Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Lu sur Atlantico :

"Le 3 octobre, la Cour européenne des Droits de l’homme va entendre une affaire mettant en cause l’impossibilité pour une femme d’adopter le fils de sa compagne en raison du refus du père de l’enfant (affaire X  et autres c. Autriche). Ce refus faisant obstacle à l’adoption par la compagne de la mère, les deux femmes ont demandé à la justice de déchoir le père de ses droits parentaux et d’autoriser l’adoption de telle sorte que la femme adoptante se substitue au père de l’enfant. Il faut savoir que si l’enfant devait être adopté, le père perdrait tout contact avec son fils, il n’aurait plus le droit de le voir.

Cette affaire est portée par le lobby international LGBT. L’avocat des requérants est le directeur européen de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender & Intersex Law Association (ILGLaw) et conseiller juridique d’ILGA-Europe. Il est également membre d’ECSOL, un réseau européen de juristes militants LGBT dont fait partie la bien-connue Me Mecary. Ces organisations interviennent en outre dans la procédure.

En demandant à la justice d’évincer le père pour prendre sa place, vous rendez-vous seulement compte de l’absurdité de votre demande dans l’affaire que vous avez eu l’audace (l’inconscience ?) de présenter devant la Cour européenne des Droits de l’homme après avoir été déboutées par la justice de votre pays ? [...]

 

à lire aussi : Mariage gay : Najat Vallaud-Belkacem annonce que la première union aura lieu à Montpellier

La France supprime les mots 'mari', 'femme', 'père' et 'mère' de ses documents officiels

Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article