Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Photo de squelettes, comme ils étaient affichés au musée de Moundville, Alabama. Depuis 1990, ces photos ont été supprimés des musées.

 

 


Une découverte historique en Amérique, qui aurait changé notre perspective de l’histoire. - « En 1877, l’éditeur du journal local écrit au Smithsonian décrivant ses découvertes a Chickasawba. En 1881, le Smithsonian envoya Edward Palmer sur le site. Palmer visita durant une journée et écrivit dans son journal que le site avait été pillé, ajoutant qu’il serait trop couteux d’excaver le monticule pour poursuivre les recherches. » - Atlantis Rising P.11.


PDC 

Traduction de l'article :
 



 
En Février 2014, l'auteur britannique Andrew Collins est arrivé à Memphis, pour un séjour de trois semaines. Nous avons visité de nombreux monticules au sud-est,  et collecté des informations sur l’iconographie du Mississipi.
Le but principal était de terminer un livre sur les croyances autochtones sur les constructeurs de ces monticules américains et sur le voyage de l'âme après la mort. C’est seulement au cours de ces dernières années que les archéologues se sont intéressés aux idées sur la mort, et nous ont expliqué cette croyance complexe dans un livre intitulé « Chemin des âmes » (Little, G. & Collins, A. (2014), Memphis: Archetype Books). Elle implique que l'âme voyage vers une nébuleuse sous la ceinture d'Orion, puis vers la Voie lactée, en route vers la constellation du Signe. Il a fallu plus d'une décennie de travail à plus de 20 archéologues traditionnels pour parvenir à ces conclusions. Une autre affirmation faite par les archéologues est que les prêtres et les chefs des cultures contrôlaient ce voyage post-mortem. L'érection de plusieurs centaines de milliers de terrassement, de tombes et d’anciennes buttes ont non seulement été organisés et ordonnés par les membres d'élite de cette société, mais il était un devoir pour la population de suivre leurs ordres, ils croyaient littéralement que le voyage par-delà la mort était réel. Le plus surprenant est que nous avons découvert que les bâtisseurs de ces construction et monticules étaient grands, plus grands que la population actuelle.
La plupart des symboles du voyage par-delà la mort ont été trouvés sur les objets des fouilles, dans des sépultures élaborées à l'époque mississippiennes (800 à 1700 après JC). Les monticules de ces sites sont souvent de grandes plateformes en forme de pyramide, disposés autour d'une place centrale. Il y avait des milliers de sites Mississippiens reliés, souvent érigés dans des forteresses avec palissade, murs, entourant le village et le monticule. Lorsque les premiers Européens sont entrés en Amérique vers 1540, les habitants du Mississippi étaient déjà en déclin, mais il est admis que la population de l'Amérique du Nord était d'au moins 10 millions d’habitants. En deux générations, la population a diminué de plus de 90% en raison de maladies apportées par les Espagnols. En partie, ce qui explique pourquoi il y a tant de mystères concernant l'histoire américaine ancienne. Cependant, il est un élément toujours présent dans les sépultures les plus élaborées et communes a  beaucoup de Mississippiens, Hopewell (500 av JC à 1200), et même avant, comme le tumulus et les terrassements des sites d’Adena (1000 avant JC à 200 avant JC) : les restes de squelettes dans la plupart des tombes importantes étaient souvent des personnes grandes, allant d’une hauteur de 1m98 à 2m43.
Les Giants de Chickasawba
Andrew et moi étions au courant des rapports de squelettes géants, mais un rapport a été le plus intriguant pour moi. Un article de 1870 du Memphis Daily rapporte que le rédacteur en chef du journal avait vu plusieurs squelettes à Chickasawba Mound, situé à Blytheville, Arkansas. L'article rapportait qu'un squelette de 2,43m à 2,74m a été excavé sur le site, et l'éditeur a vu plusieurs grands squelettes, de 2,13m, dans des excavations près de la butte.
Ni Andrew Collins ni loi nous nous destinions à entrer dans la controverse au sujet de squelettes géants dans notre projet de livre. Mais après avoir visité des monticules en Alabama et au Mississippi, nous avons prévu d'aller au nord de Cahokia et décidé de nous arrêter à 7,6m du haut de la plate-forme-monticule de Chickasawba, pour des photos. La veille, nous avions trouvé un article de 2009, de la revue sur Chickasawba, dans l'archéologie de l’Arkansas. L'article a cité de nombreux et énormes restes de squelettes, allant de 2,13m à 3m, (Childs, H. & McNutt, C. (2009) Chickasawba, Arkansas Archéologie, 48, 15-56).
En 1877, le rédacteur en chef a écrit au Smithsonian, détaillant ses découvertes à Chickasawba. En 1881, la Smithsonian a envoyé Edward Palmer sur le site. Palmer a visité le site pendant une journée, et dans son journal il écrit qu’il avait été pillé, ajoutant qu'il serait trop coûteux de creuser le monticule. Cependant, l'article de 2009 rapporte que «des centaines» de trous avaient été creusés sur le site, dans les années 1980. La butte et le terrain adjacent, où un village Mississippien se trouvait autrefois, ressemblaient à un champ de bataille bombardé. L'article également liée, sans un soupçon de scepticisme, rapporte qu’en 1976, un squelette de 2,13m a été extrait à partir du site.
Quand nous sommes arrivés à Chickasawba, en Février, une tempête verglacée a frappé, et nous avons décidé que l’excursion était trop risquée. Nous sommes retournés à Blytheville où le propriétaire d'une librairie a contacté la station des fouilles archéologie de l’Arkansas, située près de la butte. Les archéologues ont été enchantés que nous visitions leur poste. Quand nous sommes arrivés, les deux archéologues sur le site étaient occupés à recopier un article pour nous, qui, selon eux contient, "tout ce qui est connu sur le site." Je lui ai demandé des renseignements sur les grands squelettes qui s'y trouvent. La question a été accueilli par un regard de stupéfaction et il a répondu: «Je n'ai jamais entendu quelque chose à ce sujet.» L'article qui m'a été remis était le même papier de 2009, que nous avions trouvé la veille. Je l'ouvris et cherchais les pages où les grands squelettes étaient décrits. L'archéologue a regardé et a dit, "je n’ai jamais lu ça auparavant." La singularité de la situation était frappante. Après une visite du site, je lui ai demandé si l'un des restes de squelettes avait été étudié et on m'a dit qu'il n'y avait pas de squelettes conservés. Tous ont été inhumés après qu'ils aient été envoyés aux tribus des années plus tôt ...
BY GREGORY  LITTLE, Ed.D.
Revue Atlantis Rising N°108 – Décembre 2014

 

 

 

 


Tag(s) : #ARCHEOLOGIE

Partager cet article