proposé leur aide. Les États-Unis vont fournir des hélicoptères, des avions, des navires et des équipements destinés à la recherche et au sauvetage, après une demande de Manille, a annoncé le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont accordé dimanche une aide de près d'un demi-million de dollars US (370 000 euros), alloués à la Croix-Rouge de l'archipel. De son côté, le PAM (Programme alimentaire mondial), une agence de l'ONU, est en train d'organiser le transfert de 40 tonnes d'aide alimentaire. L'Unicef, l'agence onusienne pour l'enfance, a déjà préparé 60 tonnes de matériels de santé et de survie qui partiront d'un de ses centres de logistique à Copenhague et devraient arriver aux Philippines mardi.

La Commission européenne "a déjà envoyé une équipe pour assister les autorités, et nous sommes prêts à contribuer (aux secours) par une aide d'urgence si cela est requis", a fait savoir son président, José Manuel Barroso. Le pape François a appelé dans un tweet les catholiques à prier pour les victimes et à apporter "une aide concrète", et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit "profondément attristé par l'ampleur des pertes humaines".

 
Extrait : Source


Paul : En cas de désastre de grande envergure, avec arrêt de fonctionnement durable des infrastructures, absence de police ou d'armée, c'est la survie qui prime. La solidarité ne me semble possible qu'au cœur d'un noyau familial ou avec quelques très bons amis. Pour le reste, ce sera la jungle. Personne ne s'encombre d'idées "humanistes" quand il s'agit de trouver de l'eau potable, de la nourriture, des médicaments ou protéger sa vie et celles de ses proches en situation de stress maximum.

Un gendarme détaché à Haïti, après le séisme, m'a expliqué l'état de l'ile, anarchie complète, meurtres, viols, gangs improvisés puis organisés. Ceux qui possédaient de l'eau, des médicaments et de la nourriture en quantité suffisante les revendaient à prix d'or ou contre "faveurs". Les plus décidés et valides volaient les autres. Les quelques représentants de l'ordre qui essayaient de faire régner un semblant d'ordre étaient abattus. Le pouvoir était dans les mains de ceux qui étaient armés et prêts à tout. Ce gendarme à personnellement essuyé des coups de feux, alors qu'il essayait d'organiser les forces de l'ordre indigènes. Un mot : la jungle !

Je pense que le cataclysme le plus probable qui pourrait toucher la France, serait un blackout en plein hiver, vu la saturation de la production électrique et la vétusté des infrastructures. Cela est déjà arrivé mais pour de courtes durées, de plus les installations de l'époque était en bien meilleur état et les équipes EDF plus nombreuses et mieux outillées.
 

- Première chose à stocker : l'eau potable, puisque en 24 à 48h les châteaux d'eau seront vides. Ensuite, si les choses durent, posséder un système portatif de filtrage d'eau.

- Deuxième chose : Bois, pétrole ou gaz, afin de pouvoir se chauffer avec une cheminée, un poêle à bois, à pétrole ou à gaz.
(pas de poêle à pétrole électrique !)

- Troisième : Nourriture en conserve. Privilégier une cuisinière alimentée par des bouteilles de gaz Butane ou Propane ou posséder un réchaud de camping avec suffisamment de cartouches de gaz. Il y a aussi les réchauds à pétrole ou alcool.

Quatrième : Bougies, lampe à pétrole ou alcool, lampes électriques à piles (réserve de piles). Allumettes et briquets.

Cinquième : si les choses s'éternisent vraiment, être en mesure de se défendre des rôdeurs qui vont envahir le paysage. armes blanches, idéalement un bon 12 et quelques pruneaux !

Ne pas oublier de posséder en quantité suffisante les médicaments essentiels à la vie : Insuline, etc.. ainsi que ceux pouvant traiter les infections, blessures, fièvres, douleurs, diarrhées...

Pharmacie :
 

Diarrhée : Lopéramide

Allergies : Aerus / Claritine (sans ordonnance mais fait dormir : Polaramine)

Douleurs articulaires, musculaires : Klipal 600 (sans ordonnance, moins dosé : Klipal 300 / Prontalgine)

Anti-acide, douleurs estomac : Mopral 20

Douleurs ventre/intestin : Spafon 90 où 160

Pansement gastrique : Phospalugel sachets

Pansement intestinal : Smecta sachets

Anti-nauséeux : Dompéridone (sans ordonnance : Vogalib)

Anti-inflammatoire : Kétoprophène 100 à 200 / Voltarène 75 (sans ordonnance, moins dosé : Kétoprophène 25)

Anti-infectieux : ORL, poumons, urinaire, peste : Oflocet. Général : Amoxyciline (attention aux allergiques, remplacer par Erythomycine ou Clarithomycine).

Réhydratation (Choléra, diarrhée) : Adiaril (Glucose, saccharose, gluconate de potassium, citrate de sodium, chlorure de sodium)
 
 
Fièvre : Paracétamol
Etc...

 

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article