Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Non seulement le gouverne(ment)...ment comme un arracheur de dents concernant ce sujet (et tant d'autres) mais voilà que les journaux se mettent à pondre des articles pour rassurer les Français.


Le Figaro indique par exemple que ce sont des rumeurs infondées.

 

Libération nous sort un article encore plus démentiel:"Non, vos enfants ne devront pas se masturber à la maternelle".

Comme si le fait de tourner le sujet à la dérision allait être d'une quelconque utilité. En fait, dans leurs communiqués, les ministres jouent avec les mots (comme avec les nerfs des français). 


Apprenez à parler le socialiste moderne

 

Peillon indique par exemple que le slogan "Demain, tu seras une femme, mon fils" utilisé dans les SMS invitant au boycott partiel de l'école est "Une rumeur totalement mensongère". On n'apprend pas "aux petits garçons à devenir des petites filles". Non, ils sèment la confusion dans leur esprit et leur font comprendre qu'ils peuvent définir leur genre et leur attirances sexuels comme bon leur semble, que les garçons peuvent s'habiller en fille entre autre.

Vincent Peillon réfute tout enseignement de la théorie du genre...normal d'après lui "la théorie du genre n’existe pas", même constat pour sa comparse Najat Vallaud-Belkacem: ça n'existe pas (un peu comme le Bilderberg pour Yves Calvi en fait). Mais non, les français n'ont rien compris: "C'est de l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge" d'après elle. Le rapport sur les discriminations LGBT mandaté par Peillon présente pourtant le programme qui sera appliqué aux prochaines rentrée et il est tout à fait explicite. ça n'est pas encore au stade des pénis en bois et vagins en peluches comme en Suisse alémanique, chaque chose en son temps...

Leur vision de "l’éducation à l’égalité"
consiste donc  
entre autre à :


- Les familles "diversifiées" (bien trouvé pour brouiller les pistes), "Daddy papa and me" dès la première année de maternelle.

- Se construire comme fille ou garçon avec des albums du type "Le petit garçon qui aimait le rose", "papa porte une robe", "Jean a deux mamans" ou "Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?" en grande section de maternelle (donc 5 ans).


- "Philomène m'aime" et "Tango a deux papas" au CP (une fillette qui n'aime que les filles)



- En CE2 on va droit au but: " Réfléchir au rôle des jouets, et plus largement des loisirs, dans la perpétuation des rôles de sexe et la construction de son identité sexuée" et visionnage de Billy Elliot.

- EN CM1, CM2 "Éventuellement, mener une séance pour faire émerger les représentations autour de la sexualité.

Cette séquence peut aussi être une première séquence avec les élèves dans la mesure où elle met à jour les représentations des élèves sur le versant des sentiments." En lecture entre autre:"Camélia et Capucine" ou "La princesse qui n’aimait pas les princes". On retrouve dans les objectifs du cycle: "Prendre conscience du fait que l’on peut aimer quelqu’un du même sexe que soi." Et là on touche le cœur du problème. Après avoir bien amené les enfants au sujets depuis la maternelle, l'objectif devient: "Réfléchir aux différences entre les sexes, à l’identité, à la construction des normes, à la transgression des codes."

Et voilà le summum du concept...on glisse une perle ni vu ni connu: "aiguiller les élèves sur le double sens : « tu te décides pour le goûter » / « tu te décides entre fille et garçon ». Et oui les enfants ça se résume à ça: chips ou BN, fille ou garçon, hétéro ou homo...

Mais à part ça, rassurez-vous chers parents, la théorie

 

du genre: ça n'existe pas donc ça n'est pas enseigné

 

à l'école.

 

Si on vous le dit. Ne remettez pas cela en doute ou vous serez taxé au choix d'intégriste, homophobe voir conspirationniste si ce n'est pas le package complet.

 

source

 

 

Suisses : les cours d’éducation sexuelle et la « sexbox » en question pour les écoliers de maternelle et primaire 

Suisses : les cours d’éducation sexuelle et la « sexbox » en question pour les écoliers de…

 

Prison pour les parents qui ont refusé des cours sur la théorie du genre pour leurs enfants

Prison pour les parents qui ont refusé des cours sur la théorie du genre pour leurs enfants

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article