Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PARTIE 2

Une expérimentation pour éradiquer l'homosexualité dans un pays

Les victimes des expériences homophobes d'Aubrey Levin pourront difficilement compter sur une indemnité ou même une enquête officielle. Entre 1970 et 1989, l'armée sud-africaine faisait l'objet d'un "nettoyage" des recrues homosexuels. Les données officielles parlent de milliers de victimes mais nul ne connaît le chiffre réel. L'information sur ce programme a été révélée en 1995 dans le journal sud-africain Daily Mail and Guardian. Dans une interview le responsable du projet, ex-psychiatre en chef d'un hôpital militaire Aubrey Levin, affirmait: "Nous ne considérions pas les gens comme des cobayes. Nous avions seulement des patients qui voulaient guérir et venaient de leur plein gré". Il disait également pratiquer une "thérapie d'aversion sur les soldats homosexuels, sans pour autant recourir au choc électrique". Alors que s'est-il passé en Afrique du Sud à cette époque?


Près de 900 opérations de "réorientation sexuelle" ont eu lieu dans des hôpitaux sud-africains dans les années 1970-1980 dans le cadre de programmes pour éradiquer l'homosexualité. Certains patients étaient "soignés" à l'aide de drogues et d'hormones, d'autres ont subi des méthodes radicales – un traitement d'aversion. Dans le cadre de ce dernier on reproduisait une forme "inadmissible" de conduite (par exemple, l'excitation de l'homosexuel avec des images pornographiques) tout en provoquant des sentiments désagréables (par exemple, un électrochoc), avant de montrer une image positive (photo d'une femme nue) sans électrochoc.

La pratique traditionnelle admet le traitement d'aversion uniquement en dernier recours, et même dans ce cas le sentiment désagréable doit être équivalent à la piqûre d'une aiguille, et non faire voler en l'air les chaussures de l'individu, comme ce fut le cas dans les expériences de Levin. La mesure extrême du projet Aversion était la castration ou un changement forcé de sexe, et beaucoup de ceux qui l'ont subi ont choisi le suicide plutôt que de vivre dans un corps étranger. Finalement, la partie "scientifique" du projet fut un fiasco mais les seuls ennuis que ses instigateurs ont connu étaient avec leur propre conscience.


La conscience par intraveineuse

Certains ignorent que les exploits des chercheurs soviétiques dans l'élaboration de poisons ont même dépassé le niveau atteint par les expériences des nazis. Le "Cabinet spécial" (Laboratoire 1, Laboratoire X, Cellule), laboratoire toxicologique créé en 1921 par la direction du NKVD dirigé par le professeur Grigori Maïranovski, procédait à la recherche de poisons impossibles à identifier. Les expériences étaient menées sur des détenus condamnés à la peine capitale: 10 personnes pour chaque produit (sans compter les expériences sur les animaux).

L'agonie de ceux qui ne mourraient pas immédiatement était suivie pendant 10-14 jours avant de les achever. Le poison recherché a été finalement trouvé: le carbylamine-choline-chloride ou K-2, qui tuait en 15 minutes et sans traces (les médecins légistes indépendants diagnostiquait un décès pour insuffisance cardiaque). Grigori Maïranovski travaillait également sur le "problème de sincérité" pendant les interrogatoires avec des produits médicaux et élaborait des poisons en poussière qui tuaient quand on les respirait…

Au total, le Laboratoire 1 a fait entre 150 et 300 victimes (des criminels mais également des prisonniers de guerre), parmi lesquelles on peut également compter les médecins de la Cellule: des années plus tard Maïranovski, finalement condamné, écrivait que deux de ses collègues avaient mis fin à leur vie, que deux autres avaient perdu la capacité de travailler et que trois étaient devenus alcooliques.


Les testicules de jeunesse éternelle

La création d'un poison idéal sera probablement toujours d'actualité, tout comme la recherche de la pierre philosophale et de la fontaine de jeunesse. Par exemple, le professeur Preobrajenski du Cœur de chien écrit par Mikhaïl Boulgakov, pratiquait une méthode de rajeunissement assez répandue pour les années 1920: son homologue vivant aurait pu être le docteur américain Leo Stanley – à l'exception de leur mentalité. Ce médecin en chef d'une prison de San Quentin (Californie) était un adepte de l'eugénisme et testait différentes méthodes de purification de la race humaine: la chirurgie plastique (car la laideur extérieure provoque la laideur intérieure et inversement), les manipulations des glandes génitales et, pour finir, la stérilisation.

Il a commencé à mener des expériences sur le rajeunissement en 1918 en transplantant aux détenus âgés les testicules de jeunes criminels exécutés. La "matière première" a rapidement commencé à manquer et le docteur s'est alors orienté vers les animaux en utilisant des testicules de boucs, de sangliers et de cerfs. D'après ses rapports, les sujets éprouvaient un "gain de forces et se sentaient mieux" – on ignore s'il s'agissait d'un effet placebo ou d'un véritable rajeunissement mais le docteur promettait la seconde variante.

Un autre but de l'étude était de confirmer l'hypothèse selon laquelle le comportement criminel dépendait des problèmes hormonaux. Pour régler les deux problèmes, il fallait donc stériliser le sujet — 600 détenus ont subi ce traitement jusqu'en 1940. Certains d'entre eux ne voulaient pas avoir d'enfants, d'autres voulaient rajeunir: le docteur Stanley présentait la stérilisation comme un moyen permettant de rajeunir et de guérir, il avait promis à certains un régime de détention plus souple. Cependant, son véritable objectif était de pacifier les gènes "criminels" et l'instinct sexuel qui poussait selon lui le criminel à récidiver. Il a poursuivi ses recherches jusqu'en 1951, et compte tenu de sa contribution à la réforme des établissements médicaux cette activité ne paraît pas absolument insensée.


L'hôpital du docteur Cotton

Contrairement aux recherches d'Henry Cotton, l'élève d'Alzheimer en personne à 30 ans déjà (à partir de 1907) dirigeait un hôpital psychiatrique à Trenton (New Jersey). Le poste de médecin en chef lui accordait de vastes opportunités pour tester en pratique son hypothèse sur l'origine des troubles psychiques. Il estimait que les gens devenaient fous par infection et que le foyer de cette dernière se trouvait avant tout dans les dents malades — très proches du cerveau. Par conséquent, la première procédure subie par les patients de Cotton était l'arrachage de dents.

Si cela ne fonctionnait pas, on continuait de chercher l'infection au hasard (ou par ablation): dans les amygdales, la vésicule biliaire, l'intestin, l'estomac, les testicules, les ovaires… Même la famille de Cotton n'a pas échappé à cette "chirurgie bactériologique" (nom donné par l'auteur de la méthode): il a arraché les dents de son épouse, de ses deux fils et même les siennes. Ce dernier acte avait été précédé par une dépression nerveuse suite à l'ouverture d'une enquête dans sa clinique par une commission du sénat local.

Malgré les données reflétant une efficacité élevée de sa méthode (85% de guérison) diffusées activement par le docteur dans ses discours et ses articles, ainsi que la forte popularité de l'hôpital de Trenton (même les hommes aisés et les célébrités y envoyaient leurs proches pour une grande somme d'argent), en 1924 le conseil de tutelle a senti que quelque chose ne tournait pas rond et a consulté l'université Jones Hopkins. La docteure Phyllis Greenacre envoyée à l'hôpital pour vérifier les statistiques a découvert que seulement 8% des patients de Cotton guérissaient, 41,9% ne ressentaient aucune amélioration et 43,4% mourraient. Sachant que les 8% n'avaient pas subi de soins et que les 43,4% décédés avaient fait les frais de la pratique de Cotton.

L'enquête de la commission créée par le sénat local avait précisément pour but de découvrir les causes de cet état de fait mais elle a à peine eu le temps d'entamer son travail: des collègues de renommée et même des hommes politiques ont pris la défense de Cotton, qui a tranquillement repris son travail pour prendre sa retraite cinq ans plus tard. Personne n'a voulu poursuivre ses recherches.


Les bonnes nouvelles

Au courant de l'été 2014, les utilisateurs anglophones de Facebook ont été surpris d'apprendre que 689 003 d'entre eux avaient joué le rôle de cobayes contre leur gré dans une expérience conjointe des chercheurs américains et du réseau social. Les résultats parus dans le magazine Proceedings of the National Academy of Sciences stipulaient: "Les états émotionnels peuvent être transmis à d'autres individus à travers une infection émotionnelle, après quoi, sans en être conscients, ils peuvent éprouver les mêmes émotions". Cela signifie que la bonne et la mauvaise humeur sont contagieuses de la même manière que l'absence d'un contact direct n'empêche pas cette infection. L'expérience était simple: un groupe de sujets recevait dans son fil d'actualité des posts positifs, l'autre des messages négatifs. Les utilisateurs ont immédiatement réagi: les "heureux" ont commencé à publier des commentaires optimistes et le groupe attaqué par des posts négatifs a commencé à écrire des choses négatives.

Les militants ont critiqué les méthodes des chercheurs et ont même supposé que pour certains, le contenu négatif avait pu être "la dernière goutte" — mais avec autant de probabilité le contenu positif a aussi pu redonner espoir à quelqu'un. Dans l'ensemble, les deux manipulations peuvent être perçues comme un petit pas vers la sophistication des méthodes pour influencer le public. Par conséquent, il faut remettre en question et analyser tout ce qui tombe dans le champ de votre attention, sans oublier la probabilité qu'à chaque instant vous faites peut-être partie d'une expérience.

Source: Sputniknews

via Fawkes News

Tag(s) : #ACTUALITES, #SANTE, #USA

Partager cet article