Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


En fin de compte l'Union européenne accepterait le maintien de Bachar el-Assad ainsi qu'un soutien économique à la Syrie

Publié par Brujitafr sur 7 Décembre 2016, 06:47am

Catégories : #ACTUALITES, #CONFLICTS DANS LE MONDE

Alors que les Etats-Unis sont en retrait et que l'armée syrienne reprend le contrôle d'Alep, un accord de l'UE prévoirait le maintien du président syrien, une autonomie locale pour les rebelles, ainsi qu'une aide financière pour les deux parties.

© www.telegraph.co.uk

© www.telegraph.co.uk

« Il y a un plan de transition encore flou, mais si toutes les parties s'entendent et acceptent de faire ce que propose l'Union européenne, il y aura beaucoup d'argent à la clef ». C'est en ces termes qu'un représentant de l'opposition syrienne a décrit au Times l'accord que l'UE aurait élaboré pour une sortie de conflit en Syrie.

Pour #Assad Officiels occidentaux négocient avec lui en secret «pour ne pas contrarier #USA» https://t.co/NALgmzAdDYpic.twitter.com/pxBD0zANQ5

— RT France (@RTenfrancais) 1 juillet 2016


L'UE serait-elle donc en train de revoir sa ligne de négociation dans le dossier syrien ? Selon la source interrogée par le journal, elle envisagerait sérieusement de fournir une aide financière à Damas en échange d'un accord qui permettrait aux rebelles de conserver au moins partiellement le pouvoir dans certaines régions du pays. Cette nouvelle proposition européenne aurait été officiellement avancée par la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, lors d'une rencontre avec les leaders d'opposition à la mi-novembre.

Alors que la diplomatie occidentale avait fait du départ de Bachar el-Assad la condition de tout accord, et que les rebelles avaient fait de du slogan « Assad must go! » (Assad doit partir) leur objectif absolu, il semble que la « transition politique » exigée jusqu'alors ne soit plus d'actualité : Bruxelles n'évoque plus du tout le retrait de Bachar el-Assad comme condition préalable aux négociations. En contrepartie, « une délégation du pouvoir aux provinces syriennes, qui intégrerait les ''rebelles modérés" dans les forces de sûreté locales » serait sur la balance, selon le journal.

Cette inflexion de la politique étrangère européenne semble être la conséquence des évolutions récentes sur le terrain, où l'armée syrienne, soutenue par la Russie, a réalisé une série de victoires décisives au cours de l'automne et s'apprête désormais à reprendre le contrôle total de la ville d'Alep. Dans le même temps, les Etats-Unis se sont sensiblement mis en retrait de la scène syrienne ces derniers mois, notamment en raison de la transition présidentielle.

De plus, l'UE estimerait préférable de proposer son aide financière au gouvernement syrien et aux rebelles afin d'optimiser les chances de succès de l'accord, plutôt que de continuer à assumer les conséquence de l'exil massif des populations civiles qui « contribue au chaos électoral sur le continent européen et détruisent son tissu politique ».


RT
lun., 05 déc. 2016 19:20 UTC

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<