Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces laboratoires secrets qui mènent leurs expériences sur des humains (partie 1)

PARTIE 1

Des laboratoires top-secrets mènent depuis des années leurs expériences sur des cobayes humains. Une pratique aussi confidentielle qu'effrayante. Découvrez une sélection des expériences les plus choquantes.

Quand la CIA efface la mémoire

La CIA américaine a mené plusieurs projets pour effacer l'identité: Bluebird (ou Artichoke, 1951-1953) et МК ULTRA (MKSEARCH, année 1950-1960). Les principaux cobayes étaient des patients inertes des cliniques neurologiques, dont la plupart ignoraient tout des expériences menées sur eux. Bluebird avait pour but de créer un sérum de vérité infaillible. En utilisant des substances psychotropes et les électrochocs, les chercheurs provoquaient chez les sujets une amnésie artificielle, leur inculquaient de faux souvenirs et "multipliaient" leur identité.


Le projet MK ULTRA était incomparablement plus coûteux et global. Il étudiait toute la diversité des moyens d'impacter la raison (y compris des enfants): de la biologie à la radiologie. Par exemple, dans le cadre d'un des 149 sous-projets, plus de 1 500 soldats américains recevaient avec leur nourriture des produits psychotropes pour évaluer leur opérationnalité "sous l'emprise des substances". L'information obtenue dans le cadre de MK ULTRA est utilisée aujourd'hui dans le travail des renseignements, même si en 1972 le projet a été fermé après un scandale et qu'une partie de sa documentation a disparu.

Pour une poignée de shekels

L'armée israélienne a également mené des expériences sur ses soldats: on a appris en 2007 qu'entre 1998 et 2006, dans le cadre des projets secrets Omer-1 et Omer-2, des médecins militaires israéliens cherchaient un vaccin "contre une arme bactériologique similaire à l'anthrax". Les 716 soldats participant aux expériences n'ont pas été informés des risques, des éventuelles conséquences et il leur était interdit d'évoquer les détails des recherches avec leurs proches.

En 2007, un groupe d'anciens sujets souffrant des conséquences de cette expérience – tumeurs, ulcères, bronchite, épilepsie – s'est adressé au ministère de la Défense pour se plaindre de leur mauvais état de santé. Ils ont été soutenus par le syndicat des médecins et l'organisation Médecins pour les droits de l'homme qui sont allés jusqu'à la Cour suprême pour exiger une enquête. Mais ils ont obtenu l'effet inverse: le tribunal n'a pas seulement décliné la requête mais il a interdit de publier une partie des informations sur l'expérience.

L'armée hésitait entre réagir en disant que rien ne s'était produit et mettre en avant que les soldats avaient accepté eux-mêmes. Il a été déclaré à la presse que les participants aux projets Omer étaient uniquement des volontaires qui savaient dans quoi ils s'engageaient et pouvaient quitter la partie à tout moment. Il a été suggéré aux victimes de s'adresser aux établissements médicaux où leur guérison promettait d'être longue, car les victimes ne disposaient pas de la moindre information sur les effets subis.

Le principal concepteur de l'expérience, le docteur Avigdor Sheferman (ancien directeur de l'Institut israélien de biologie), est parti ensuite au Canada pour mener des recherches identiques dans une compagnie médicale. Les résultats des projets Omer ont été remis à l'armée américaine pour plusieurs centaines de milliers de shekels.

Une véritable ségrégation médicale

Les États-Unis sont leaders de ce genre d'expériences. C'est dans ce pays qu'entre 1932 et 1972 se déroulait une expérience qu'on pourrait considérer à la fois comme un symbole de ségrégation raciale et de barbarie médicale. A Tuskegee, Alabama, le groupe médical sous la direction du docteur Clark Taliaferro avait pour objectif d'étudier tous les stades de la syphilis.

L'étude consistait à suivre un groupe de Noirs déjà contaminés. Pourquoi? Car à cette époque ils étaient encore considérés comme moins instruits et plus influençables. La plupart ignoraient leur maladie – c'était une condition de l'expérience. Toutes les manipulations étaient présentées comme des "soins du mauvais sang". 76 des 399 participants sont restés en vie à l'issue de l'expérience. 128 personnes sont décédées de la syphilis et de ses complications. 40 hommes ont infecté leur femme et 19 enfants sont nés avec la syphilis.

En 1946 l'expérience a été élargie: une partie des médecins a été envoyée au Guatemala où pendant deux ans ils infectaient sciemment des soldats, des prostituées, des prisonniers, des mendiants ou des malades mentaux – jusqu'à 5 000 personnes au total.

C'est seulement en 1972 après la tribune d'un médecin dans le Washington Star qu'une commission spéciale s'est penchée sur les recherches à Tuskegee pour reconnaître leur illégitimité. Le gouvernement américain a alloué 9 millions de dollars pour aider les survivants, et 25 ans plus tard leurs proches ont entendu les excuses du président Bill Clinton. La trace latino-américaine n'a été découverte qu'en 2010 grâce à la publication des notes du docteur Cutler – l'un de ceux qui travaillaient pour ce programme au Guatemala. 750 victimes guatémaltèques ont porté plainte contre l'université Jones Hopkins, et Barack Obama a présenté ses excuses au peuple du Guatemala en la personne du président Alvaro Colom.

Des épidémies artificielles introduites dans le métro

Les chercheurs américains ne ménageaient pas vraiment leur grande nation. Des chimistes testaient sur les recrues l'effet toxique de l'ypérite (pour améliorer les masques à gaz), ou encore pulvérisaient des composants toxiques sur plusieurs villes canadiennes et américaines. Dans les années 1950, des épidémies artificielles ont été provoquées en Floride et en Géorgie. A la fin des années 1960, on a testé dans le métro de New York et de Chicago la vulnérabilité des passagers aux attaques biochimiques cachées en envoyant sous terre la bactérie Bacillus subtilis. En 1963-1969, le Pentagone a lancé sans avertissement sur les navires de sa marine plusieurs types d'armes chimiques et bactériologiques.

Les analystes de la radiation soignaient à différentes époques les adénoïdes avec des barres de radium et le cancer de l'estomac (les diagnostics étaient faux) avec des injections de plutonium, nourrissaient des futures mères avec des sels de fer radioactif sous la forme d'une boisson de vitamines, faisaient exploser des bombes atomiques dans le Nevada et sur les îles Marshall, testaient l'iode radioactif sur les femmes enceintes et en nourrissaient les nouveau-nés.

Des orphelins-cobayes

Les enfants ont toujours été les sujets les plus convoités par les chercheurs. "L'étude de l'effet des jugements de valeur sur la fluidité verbale des enfants" réalisée en 1939 à l'université de l'Iowa, connue comme "Monster study", est une expérience horrible même si elle n'a pas provoqué de nombreuses morts ni d'invalidités et impliquait seulement une influence verbale.

Le psychologue Wendell Johnson et son aspirante Mary Tudor ont sélectionné dans un orphelinat 22 enfants de différents âges, et dans les cinq mois qui ont suivi Tudor rendait régulièrement visite à chacun d'entre eux pour une conversation de 45 minutes. Certains appréciaient ces échanges car Mary les félicitait pour leur capacité de lecture et leur élocution. Mais d'autres enfants, après quelques visites, ont commencé à éprouver des problèmes d'élocution, de comportement et de réussite à l'école parce que Tudor se moquait d'eux et leur reprochait de faire des fautes verbales.

Il faut dire que Johnson était guidé par un intérêt tout à fait scientifique: les véritables causes du bégaiement n'ont toujours pas été établies. Il supposait qu'il était possible de provoquer un bégaiement même en l'absence de prédispositions physiologiques.

Les successeurs de Johnson et de Tudor jugent que les travaux de ces derniers sont les plus exhaustifs sur le bégaiement, y compris les premières informations qu'ils ont pu recueillir sur le rôle des sentiments et des pensées du bégayant. Par contre, les enfants traumatisés ont vécu avec leurs complexes toute leur vie.

A l'issue de l'expérience, Mary Tudor est revenue plusieurs fois à l'orphelinat pour se repentir, espérant redonner aux enfants leur estime de soi. L'université, pour sa part, a tenu secrètes ces recherches jusqu'en 2001, date à laquelle la presse en a pris connaissance: l'établissement a alors présenté des excuses officielles aux victimes. En 2003, six d'entre elles ont saisi le parquet de l’État pour exiger de les indemniser pour préjudice moral. Quatre ans plus tard, ils ont obtenu 925 000 dollars pour tous les plaignants.

Source : Sputniknews

via Fawkes News

Tag(s) : #ACTUALITES, #SANTE, #USA

Partager cet article