Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un sondage révèle que 92 % des Français se prononcent pour une légalisation de l'euthanasie active. Un résultat impressionnant qui relance le débat sur l'euthanasie, alors que l'affaire du docteur Bonnemaison, soupçonné d'avoir abrégé la vie d'au moins cinq personnes âgées à l’hôpital de Bayonne, fait la une de l'actualité.


Photo: Reuters


Selon le sondage de l'institut Harris Interactive, à lire dans le VSD de cette semaine, 92 % des Français se disent favorables à une loi autorisant l'euthanasie active pour les patients atteints de maladies incurables. Cependant, 54 % posent comme condition que l’euthanasie active soit limitée aux seuls patients souffrant de douleurs que la médecine n’est pas en mesure de soulager.

 

Pour 38 % des sondés en revanche, l’euthanasie active doit être possible « dans tous les cas ». Elle devrait ainsi concerner également les patients atteints de maladies incurables, à la condition préalable qu’ils en fassent la demande.

 

Dans le cas où un patient serait dans l’incapacité d'émettre son avis, plus de 9 Français sur 10 souhaitent que la décision d'euthanasier ou non le malade soit prise conjointement par les proches et un collège de médecins (92 %), et non par les proches seuls (67 %) ou les médecins seuls (59 %).

 

Enfin, s’ils étaient eux-mêmes atteints d’une maladie incurable et entraînant des souffrances, 83 % des sondés demanderaient "certainement" (41 %) ou "probablement" (42 %) au corps médical de leur administrer des « produits accélérant la mort »

 

L'affaire du Dr Bonnemaison

 

Ce pourcentage record de Français favorables à l'euthanasie active intervient alors que l'affaire du Dr Bonnemaison, un urgentiste de l'hôpital de Bayonne soupçonné d'avoir abrégé la vie d'au moins cinq patients âgés, fait la une de l'actualité. Ce contexte doit nous inciter à relativiser la portée de ce score, une partie des sondés ayant peut-être été influencé par cette Suite à la mise en examen, le 12 août dernier, du Dr Bonnemaison, le ministre des Affaires européennes Jean Leonetti, auteur en 2005 d'une loi sur la fin de vie, s’est prononcé lors d'une interview à Nice Matin pour l’organisation, dès la prochaine élection présidentielle, d'un grand débat public sur l'euthanasie.

 

Source : AFP, Le Point.fr

Lu sur: Actu.orange.fr

Tag(s) : #SANTE

Partager cet article